Rencontre avec Oishi!

Son ambiance égyptienne cache un royaume feutré et discret. Mais derrière ces apparats se cache le clan des Izanaghis dirigés par Oishi Seijitsu et Djinn. Les Templiers pensent qu'ils y dissimulent l'artefact créant le dôme artificiel.
Verrouillé
Humain

Nolan Ealer

Nephilim

Nolan Ealer

Messages : 886
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Nephilim
# RP terminés RP en cours

Nolan Ealer

» Publié par Lucy Hale

» 12 oct. 2016, 15:59

« La muse de de Vinci » par Géraldine de Fronsac.

La première œuvre que Nolan a lu, intrigué par le titre marqué sur la couverture de cuir rouge, et par le travail soigneux du portrait en relief du célèbre homme d’esprit, relate t’histoire de Salaï (« Le Diablotin »), jeune Nephilim, ayant marqué l’influence de cet homme souvent accusé de péché sodomite, et l’impuissance des inquisiteurs de l’Opus déï a trouvé des témoins, pour faire office de leur brutalité mais surtout, dans l’incapacité d’agir dans cette histoire. Ce livre parle de l’influence d’un Izanaghis sur un mortel, l’arrachant à l’obligation biblique pour développer son esprit et le libérer des cloisons angéliques pour que l’humanité puisse s’émanciper loin de l’occulte religion.
Le terme de muse n’est pas sans relation, Salaï se présente comme la muse de l’homme, influençant ses créations et son œuvre tout au long de sa vie et l’ayant présenté à Iah Hel, lui permettant ainsi de devenir, un humain sous l’attention de la Grande Dame Historienne au clan neutre auparavant.

Le portrait de Salaï le présente comme un homme très beau, Nolan a pu admirer celui-ci sur internet, un portrait de lui à Oxford permet de déterminer les traits de son visage démoniaque.

Ce qui se traduit essentiellement dans ce livre est l’influence démoniaque, peu importe le clan, à travers les âges mortels, dépassant la guerre pour parvenir à la genèse des intentions de certain. Si Asmodée a eu le désir de venir goûter à la luxure, bien d’autres se sont développés pour venir aimer l’homme et influencer les créatures pour leur permettre de grandir et de développer autre chose que la superstition de la religion mais aussi s’amouracher de la science. Un bon moyen de se détourner d’Eloha, n’est-ce pas ?

Tout au long de sa lecture, Nolan a pu noter l’importance de la présence de Salaï, pour le maître. De Vinci ne peut cependant se permettre tout ce que son esprit créatif désire, manquant de moyen, et pourtant les Historiens essayent de l’aider, il ne s’avance pas plus sur l’autopsie des cadavres, car l’Eglise le regarde tout de même. Il se plait à dessiner les hommes plus androgynes qu’ils ne le sont, comme son St Jean Baptiste et les femmes plus masculines. Le livre jalonne l’histoire d’un de ces hommes que les Nephilim a influencé, comme beaucoup de cette époque, l’auteur, contemporaine, parle des Borgias, mais se concentre sur l’homme de pensée que Iah Hel affectionnait.

Salaï qui reste une influence majeure dans l’œuvre de De Vinci jalonne de sa présence son existence, Iah Hel recueille chaque idée du Maestro, neutre, les archives seront remplies de ces choses. A la mort du grand homme, d’ailleurs, la Joconde revient à son amant Nephilim qui, sur ordre de Sa Seirim le laisse à l’humanité, car il n’y a pas plus grand amusement, que ce sourire, qui rappelle aux Elohim ce qu’ils n’’ont pas pu empêcher. –Le sourire de la Joconde, enfin expliquer !-

L’importance de ce livre, c’est l’allusion de l’influence Nephilim dans le développement humain et son histoire, même dans les temps les plus hérétiques, montrant l’humain non pas comme un objet d’asservissement mais bien comme le précurseur de son propre développement. Se délaissant du simple : Dieu est une explication à tout, pour : la science l’émancipation de l’homme face à Dieu.

« Nord et Sud » de Dorian Wesler

Après l’intense lecture précédente, Nolan s’octroie la matinée pour se reposer et sortir un peu avant de retourner à l’appartement de Satsobek. Le second livre, aussi gros que le précédent porte une couverture noire, simple, lettre d’argent pour le titre, vieux, le bouquin parle de cette guerre entre les esclavagistes sudistes et les nordistes de l’union.

Cette fois, peu d’influence Nephilim, de l’humanité pure et simple, sans contrôle adjacent d’une des races prédominantes de la mythologie chrétienne. Le récit est intense, jalonné par les détails, mais même si les démons n’influencent pas les avis des hommes, ils sont de plein fouet dans la guerre. L’esclavagisme négrier profite aux Nephilim, propriétaires terriens sudiste, appartenant le plus souvent à des clans dédiés à ce genre de pensée. Les Asmodéens d’ailleurs prennent part à des batailles, mais préfère rapidement se détourner de ces insipidités mortelles, rejoignant l’ile, quelques démons pourtant résistent. Ils marquent l’histoire de cette guerre par des grands massacres tels que celui de Lawrence ou de Centralia. Centralia verra d’ailleurs l’émergence d’un Nephilim de grand nom de l’histoire, Jesse James, qui ne sera jamais pourtant déterminer comme tel pour l’humanité.

La guerre de sécession ne se pare même pas de la mascarade de la guerre angélique et démoniaque, l’humain est assez bon seigneur pour se battre tout seul, comme un grand, pour ses propres soucis. On dépeint dans ce livre le visage de William T. Bloody Bill Anderson, chef de guerilla sudiste dont le surnom n’est pas surfait : il accroche le scalpe de ses victimes à sa monture.

A noter que la guerre trouve le fondement de sa rage essentiellement à cause de l’opposée des mœurs des deux partis, un Nord capitaliste industriel et financier face à un sud agraire, fondé sur le commerce du coton et du tabac. L’abolition de l’esclavage n’est pas une raison à tout, le Nord, protectionniste s’anime de l’égalitarisme, il se concentre sur l’intérieur du pays, le Sud plus traditionnel et ouvert à l’Europe ne veut que défendre ses terres de l’invasion de son antagoniste.

Le livre traite essentiellement d’un antagonisme de peuple, Nolan y voit un parallèle avec l’histoire même des siens, mais ne le note pas, son résumé est recommencé dix ou douze fois, incapable de le faire tenir sur une page d’abord, même en écrivant plus petit. Il ne va s’attaquer au dernier livre que dans la nuit.

« Pensées » de Phaëlus Orcanus

Celui là de bouquin, Nolan a failli le balancer à travers la pièce, s’endormir dessus ou encore abandonner. C’est le plus gros, pas loin de milles page en tout petit caractère, dont les deux cent premières pages se sont contentées de raconter le bonheur de l’auteur sur ses terres, avec sa familles et sous la bénédiction des Dieux.

Cela a finit par captiver Nolan car la suite du livre est une autobiographie complète d’un homme de l’antiquité grecque, relatant toutes les choses de cette société, à la fois le patriarcat, l’esclavagisme, la place de la femme, les mœurs limites et les différentes cités de cet univers.
Phaëlus est un riche marchand d’esclave, issu d’un milieu aisé, il raconte sa naissance à sa jeunesse, l’obligation de passer par la case du mariage, qu’il ne boude pas, pour assurer sa descendance, mais fait cas de sa propre bisexualité, éveillé par son adolescence et l’éducation pédéraste commune.
La place des femmes, même vu par Phaëlus, comme des créatures non citoyennes, dont l’émergence ne se fera qu’aux abords de sa fin de vie, à la naissance d’une époque hélléniste –mais cette information, c’est Nolan qui la rajoute, parvenant à faire coïncider le récit et les dates connues. –

L’auteur aime l’astronomie et la géographie, il voyage dans toute la grèce et parle des autres cités avec leurs habitudes, de l’éducation de son fils et de ses propres élèves. Il accorde ses croyances à la divinité de Poséïdon car c’est grâce à lui que ses marchandises reviennent à bon port. Le livre est intéressant car il relate tout autant la vie de tous les jours d’un humain lambda comme ses pensées sur celle-ci. Le résumé a été délicat mais Nolan y est arrivé.

Du coup, il a envoyé un message à Artémis une fois rentré chez lui pour prendre une douche et se changer, préférant ne pas l’appeler vu l’excitation du petit frère. Il a passé son temps à vérifier son téléphone en boucle pour être sûr de ne pas rater de réponse et l’obtient peu de temps après, rendez-vous le lendemain, au luxor.

Pas question d’en parler à Michaël, même pendant le dîner. Nolan ne veut pas mêler son père à cela, étrangement, il craint un quelconque avis, conseil ou quoique ce soit qui troublerait son naturel, il veut absolument se présenter le plus franchement possible, mais le Vestal n’est pas idiot et il a vu les livres. Il n’a rien dit, simplement choisis de servir un thé à son fils, avec des miniardises au caramel, en s’installant dehors pour finir la soirée après avoir couché le petit frère. Nolan a parlé un peu de tout et de rien, en sachant que son paternel savait, mais il est resté sur ses positions et le chef de la garde s’est contenté de rire un peu en compagnie de son fils.

Le lendemain, Nolan s’est mis un jean noir, un tshirt blanc, le style jeune mais pas trop négligé, plutôt décontracté, sans en faire trop. Les livres soigneusement placés dans un sac à dos simple, sauf le plus gros, qu’il a glissé dans une sacoche à son épaule, chacun soigneusement emballé dans les papiers spéciaux dans lequel ils lui ont été livré. Le colis en carton, par contre n’est pas là, mais il en prends plus soin encore que précédemment. Il s’est renseigné même avant de les sortir, ce ne sont pas des bouquins qui demandent en fait, une boite de protection spéciale pour ne pas détériorer les pages, ni une certaine température ambiante pour la lecture.

Arrivé au Luxor, le casque en main, le brun retrouve cette Diana Vasilis avec plaisir, la saluant et admirant autant sa tenue magnifique. L’humaine, ou la Nephilim sans aura, il ne sait pas, le conduit à travers le casino, il parle un peu en chemin, lui demande si ça va, mais n’ose pas trop faire la conversation, se contentant de banalité. Il stresse à se demander s’il a oublié son dossier avec ses résumés, mais en ouvrant rapidement la sacoche, il le découvre coincé avec le gros bouquin. Soupirant, il sourit à Diana, et la suit.

Il vérifie l'heure à son poignet, mais il n'est pas en retard, ponctualité avec deux minutes d'avance, elle frappe à la porte et l'annonce, Nolan s'avance, coup de stress descendu, il remercie Artémis qui disparait rapidement, et il pénètre dans le bureau avançant sa main pour saluer oish Seijitsu en se présentant poliment.

Nephilim

Oishi Seijitsu

Nephilim

Oishi Seijitsu

Messages : 524
Enregistré le : 26 juin 2016, 12:46
Nephilim
# RP terminés RP en cours

Oishi Seijitsu

» Publié par Hope

» 17 oct. 2016, 07:02

► Afficher le texte
Les jours s'enchaînent et ne se ressemblent pas. Tantôt ici, tantôt là bas. Le projet de Sariel m'oblige a être bien plus présent à Vegas. Cela n'est pas forcément pour me plaire. Ici il faut paraître et je ne sais pas faire. Enfin, cela me demande un effort considérable. Heureusement, certaines femmes apprécient mon caractère et mon mode de vie ce qui facilite mon intégration dans certains milieux. Après tout, je suis japonais. Gaijin aux Etats Unis.

Je n'aime pas être à Vegas car je suis plus proche de Princesse. Elle suit son propre chemin, mais parfois, nos chemins se croisent. Alors, je lui enseigne. Je lui enseigne mon ancienne Edo. Je lui raconte une vie qu'elle n'a pas connu. Je pense que lui expliquer ma vie lui permettra, peut être, de comprendre les valeurs que nous défendions à cette époque là. Peut on encore le faire à cette époque ci ? Je n'en suis pas certain. Pas pour elle. Mais si elle veut essayer, qui serais-je pour lui refuser ce droit ?

Puis, parfois, je suis en dehors de Vegas car enfin on a une piste plus que probante pour un objet, un mot, un livre, un parchemin, une statue, une des collections de Iah Hel. Alors, j'y vais et je le récupère. Toujours. J'ai ma propre technique. Infaillible jusqu'à présent aux yeux des humains. Il est bien rare que je rencontre des Elohim et même si c'est le cas, il ne me voit pas. Invisible que je suis à leurs yeux. Sans aura. Sans Voleuse d'âme dégainé. Je me contente de les repérer et de l'indiquer, plus tard aux Infiltrés. Ils feront eux même leur recherche et les retraceront au maximum de ce qu'ils pourront. Bienvenue dans le 21ème siècle !

Je remercie la jeune femme en lui faisant un signe comme quoi je ne désire rien. Ici, je ne suis plus chez moi. Je le sais. J'apprécie néanmoins que l'on me fournisse un bureau le temps d'évaluer Nolan. Les Izanaghis m'ont tourné le dos. Cela ne me gêne pas. C'est ainsi. Ils ne sont pas méchants vis à vis de moi, ils ne se le permettraient pas. Mais c'est à peine un bref regard. Quasiment aucun échange. Non, je ne suis plus rien pour eux. Des amis d'avant, des proches, ils ne restent plus rien.

Je fais le tour de la table et je mets mes mains sur le dossier en restant debout.

Avez-vous apprécié ce que vous avez fait Monsieur Ealer ?

La question est simple. J'aimerais que la réponse soit tout aussi simple. Mais avec ces jeunes, ils se perdent souvent en paroles. Une parole de trop et ce sera la porte. En tout les cas, pour moi.
Image

Humain

Nolan Ealer

Nephilim

Nolan Ealer

Messages : 886
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Nephilim
# RP terminés RP en cours

Nolan Ealer

» Publié par Lucy Hale

» 17 oct. 2016, 07:48

Nolan range sa main après avoir dit Bonjour, l’air de rien, discrètement, le manque de réponse à sa salutation file un coup d’anxiété au jeune homme, qui regarde l’asiatique contourner le bureau pour poser les mains sur le dossier. Ce n’est pas la première fois qu’il rencontre un type un peu moins agréable ou plus fermer, son père fait un peu cet effet avant qu’il ne se mette en route, mais il ne voit pas son père en Oishi Seijitsu, à vrai dire, il ne voit personne de semblable et assurément, le jeune homme se contente de poser délicatement son sac à dos sur le siège, son casque au sol et de retirer la bandoulière de son autre sac pour en sortir le plus gros bouquin et l’installer sur le bureau, délicatement intact.

A coté, sa chemise contenant les trois feuilles de résumés, il essaye de ne pas quitter la silhouette de l’homme des yeux et il reste majoritairement silencieux, jusqu’à ce qu’il lui pose une question. Apprécié ce qu’il a fait ? Cela devant être principalement en rapport avec les livres, il hoche la tête, accompagnant parole aux gestes.

--Oui! Beaucoup !

Il sourit désormais et il vient sortir les autres sacs du livre, prenant un grand soin avec eux. Les bouquins, ça ne se maltraite pas, il a une forme de respect pour les ouvrages, parce qu’il sait la valeur d’un livre, même ceux d’aujourd’hui avec une couverture qui se plie aux moindres chocs. Mais ces livres là finissent toujours dans un état…
Nolan aime trop lire, qualité ou défaut, il se positionne tellement n’importe comment, pliant le livre, marquant la tranche d’une pliure, cela l’agace d’ailleurs, il a essayé d’à peine l’entrouvrir, de les préserver ou de les garder parfait, mais il y a toujours cette foutue marque ! Alors bon, il fait avec, et de toutes façons, ces livres plus pratiques et moins travaillés en couverture sont fait pour être lu, dévorés, d’une certaine manière, c’est la vie d’un bouquin, de se faire rouler dessus alors que son propriétaire s’est finalement endormie en le tenant dans ses mains et lui a roulé dessus. De se mouiller un peu, parce que son lecteur est dans le bain, ou d’avoir un coin corné, parce que ce foutu sac est rempli.

L’avantage avec la tablette, c’est qu’à part faire tomberl’écran et faire cramer le machin électronique en tombant dans l’eau, ça reste intact. Nolan y prend grand soin, c’est un cadeau, il est même tatillon en l’utilisant. Et personne d’autre que lui ne peut l’avoir en main, sauf s’il doit lire quelque chose à son frangin, mais dans ce gars le gamin reste sur lui.

Ne sachant pas quoi rajouter, Nolan finit par poser le dernier livre, toujours avec délicatesse et respect, attendant un signe de la part de l’asiatique. Il ne connait guère Oishi, si ce n’est les rumeurs habituelles, à Zakai, les futurs Izanaghis ont tendance à faire une moue, de celle qu’on fait à propos d’un membre de la famille qu’on aime pas, de dire.

--Oishi Seijitsu, le larbin de Sariel.

Sans rien rajouter de plus et Nolan n’a jamais cherché à en savoir plus, se contentant de plisser les lèvres dans une moue, du genre, ah okay, parce que ce sont pas vraiment ses oignons et qu’il aime pas trop ce genre de truc. Nolan, adepte du « Les gens font ce qu’ils veulent, tant qu’ils m’emmerdent pas à penser comme eux. »

Oishi fait aussi partie des discussions des jeunes. « Ouai, il a abandonné le clan » mais pourtant il est là. « Ouai c’est un coincé du cul il parait » ça concerne pas mal de vieux Nephilim ça. « Iah Hel aimait Oishi, on pourrait pas juste…considéré que notre Seirim ne l’aurait pas rejeté ? » Tiens, Nolan se souvient de ça. Non parce que tout le monde ne pense pas pareil, il y a des jeunes tristes du comportement des adultes, mais ils ne font qu’imiter leurs pairs au final, parce qu’ils ne savent rien du temps de Iah hel, rien de tout ça, alors ils font comme les plus anciens, mais pas tous.
Nolan reste planté droit dans la pièce avec ses pensées, il n’a pas d’avis sur ce Oishi, parce qu’il ne sait rien de lui, si ce n’est qu’il lui a donné des livres à lire et qu’il est là devant lui.

--Surtout celui sur Da Vinci.

Ne peut-il s’empêcher de rajouter, d’une petite voix, pour meubler le silence.

Nephilim

Oishi Seijitsu

Nephilim

Oishi Seijitsu

Messages : 524
Enregistré le : 26 juin 2016, 12:46
Nephilim
# RP terminés RP en cours

Oishi Seijitsu

» Publié par Hope

» 19 oct. 2016, 11:07

Parfait. Suivez moi.

Dommage qu'il est tout déballé, mais mon planning est chargé et cxest à lui de voir maintenant comment il va gérer les livres et me suivre. C'est comme cela que je recroise déjà Arthémis en court de route.

Donnez lui ses accréditations et un logement s'il le souhaite. Enfin, vu les horaires qu'il va faire, donnez les lui en un d'office. Je vous remercie Mademoiselle.

Je regarde vers le haut des escaliers et comme je ne vois toujours pas Nolan.

On se presse Monsieur Ealer, vous laissez échapper trop d'informations avec votre lenteur.

Savait-il que Iah Hel avait aimé la période Egyptienne ? Ils étaient adeptes des nombreux pièges pour les pillards. Et Iah Hel avait fait la même chose pour certains de ses documents. Alors si Nolan restait à attendre que la porte se ferme, a jamais le document serait perdu. Je n'avais pas besoin de le rester plus. Les livres que je lui avais donné étaient assommants. S'il avait finit par y trouver un quelconque plaisir, c'était qu'il était prêt pour être ici. Bien sûr, j'avais lu les différents dossiers. Ceux des Izanaghis, que Djinn et Arthémis lui avaient remis, mais aussi ceux des Infiltrés, dont celui de Lucy. Les rapports étaient très différents, mais cela m'avait permis de mieux cerner le personnage. Quand enfin Nolan fut en face de moi, on prit l’ascenseur et je glissais ma carte magnétique qui nous emmenait dans un tout autre endroit que celui des scientifiques. Quand la porte s'ouvrit ce fut un couloir assez aseptisé et enfin le Saint Graal après avoir repassé la carte, présenté son doigt et sa pupille et donner de la voix à Jarvis qui contrôlait tous les accès. Du moins, de ce que j'avais compris.

Vous aurez bientôt la vôtre. Après vous Monsieur Ealer.

Je le laissais entrer car tout prendrais sa signification maintenant. Au moment où il franchirait la porte et où il verrait les gigantesques bibliothèques, il sentirait le lien Seirim/Disciple se formait en lui. Des vitrines diverses dévoilent de nombreux objets. Un peigne avec sa légende, une épée, un dé à six faces, un livre. Ici, il lui faudra plus d'une vie pour appréhender tous les objets. Il lui faudra des dizaines de vies pour y lire toutes ses sagesses. Je posais ma main sur son épaule en lui souriant franchement.

Félicitation Monsieur Ealer, vous êtes un Izanaghi.

Les jeunes. Iah Hel l'aurait aimé. Ses yeux montrent à quel point il est avide de connaissance et combien il a de questions à poser.

Ici Monsieur Ealer, c'est votre commencement. Entre ses murs, vous déciderez par vous même du chemin que vous allez suivre.

Je ne savais pas si Nolan avait reçu ou non un pouvoir de notre Seirim, mais je me déplaçais pour lui montrer une aile historique.

Notre Dame avait un don que peu de personne connaisse. Elle était capable de remonter dans le temps pour voir tout ce qu'une époque lui avait caché. Ici par exemple, vous avez l'histoire de la Reine de Médicis. Ici, vous avez la version de Notre Dame en personne. Peut être que parmi toute cette structure se cache se secret. Ou peut être qu'il se cache dans ce que nous n'avons pas encore trouvé.

Est-ce que je le mettais sur une quête ? Les jeunes avaient souvent besoin de chercher quelque chose que personne n'avait trouvé. Moi, j'étais bien loin de me douter que ce don était peut être un cadeau de Kronos à Iah Hel. Je ne connaissais pas l'existence de Kronos. Et pour cause, je ne faisais pas partie de 2666.

Vous comprendrez bien assez vite qu'il y a différentes possibilités qui s'offre à vous. Vous pouvez devenir un Nephilim qui cherche la connaissance et le savoir. Vous pouvez devenir un Historien et relater notre histoire. Ou bien, peut être que vous voudrez aller sur le terrain pour rechercher vous même les biens de Notre Dame. Cette dernière n'est pour l'instant pas vraiment ouverte. Je suis quasiment le seul, avec Heru Ur, à en faire partie. Alors, prenez vos marques Monsieur Ealer. Vivez ces instants présents. Et si jamais vous décidez d'en vouloir plus, je serais là pour vous y aider si vous le souhaitez.
► Afficher le texte
Image

Humain

Nolan Ealer

Nephilim

Nolan Ealer

Messages : 886
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Nephilim
# RP terminés RP en cours

Nolan Ealer

» Publié par Lucy Hale

» 19 oct. 2016, 13:33

Le suivre ? Nolan est surpris et essaye de réagir rapidement, attrapant les bouquins dont un qu’il enfourne dans le sac, il n’a pas le temps de tous les mettre, Oishi va vite, alors, il passe rapidement un sac à l’épaule, l’autre en bandoulière, le casque de moto à son poignet, les livres dans les bras, non sans un « et merde » dans le tumulte pour ne pas être à la traine.
Il rattrape Oishi en rattrapant de justesse un des livres, sans savoir où il va, mais conscient de ne pas vouloir rester en retrait. Il recroise à son tour Arthémis et lui fait un sourire idiot, en tenant les bouquins dans ses bras, avant de rattraper le Nephilim dont la voix lui rappelle qu’il lâche des infos avec sa lenteur.

Des informations ? Lesquelles ? Nolan ne le sait pas du tout et il revient à hauteur de Oishi, en ayant l’air de ne pas du tout galérer, la pochette des résumés est dans un des livres et il les tient respectueusement dans les bras, en prenant une expression détendue.
Nolan se sent con mais il fait en sorte de ne pas le montrer, il ignore tout de leur direction et n’ose pas demander, préférant se laisser porter, il n’est là que pour discuter du clan, tout du moins, le croit-il encore, et il voit Oishi faire son machin avec sa carte, un couloir, parler à un ordinateur qui lui réponds, il est quand même curieux de savoir ce qu’il fait.

La sienne ? Nolan veut dire quelque chose, mais…mais si Lou est une geek à fond, Nolan est un véritable rat de bibliothèque. Alors, quand il passe en premier et s’avance, sa bouche s’ouvre comme un poisson hors de l’eau, ses yeux levés, admirent avec fanitude absolu l’étendue de livre devant lui, un peu plus et ses bras laissent tout retomber, alors qu’il fait quelque pas dans l’antre le plus merveilleux du monde, selon Nolan Ealer.
Mais fort heureusement, il tient les bouquins, s’avançant, pour la première fois de sa vie, Nolan a une étrange impression mais qui lui va tout à fait. Ce genre de sensation où l’on sent une présence apaisante tout près de soi, le jeune démon a senti s’envoler la solitude, il n’a pour autant pas l’air plus intelligent.

Son corps sursaute, le sourire de Oishi, son visage, ses paroles, Nolan le regarde bêtement, décidément, il ne se met pas en valeur pour le moment. Mais soudainement les traits du jeune homme rayonnent, il allait lui répondre quelque chose, un quoi. Après tout, il voulait encore prendre son temps, mais soudainement, ce temps n’existe plus. Oishi vient de décider pour lui, en quelques sortes, non, il n’a fait que mettre un coup de pouce à Nolan. Il aurait été capable de vouloir encore réfléchir, indécis, appréhendant de faire une erreur et cette sensation nephilim membre d’un clan change tout. C’est comme si c’était une évidence.

--M…merci.

Encore sous le coup de l’émotion, il a du mal à ne pas balbutier, posant doucement les livres, ses yeux ne sachant plus où regarder. La vitrine ? Les étagères ? Il pose ses affaires au sol, sans quitter des yeux les étages remplies, débordant, il en tremblerait presque d’excitation.
Oishi lui stipule que c’est le commencement, enfin, coup de pression euphorique au fond de lui, doublé par ce qu’il dit. L’envie de découvrir est une chose vive chez Nolan, est-ce vrai ce qu’il dit ? Il ne le sait pas, il garde l’information surtout celle du don.

--HA heu…ouai ! –Bargouine-t-il encore une fois sur les dernières paroles de Oishi. –C’est vrai que je me suis amusé, je l’avoue, à relever tous les endroits chers à notre Seirim. –Il réalise ce qu’il vient de dire et il sourit, un peu bêtement, encore. –J’ai dis notre Seirim. –Il secoue la tête, vraiment tout content. –Je ne dois pas vous êtes utiles, si vous travaillez déjà avec Heru Ur !Mais bon, j’avouerais que si vous avez besoin de moi, pour des indices, je serais content de vous aider !-Il parle comme un jeune, un peu stressé de dire des bétises ou de l’offenser. –Non pas que je pense que vous ayez besoin de moi ! Bien entendu ! –Terrain glissant, abandonne !- Juste, voilà quoi.

Nolan se sent bête, mais c’est vrai qu’il adorerait, au moins chercher, trouver des trucs, aider à ça. Sortir du dôme, quelle drôle d’idée, il n’en a jamais vraiment eu l’envie. Les vestales ont pourtant montré, mais s’éloigner de sa famille, ça lui a toujours foutu les boules.

--J'ignore vraiment ce que je souhaite, enfin non, je suis trop excité pour le savoir, mais je prends vos conseils ! Je vous demande de m’excuser, du coup, je vais…je peux pas me retenir et je sais que vous m’inviter à profiter. Vraiment, je veux pas vous manquer de respect.

Nolan s’excuse encore, gêné de ne pas savoir se retenir, mais il a envie de prendre un bouquin et de lire, il a envie de voir comment Iah Hel écrit, c’est ça alors, il prend un des livres, en s’excusant encore, mais il propose à Oishi de se revoir selon sa disposition, il ne sait pas trop.

Nephilim

Oishi Seijitsu

Nephilim

Oishi Seijitsu

Messages : 524
Enregistré le : 26 juin 2016, 12:46
Nephilim
# RP terminés RP en cours

Oishi Seijitsu

» Publié par Hope

» 21 oct. 2016, 12:56

Nolan ne ressemble pas du tout à Julian. Deux enfants de Zakaï si différents. L'un a été élevé comme un Nephilim "lambda". Il a fait ses propres choix et il en est là aujourd'hui. A parler, comme un adolescent. Je le laisse prendre son envol en lui faisant un signe de tête pour approuver sa demande. Je ne pense pas qu'il pourra m'être utile dans l'avenir. Et je pense qu'Heru Ur n'aura pas la patience de l'éduquer. Notre Dame l'aurait sans doute aimé pour la fraîcheur qu'il va apporter à ces érudits. Un regard nouveau, presque enfantin, avec des questions redondantes, mais certaines très pertinentes. Il faut toujours profiter des nouveaux et d'ailleurs, Nolan est très vite entouré par certains confrères ou consoeurs qui viennent se présenter à lui. Mais cela se voit tellement qu'il veut profiter de ces connaissances à sa disposition qu'un cercle se forme autour de lui pour le laisser tranquille. Mais certains scribes ont le crayon en main, prêt à griffonner les questions que se posera Nolan à voix haute, s'il le fait.

Julian est bien différent. Il connait déjà son avenir. Il a été éduqué pour être un infiltré. Il n'hésite donc pas, il s'affirme bien au contraire. Il joue son rôle d'infiltré. Je quitte la pièce sécurisé et je n'ai bien évidemment pas parlé à Nolan qu'il serait sous surveillance pendant plusieurs années. Oui, il est un Izanaghi, mais l’accès qu'il a ne doit pas permettre la divulgation d'information. Il apprendra d'ailleurs très vite qu'aucun documents ne doit sortir d'ici. Les livres que je lui ai donné étaient anciens, mais ils ne venaient pas d'ici. Je m'arrête un instant à l'entrée du casino. Je pourrais aller voir Djinn. Je regarde d'ailleurs vers une caméra. Je ne sais pas pourquoi il continue de me donner ses accès et ses responsabilités alors que je l'ai profondément déçu et surtout trahi. Pour ma part, je ne le vois pas ainsi et vous le savez. Mais moi aussi j'ai un coeur. Et perdre mes amis me fait mal. mais cela ne m'empêchera de continuer d'avancer. Alors je sors. Un jour, peut être, qu'il viendra de nouveau me parler, vraiment. En tête à tête. Sans ses histoires de clans entre nous. Quand il voudra parler à son ami. Peut être. En espérant que je sois toujours en vie d'ici là. Je pourrais faire le premier pas. Mais ce n'est pas mon caractère. J'ai exécuté les ordres de Mon Daymio. Je ne suis pas en tord. En amitié, par contre ... Mais ça, je ne peux pas l'admettre.
Image

Verrouillé

Retourner vers « Le Luxor »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités