Il y a Silent Bob et Jay, et puis y a Andrew et Lou

Les plus anciens casinos de Vegas se situent à Downtown au niveau de la célèbre Fremont Street. Face à la concurrence du Strip, le district s'est reconverti en un quartier d'affaires. Pari réussi puisqu'il regroupe les habitations des «hauts-salaires» de la ville ! De nombreux Nephilim y ont élu domicile.
Répondre
Humain
Avatar du membre

Lucy Hale

Humain

Lucy Hale

Messages : 869
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Humain
# RP terminés RP en cours

Lucy Hale

» 17 sept. 2016, 18:48

Le petit paradis de tout cosplayeur qui se mérite se situe dans Dowtown, à une ou deux rues près de l’Area. On y trouve de tout, le propriétaire est un excellent client de la boutique de BD et un membre de l’association de JDR de la boutique, en prime c’est un organisateur de GN, qui sont toujours en vogue, même si les Nephilim se prêtent pour la plupart de la partie, quand ils se font sous le dôme, ils apportent le côté effet spéciaux, qui manquait. Certains adeptes ne sont pas chauds, alors il y a peu d’organisation sous le dôme, mais ce n’est pas important. Généralement pour un futur déguisement assez travaillé et le terme déguisement est assez péjoratif pour désigner l’art de reproduire un bon cosplay, il faut s’y prendre quelques mois à l’avance.

Préparer une bonne reproduction est un travail de titan et comme il est question de la comic con de l’an prochain, Lou et Andrew ne vont pas s’y prendre au dernier moment. Du coup, le paradis du petit cosplayeur est leur repaire. De l’extérieur, il ne paye pas de mine, c’est une petite vitrine qui ferait plutôt penser à une friperie, mais à l’intérieur, tissus, et gadget en tous genres se serrent les coudes pour espérer trouver leurs acquisiteurs.
Un méga smoothie banane cacahuète à la main, dans un gobelet fushia strié d’un logo « Smooth you life » acheté à la boutique à fenêtre ouverte à une rue de là, Lucy se balade dans les rayons surchargés en réfléchissant, à grand coup d’aspiration, pour l’inspiration.

Ses cheveux ne sont pas trop d’accord aujourd’hui pour tenir en place, les ondulations naturelles de la rouquine se bataillent la présence avec une sorte d’électricité statistique dû au vent qui souffle sur la cité du vice. Elle a abandonné toute idée de mater la rébellion et s’est attachée la tignasse avec un élastique, qui semble en souffrance de retenir autant de cheveux. Les lunettes du docteur sur le nez, son tardis en argent autours du cou, un t’shirt à manche courte strié de trois Dalek hurlant « EXTERMINATE »et d’un short, elle déambule, doc marteens au pied. Depuis trois ans, elle en a racheté une paire, mais la même. Histoire de ne pas se défaire de ses bonnes vieilles habitudes.
Traversant son torse, la bandoulière de son sac informe.

Ils n’ont pas encore limité leur choix sur le cosplay, à vrai dire, ils ne sont pas encore mis d’accord, mais plutôt que de rester à batailler et casser les oreilles des employés, les associés se sont décidés à bouger. Ils passent là avant d’aller au vieux cinéma du quartier et peut-être, encore avant, déjeuner à ce fameux nouveau restaurant qui a pris la place d’un pressing il y a quelques mois. Pour le petit bonheur de Drew, c’est devenu un Thaïlandais.

En fouinant dans les allées, Lou se demande si Hope sera là. Mais elle en a pas la certitude, à vrai dire, elle ne veut rien forcer désormais, les cartes sont entre ses mains. Bien entendu, quand on dit cela, on sait très bien qu’à un moment donné ou à un autre, la rouquine finira par prendre les choses en main, comme avec un certain blond barbu. Mais pour l’instant, elle profite de son meilleur ami, parce que cela fait du bien.

Depuis la mort de Larry, le départ de Chris pour quelques temps, le groupe ne s’est pas fragilisé, au contraire, les membres de l’Area, une familly nouvelle génération, est plus en forme que jamais. Mais le duo de premier ordre se retrouve un peu. Chris est arrivé en troisième, suivit par son petit ami Larry, sans compter les autres. Au final, tous à leurs façons, n’avaient plus réellement de parents ou autre, mais ils sont ensembles. Chris a d’ailleurs donné des nouvelles cette nuit, promettant qu’il reviendrait dans peu de temps, cela ne veut peut-être rien dire. Le groupe sait qu’’il est parti avec son petit ami dont ils ont vu la généreuse nature l’autre soir, prendre un peu de repos. Tout a chacun sait qu’il est allé à l’Atrium Vestae –l’hôpital Nephilim- pour se soigner de son addiction après en avoir discuté avec la bande par skype et qu’il a éprouvé le besoin de s’éloigner de la ville, le temps de se remettre.

Toute la bande sait quel mal cela a fait à Chris, même en trois ans de séparation, on oublie jamais l’amour de sa vie et encore moins la personne avec qui l’on devait se marier. Pour comprendre plus profondément les choses, il faudrait être dans la tête de Chris, et personne ne l’est. S’il revient plus en forme et apaisé, qui pourrait être mécontent ?

Le duo se retrouve donc un peu, comme avant l’initiation de Chris, même si Lou n’a jamais cessé d’être la meilleure amie de Drew. Le genre de meilleur pote qui comprends tous les délires, capable de faire une Fusion façon Dragon Ball et à dire « Flûte, ça n’a pas fonctionné. » L’arrivée du petit Hope dans le groupe a d’ailleurs fait émettre des questions et des théories. Est-ce que ce petit est le fils du cousin de Lou en fait ? Elle n’a pas démenti une des théories de Andrew raisonnant comme cela, mais elle ne l’a pas affirmé, elle lui a dit : bien sûr ! Pour les autres, elle a évincé en allant s’occuper du petits garçons et colorier avec lui, le livre geek pour enfant, avec un tardis et d’autres trucs, enfantins, bien entendu. Pas d’ange pleureur ou de Terminator avec l’œil bionique. Faut pas déconner non plus !

Dans la friperie, elle n’a pas parlé des derniers évènements à Drew, pas envie de foutre trop de truc sur le tapis ! Elle fouille dans les perruques, et au bout d’un petit instant, elle trouve un bonheur qui lui décroche un sourire. Rapidement, la geek passe sur sa tête, l’une d’elle, et trouve un bonnet à peu près ressemblant, se faufilant dans les rayons, elle échappe à la vue d’Andrew, pour arriver derrière lui, et l’air de rien.

--Dis tu crois que Dieu en fait c’est Alanis Morissette avec Alan Rickman son Metatrhon maintenant. –Elle regarde Drew avec un grand sourire, l’air de rien et se met à gesticuler façon Jay. Elle sait qu’elle est ridicule mais elle se marre. –Quoiiiii !

Lucy se met à rire, c’est vrai qu’il y a trois à Halloween c’était Larry le Jay, mais bon. Ils doivent profiter de leur délire, c’est comme ça. De toutes façons, Lucy a toujours dit à Andrew, qu’il avait l’air de Silent Bob !!
Et la geek gesticule avec des répliques de Jay, en ne criant pas trop les gros mots quand même, elle a l’air fine, des cheveux roux s’échappant de la perruque.

Cette connerie va mériter un selfie surement, mais faudrait qu’elle arrête de faire l’idiote déjà !

Quête du poste : Best Friend Forever : +1200 xp, Création du profil Andrew Weyst

Humain
Avatar du membre

Andrew Weyst

Humain

Andrew Weyst

Messages : 24
Enregistré le : 17 sept. 2016, 14:06
Humain
# RP terminés RP en cours

Andrew Weyst

» 02 oct. 2016, 19:56

On avait de la chance… à côté de l’area… ouais, enfin, à deux rues, quoi, y avait une petite perle… un ptit magasin sans énorme prétention qui permettait de trouver tout et n’importe quoi en matière de cosplay… ouais, quand je dis tout et n’importe quoi, je déconne pas… alors voilà, forcément, dès qu’il y avait une convention, j’allais là-bas.. ; enfin, je… je veux dire nous, Lou et moi… ben ouais, en même temps c’est triste d’aller à une convention tout seul, et encore plus la comic con locale ! C’était dans des mois, mais vous me connaissez, je ne procrastine pas. Pas mon genre, pas mon truc… alors en jean un peu large, et en sweat à capuche orange presque fluo – juste parce que Lou avait dit que la couleur faisait ma aux yeux – je me baladais dans les rayons… je ne dirais pas que j’avais perdu Lou de vue, mais avec les dernières années, je crois que nous avions chacun pris un peu d’indépendance par rapport à l’autre… je ne vais pas dire qu’on s’entendait moins bien, mais je n’avais jamais digéré avoir l’impression qu’elle me planquait trop de trucs… en fait c’est pas le fait qu’elle planque des trucs qui m’emmodait… c’était plutôt le fait, que même si je lui disais de cracher le morceau, elle refuserait de m’en parler , comme si elle n’avait pas confiance… elle noierait le poisson et se taperai une esquive digne d’un Ninjask ! Vous ne savez pas ce que c’est un ninjask ? Jouez à Pokémon au lieu de bosser, incultes !

Bref, vos vous demandez pourquoi on est déjà là ? Ben… parce qu’on se chamaille, comme d’hab… parce qu’on est pas d’accord sur le duo de cosplay qu’on fait… du coup, autant venir se pougner devant les possibilités ici que d’en discuter à l’Area, n’est-ce pas ? Et puis, qui sait quel coup de cœur on aurait – je parle de coup de cœur télépathique, genre ce qu’elle voit et que je vois aussi d’un coup, en même temps… je farfouillais donc, en attendant l’heure d’aller au cinoche puis au restau… un nouveau thaï… ça peut être cool, et ça peut devenir mon nouveau thaï préféré, tout comme ça peut être une grosse déception… je soupirais, faute de trouver un truc innovant et cool… le problème de louper aucune comic con c’’est qu’à force… ben si on voulait pas se répéter, fallait vouer que l’inspi ne venait plus aussi facilement… et depuis que je connaissais Lou, je n’en avais loupé aucune… c’était vous dire… je farfouillais alors encore un peu avant de revenir vers Lou, une moue sur le visage qui montrait clairement que le gros trip qui nous conduirait là-bas n’était pas encore en stock…

La situation n’était pas simple ces temps-ci. Entre Hope qui claquait un peu la porte au nez du groupe - à cause de sa gonzesse je parie - et Chris qui e barrait avec monsieur moulin à poivre – si, si, je vous jure vu la taille, ça relève du moulin à poivre – et sans même aborder le sujet de Larry, je ne pouvais pas m’empêcher de trouver le groupe faibli, moins important, soudé, certes, mais nous avions perdu quelque chose… j’aurai aimé en parler avec Lou, sachant très bien qu’elle était la plus touchée, sans doute, mais vous savez comment ça marche un savon ? Ben faire cracher le morceau à Lucy c’est comme, quand on est sous la douche, tenter de choper avec les mains pleines d’eau le savon qui est tout aussi mouillé… 90% de chances que ça fasse zouip ! Et après ça, neuf chances sur dix de mettre le pied dessus et glisser… et on s’étonne que je sois passé au gel douche…

Le meilleur exemple que je connaisse ? Hope. Pas le grand, le lardon… ben tiens, il ressemble tellement à l’autre Hope que j’ai fait des théorie… et Lou m’a répondu pour me faire comprendre que ce serait cool, mais que ce n’était pas valable comme théorie… oh, elle m’a pas gâché le plaisir, elle m’a juste dit « Bien sur » mais ça avait déjà tout foutu en l’air, dommage, non ? Car avec ce mot j’avais eu comme l’impression qu’un nouveau secret s’immisçait entre nous… c’était perturbant, gênant, désagréable… j’avais l’impression d’être un peu le dindon de la farce… mais bon, que voulez-vous… je ne vais pas lui faire vomir tout ce qu’elle me dit pas, si ?

Enfin bref, je revenais vers Lou en me disant que nous avions ptetre perdu notre temps, où était-elle ? Je la cherchais du regard quand je sentis finalement sur mon dos un regard et me retournais… Lou, perruque blonde longue et bonnet… non, elle ne va quand même pas oser… allons…. Ce serait trop facile… et trop drôle…

Ben si… je ricanais silencieusement en foutant les mains bien au fond des poches de mon sweat et la regardais alors imiter Jay, et moi de mon côté je ne pus réprimer mon envie de faire ce qui était, selon moi, la meilleur réplique de Silent Bob… lui mettre une fausse petite tape derrière la tête… puis, je ne pus m’empêcher de sortir mon téléphone et de lancer la chanson emblématique… pour celle-ci, pas besoin de karaoké… puis, je me mettais à faire les petits balancement de tête de Bob quand Jay « chante »…

Vous pensiez que j’allais chanter ? Vous me connaissez mal… je saisis une casquette et me l’enfonçais à l’envers sur la tête, histoire de coller et je continuais à bouger comme Bob le ferait
Image

Humain
Avatar du membre

Lucy Hale

Humain

Lucy Hale

Messages : 869
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Humain
# RP terminés RP en cours

Lucy Hale

» 02 oct. 2016, 21:19

Lou et Andrew, ce sont les gars de la bande qui foute la honte. Parce qu’ils se fichent totalement de faire les idiots et plus encore qui aiment leur private joke. A une époque, c’était pire que ça, si tant est que cela soit possible, il n’y avait pas les Infiltrés, pas les Nephilim, pas tout ce bordel et Lou disait TOUT à Andrew, mais aujourd’hui. Les délires sont toujours là et Lou est convaincue que tout va bien, elle se ment ? C’est probable. Mais elle aime son meilleur ami, elle ne veut simplement pas…le foutre dans un bordel qui tournerait à la Chris ! Faire ça à Andrew, cela lui ferait trop mal, elle ne se le pardonnerait jamais, elle le sait. Pourtant, elle l’a fait à Chris.
Alors, il faut se satisfaire d’un rien, voire de tout, et aller à son encontre en mode Jay et faire l’idiote, ça vaut bien tous les délires du monde !

C’est difficile pour Lucy de lui cacher plein de truc, mais elle finirait d’elle-même par aborder le sujet, il fallait juste plusieurs détails pour que cela arrive. Être sûrs de n’être que tous les deux. Ce qui est bien partit, même si elle tente le thaïlandais ! Que l’ambiance soit bonne. Et c’est bien parti. Et surtout que Lou ait le courage de le faire, sans se dire : je vais détruire sa vie. Moins facile ça.
Elle se reçoit la tape derrière la tête et elle continue pourtant de chanter, en riant, et alors, quand il met le son à son téléphone, elle prend confiance et chante plus fort.

Les deux zigotos ont l’air de deux gros idiots, mais qu’est-ce qu’elle s’en fiche ! Lou chante pas très bien, mais tant pis, au pire, il va pleuvoir ! Elle rape mal d’ailleurs, et elle finit essouffler, morte de rire en soufflant vers sa frange pour s’aérer, ce qu’on fait quand on a chaud, elle fait tomber ses artifices et elle fait un calin à Andrew, passant ses bras autours de son ventre.

--Ah je t’aime toi. –Ce mot, elle est capable de le dire à ses amis, sincèrement, franchement, sans détours. En amitié, cela ne lui fait pas peur. Elle soupire.- J'ai faim…on va manger, dis, s’il te plait, on va manger !? –Elle lui fait une moue de petite fille triste, la bouille qui tue ou qui est censé apitoyer, ça marche encore sur Andrew ? – J’ai rien repéré qui me tente ! Mais, on peut en discuter en bouffant ! T’en dis quoi ? J’ai tellement la dalle, regarde, je suis toute molle tellement j’ai faim.

Et la voilà qui continue à faire l’idiote en s’appuyant sur lui, histoire de faire la fille désarticulée. Lou est un ventre sur patte, le poid, elle le perd avec le sport, mais elle bouffe autant qu’un homme. Ça a toujours été comme ça et heureusement qu’elle n’est pas….le cliché geek : boutonneuse et en surpoid. Elle a les lunettes au moins, elle tombe pas loin. Il y aussi le cliché de la fille à gros seins et à lunette. Sa poitrine est correct de ce côté-là.
Bien entendu, elle va éviter de faire trop la mollassonne, c’est un coup à ce qu’il se décale et qu’elle se vautre. Elle se redresse brusquement et elle soupire.

--Allez, on bouge ! –Lou ne tient pas en place, c’est dans sa nature hyperactive, elle sourit à son meilleur ami, avec un air mutin et à moins qu’il ne râle ou s’y oppose, et bien, ils y vont !

En dehors du magasin, glissant ses lunettes sur son nez, Lou commence à jacasser, en sa compagnie, il se remette à débattre, et cela devient compliqué de trouver LA bonne idée. Bien entendu, ils ne se font pas réellement de souci, ils finiront par tomber d’accord, pour la simple et bonne raison que c’est toujours le cas, l’un des deux dis un truc et BIM, ça part ensemble dans tous les sens, les idées fusent et c’est le carnage !
D’ailleurs, ils arrivent rapidement au restaurant et ils s’installent à leur table, Lou a arrêté de parler pour se concentrer sur le menu, un repas numéro 3 plus tard, avec de l’anguille dedans et une bière thaï, elle sourit à Andrew. Ils bouffent, ils parlent, ils se vannent. Bonne ambiance ? Check…que tous les deux. Check.

Le courage…Mamie Hale semble apparaître à côté de Lou, non, elle n’a pas d’hallucination, mais imaginer Maître Yoda apparaissant à Luke, en moins petit et pas tout vert. C’est une façon de parler en fait. « Mais tu vas arrêter d’être une trouillarde ma petite fille ! Ah ça, si y a un truc que les femmes de notre famille n’ont pas, c’est la trouille ! Je t’ai pas éduqué comme ça. Mange un de ces dessert le khao niania je sais plus quoi ! J’adore ça. »

Heureusement ce n’est qu’une sorte d’illustration de sa pensée, Lou soupire et sourit.

--On s’est toujours dit qu’on se dirait tout, mais que si un jour c’était pas possible, genre pour pas troubler le continum espace temps, ou ne pas créer de paradoxe temporel, il faudrait se taire et se dire : Je ne peux pas tout te dire, mais tu dois simplement me faire confiance. Je crois qu’il faut que je te le dise, parce que tu es mon meilleur ami et que j’ai peur de te perdre, un peu, avec le temps. –Lou est mal à l’aise, ça y est. Parler de ce genre de sujet, les aborder, non, elle a du mal. –Mais je ne peux pas tout te dire, c’est pas contre toi, c’est juste que je ne peux pas. Tu as le droit de me poser des questions, si tu en as, c’est le moment, on est bien, tous les deux, en plein dans notre façon d’être de tout le temps…je répondrais par oui, ou non. Et si je ne peux pas répondre, je te dirais Bazinga.

Elle a l’air hyper sérieuse, mais Lou a un peu la frousse. Et si rien que cela mettait en danger Drew ? Et si rien que ça, ça allait tout faire partir en sucette ? Mais si elle continue, elle va le perdre et c’est pas possible. Lucy sans Andrew, c’est comme Robin sans Batman, Scoubi sans Sammy, Rox sans Rouky, Hawkeye et la veuve noire mais versions Film dernièrement sortie, non pas la version comics car elle se le tape Hawkeye ainsi que Daredevil et Captain America et Mandrill. Donc non, la version film, avec l’histoire d’amour à deux balles entre elle et Hulk, où elle lui chante une berceuse pour le faire redevenir le professeur Baner. Donc la version où Hawkeye est un papa amoureux et marié.

Bref, Lou sans Andrew c’est comme avoir un super ordi toutes performances, sans accès internet…et avec uniquement le majhong d’installé dessus en jeu.

Humain
Avatar du membre

Andrew Weyst

Humain

Andrew Weyst

Messages : 24
Enregistré le : 17 sept. 2016, 14:06
Humain
# RP terminés RP en cours

Andrew Weyst

» 02 oct. 2016, 22:38

Putain de merde, je me marre tellement que je m’en serai tenu les côtes… ou que je me serais fait dessus… ‘st fou comme o peut se montrer très, très, très con parfois… bon, okay, très souvent, tout le temps, même ! Mais en même temps, c’était comme ça qu’on s’entendait… et pourtant, et pourtant ça ne durerait pas… je le sentais, car si elle ne me faisait pas davantage confiance, alors je ne voyais plus aussi bien mes délires avec elle… nan mais ensemble on était comme en course en sac : si on va pas au même rythme on est mort.. ; en fait on devait être siamois de l’âme ou une connerie du genre… mais bon, je me demandais si cela pourrait durer si je sens que ça ne se dégrade… question de logique… si elle ne me faisait pas confiance, où pourrions-nous aller au juste ? Mais bon comme elle jouait les anguilles et que je voulais pas me prendre le jus, alors je faisais moi aussi semblant que tout allât bien… mais bon, cela faisait trois ans, trois ans que j’attendais qu’elle me fasse confiance, alors bon… je lui laissais un mois, un mois avant de la coincer quelque part et mettre tout à plat, quitte à ne pas la laisser partir sans avoir eu des réponses ou un adieu… ou à ce point-là… mais en même temps, comment avoir confiance quand ce n’était pas réciproque, déjà, et ensuite quand votre plus proche amie vous cachait toute une tranche de sa vie, comment réagiriez-vous ? Ouais, voilà c‘est ça, en perdant confiance, entre autres…

Enfin bref, pensées joyeuses, nous nous marrions bien tous les deux… et là, elle cessa pour dire qu’ele avait faim et qu’elle voulait manger… parce qu’elle insistait, je finis par opiner du chef, okay pour manger !

Je soupirais en cotant qu’à peine j’avais dit oui, qu’elle était prête à foncer ! Je soupirais un peu. ; elle avait un côté puissant parfois… et au final, on se compensait bien : je la freinais, et en retour elle me poussait… et au moins, avec elle, je savais qu’elle ferait la conversation pour deux… elle jacassait, elle jacassait… j’aimais bien l’entendre parler… mais je fus déçu qu’elle arrêter son petit manège, car je pensais de plus en plus à la saisir et la jeter par-dessus mon épaule façon sac à patate… en même temps, logique, n’est-ce pas ? Je lui souris, alors, juste, profitant de l’instant présent…

Oh ne croyez pas que je reste silencieux, je participe à la conversation, mais mes phrases, se limitent comme presque toujours à sujet-verbe-complément… oh pas que je ne sais pas faire mieux, mais disons plutôt que je n’aimais pas parler quand ce n’était pas nécessaire, et avec Lou, pas besoin d‘en dire plus… énorme avantage que j’avais avec elle… le manque de parole se faisait très bien comprendre…et puis à quoi bon parler, si ce n’était pour dire des choses inutiles ?

Nous arrivâmes bien vite au restau thaï et nous nous asseyons. Je commençais un petit assortiment pour gouter un peu tout ce qu’ils proposaient, histoire de me faire un avis sur leur cuisine… je voyais Lou manger comme quatre sans se soucier de grossir… veinarde… moi j’avais le bide à bière qui pointait… super glam n’est-ce pas… enfin bref, le repas était sans anicroche, juste absorbé par la bouffe… jusqu’à ce que je sente une tension dans l’air… Ça venait de Lou… qu’est-ce qui se passait… un air de déception passa momentanément sur mon visage avant de finalement l’entendre parler.

Alors comme ça elle ne me disait rien parce qu’elle ne pouvait pas… hum, non, désolé, trop facile comme excuse… elle pouvait dire, mais elle ne le voulait pas… et ça faisait toute la différence…… voilà, finie la bonne ambiance… je soupirais et posais mes baguettes. Ayé, appétit coupé… je la regardais alors qu’elle me faisait comprendre que je pouvais poser des questions, questions qui risquaient clairement de finir sans réponse, alors, je soupirais, m’affalais en arrière et croisais les bras devant moi.

« Okay je vois, je crois que la bière thaïe est pas assez forte… »

Je ne déconnais pas… je hélais un serveur et commandais un peu de digestif… puis je repris la parole… je parlerais beaucoup ce soir sans doute… alors je buvais avant un verre d’eau…

« Okay donc en gros tu ne peux rien me dire, mais tu vas répondre à certaines questions en me laissant encore plus mariner dans mon jus… »

Je soupirais de nouveau pour donner la seule réponse qui, hélas, convenait à la situation.

« La confiance c’est de savoir qu’on peut tout se dire aussi, je crois que je vais être honnête. Je ne veux pas connaitre tes petits secrets. Mais ça fait des années que j’ignore de plus en de choses sur toi… Et tu le sais... tu veux mener une vie en dehors de notre amitié je le respecte et je respecte ton jardin secret… mais ne t’étonne pas si ça finit par devenir réciproque… ce serait la conséquence logique… et sans doute involontaire…. »

Je rajoutais alors, bien qu’à regrets.

« Trois ans… c’est trois ans de trop pour cette conversation et tu le sais très bien… ton speech, c’est à l’époque que tu aurais dû ne me le faire, pas maintenant. Alors non, je ne veux pas savoir. Enfin si, je veux savoir, mais je ne me contenterai pas de ton jeu… tu me dis ou tu ne me dis pas, mais pas de moitié moité… »

Et plus fort que moi…

« Et puis sérieux… Bazinga ? Tu as déjà été plus inspirée… »
Image

Humain
Avatar du membre

Lucy Hale

Humain

Lucy Hale

Messages : 869
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Humain
# RP terminés RP en cours

Lucy Hale

» 02 oct. 2016, 23:43

Le cœur de Lucy bat aussi vite qu’il est possible, maladroite dans les discussions sérieuses, elle se demande si son introduction est bonne, l’ambiance du thaïlandais est désagréable tout à coup. Des gens parlent fort, le bruit des fourchettes la dérangent, sérieusement, le bruit d’une fourchette l’agace dans un restaurant asiatique ! Mais ce n’est pas grave. Les serveurs passent, tous d’origines semblables aux plats et un mec rit très fort juste derrière elle. Sûrement la bouche ouverte, avec des morceaux de bouffe en évidence.
La jeune femme pourtant a décidé d’être forte, adulte, calme, et mature. L’homme en face d’elle est son meilleur ami, il a le droit de lui sortir des vannes sur les roux sans qu’elle ne boude, ou de lui claquer l’arrière du crâne en guise de réponse. Elle sait que les choses ne seraient pas comme ça éternellement, elle sait aussi qu’elle ne peut pas…juste…elle ne peut pas, c’est tout. Mais elle refuse de faire comme avec Chris. Chris lui en veut, Andrew lui en veut pas déjà peut-être ?

Le bout de son nez baissé sur son assiette à sa réplique, après la sienne, elle sait que ça sent mauvais. Ce n’est pas compliqué de comprendre Andrew, cela ne l’a jamais été pour elle, en tous cas, et elle sait d’avance que ça va pas le faire. Mais elle déglutit et relève son regard, une grande inspiration, elle va être adulte et forte et faire face. C’est un peu la nouvelle donne du moment non ? Lucy est tellement capable de se mentir et puis de dire flute et de se lancer. Pas flute, merde plutôt.

Elle roule des yeux, pourquoi les mots sont toujours compliqués, mariner dans son jus parce qu’elle ne peut pas répondre à tout. Mais bien sûr, elle n’aurait pas été chez les Infiltrés, elle lui aurait tout balancé, comme ça ! Non, en fait, il y a trois ans, elle n’aurait rien balancé, question de secret et tout le bordel. Mais maintenant…maintenant c’est plus secret les Nephilim, c’est plus secret que y a des clans, genre Vesta et son hôpital, alors quoi ?
Et bien, elle est une infiltrée, elle aide à la dissimulation, elle fait ce qu’on lui dit, elle gère les relations avec les clans, elle essaye d’etre au courant de tas de truc, pour servir parfaitement son clan et son Seirim, parce que c’est une humaine qui veut aussi montrer qu’elle en a une grosse, façon de parler. C’est pas beau la fierté mal placée, mais elle a dit qu’elle arriverait à impressionner Sassy, elle a toujours ce but, même si elle ne saurait jamais l’avis de sa première sœur de cheveux.

Il enchaîne sur la leçon de morale, pas totalement fausse, pas totalement vraie. Ils sont meilleurs amis, ils se connaissent tout, mais ils ont une vie. Ils ont toujours su que le jour où ils seraient en couple sérieux, bien que Lou ne se voit jamais dans cet enchaînement, il y aurait une vie à côté. Lou n’est pas stupide, mais elle ne dit rien. Elle n’a plus très faim, le morceau d’anguille passe mal, et elle déglutit, passant ses doigts autours de son verre, légèrement mouillée par la condensation de la bière frâiche, elle boit une gorgée, une grosse, pour aider à faire descendre la nourriture.

Le truc c’est que quand Andrew parle beaucoup, ça sent pas bon, alors quand Andrew parle, on l’écoute. Elle en tous les cas le fait. Elle repose son verre, calme, feintant de ne pas être un peu angoissée, puis, elle le regarde, au moment de la pique sur bazinga.

--Je me suis dis que le cri de Chewbacca, ça allait me faire mal à la gorge.

Sourit-elle en ramenant sa main vers elle, alors qu’elle vient de poser son verre. Elle inspire, et semble réfléchir, trouver les mots, peser le pour et le contre, ce genre de chose.

--On ne joue pas, pas de souci. –Elle le fixe, avec ses yeux clairs, si sérieux, si…elle n’est pas en colère qu’il ait eu besoin d’entendre ces mots, il y a trois ans, alors qu’il aurait du savoir, mais c’est pas grave. Elle ne veut pas faire dans la facilité, la balle qui retourne vers l’autre, comme un bon vieux pong sur Atari, pas possible. –Je connais l’existence des Nephilim depuis plus de trois ans, malheureusement, il y a des règles strictes. Comme celle du Fight Club et la première, tu la connais. Mais avant…tu réalises que savoir, va potentiellement être pire que d’ignorer ?

Et que ce sont ses épaules qui vont porter le poids de tout ça ? Tout lui dire…c’est tout mettre en danger et meme leur amitié. Parce qu’elle a confiance en lui, mais, ça pourrait finir comme Chris, ou pire !

Humain
Avatar du membre

Andrew Weyst

Humain

Andrew Weyst

Messages : 24
Enregistré le : 17 sept. 2016, 14:06
Humain
# RP terminés RP en cours

Andrew Weyst

» 03 oct. 2016, 22:26

Oui, le cri de chewbacca aurait été déplacé… bon, sang, je souriais légèrement mais sans me presser pour autant, et avec réserve, pas ce à quoi je l’avais habituée… mon trait d’esprit n’avait pas été l) pour rire, juste pour détendre l’atmosphère… je soupirais doucement, peu amène néanmoins... en même temps, elle ne se décidais que maintenant… quelle idiotie... elle m’aurait dit ça il y avait trois ans, j’aurai accepté, sans bronché, juste parce que je lui faisais confiance… maintenant… maintenant il y avait quelque chose de brisé entre nous, et ce n’ »tait pas de mon fait… j’aurai préféré… je connaissais Lou, réparer des trucs comme ça… je e savais pas si elle en aurait été capable, et là, je n’avais aucune envie de faire ce pas pour réparer. Quand on merde, on se rattrape. Normal, n’est-ce pas ? Alors il allait falloir qu’elle fasse plus que juste déballer la vérité ou se taire pour reconstruire ce qui était brisé. Oh, je n’allais pas vous mentir, c’était rattrapable, c’était toujours rattrapable, mais encore fallait-il le voir, mais encore fallait-il le vouloir… je regardais un peu le visage de Lou… elle semblait sis sérieuse, et en même temps je percevais une pointe de tristesse. Mis je la connaissais, si elle avait fait cela, elle n’en aurait pas forcément de regrets… elle essayait toujours de faire comme elle estimait être le mieux… mais voilà, quel mieux au juste ? Le mieux pour elle ? Le mieux pour les autres ? Plutôt l’image quelle avait du mieux pour les autres… je regardais la rouquine et restais silencieux. A elle de prendre la main, à elle de dire ce qu’elle avait à dire, même si je vais par avance que je n’allais pas apprécier la suite… mais bon, il fallait aplanir les choses…

On m’apporta sur ces entrefaits le petit verre de digestif que buvais d’un coup sec avant d’en redemander un autre Je ne comptais pas me mettre minable, mais j’en avais besoin pour encaisser le choc, elle savait la vérité avant tout le monde… bon, soit… mais dans ces conditions s’il y avait bien une personne avec qui elle aurait pu le dire, avec qui elle aurait pu en parler, c’était moi… mais elle n’avait rien dit, elle n’avait rien fait, parce qu’elle respectait des règles… des règles… non mais c’était presque du foutage de gueule à ce niveau là… et alors que je l’écoutais je serrais lentement les poings.

« De qui est-ce que tu fous ? Les règles ne t’ont jamais arrêtée jusque-là et c’est pas près d’arriver… alors des règles strictes, c’est des conneries… »

Je soupirais et me levais, maintenant j’avais besoin de prendre l’air. Sans doute seul. Mais là en cet instant, je me sentais complètement seul…

« Ne me sors pas le couplet de la protection, je t’ai toujours dit que j’avais horreur qu’on me protège, que j’étais assez grand pour ça… alors tu as sans doute voulu me protéger de la vérité, d’un savoir que tu estimes dangereux… et bien tu as eu tort. Tu es mon amie, mais tu n’es pas là pour ça… et au final, ben je veux rien entendre de ce que tu as à me dire sur ce que tu me cachais, ce sont tes histoires, et puisque tu l’as gardé pour toi, ce ne sont pas les miennes. Si tu voulais en parler, il fallait le faire avant… surtout sur un truc aussi gros… car même si c’était un secret, tu sais que je l’aurais gardé pour moi. »

Je secouais la tête, comme si je m’ébrouais et prenais le deuxième verre que l’on apportait aussi sèchement que le premier, et je me levais, posant des biffetons sur la table pour tout payer. Je comptais me tirer.

Je ne disais rien, et je sortais. Qu’elle me suive si elle le désirait, moi j’avais besoin de m’en griller une… et sans doute aussi besoin de rester un peu seul… mais si elle voulait parler un peu, alors soit ! Mais bon, elle savait que ce ne serait pas agréable. Elle voulait entendre ce que je pensais de ses petits secrets, voilà, c’était fait. Il y avait un an, ou deux, je lui aurai fait confiance et elle n’aurait rien eu à me dire, après son petit speech. Mais maintenant… maintenant j’étais trop fumasse. J’allumais ma clope et je regardais le vague, attendant que la colère passe…
Image

Humain
Avatar du membre

Lucy Hale

Humain

Lucy Hale

Messages : 869
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Humain
# RP terminés RP en cours

Lucy Hale

» 03 oct. 2016, 23:17

Lou sait qu’elle devrait se taire, ne rien commencer, ne rien débuter, ne pas s’engouffrer dans le chemin de la vérité, ne pas parler. Cela ne va rien apporter de bon, et le pire c’est que cela pourrait lui retomber dessus, des deux côtés, mais si elle ne dit rien à Andrew, alors dans ce cas, elle va simplement le voir partir, vraiment. Est-ce qu’elle est capable de l’accepter ? Pas réellement pour l’instant.
Assise sur la chaise du restaurant, elle a débuté, mais elle se doute qu’il va partir dans sa logique et c’est une logique qu’elle ne comprends pas. Parce qu’elle sait les tenant et les aboutissements de tout ça, et qu’elle a réfléchit à ce qui était mieux pour les autres, mieux pour lui, mieux tout simplement. Pourquoi les gens sont si compliqués ? Elle ne va pas savoir faire, mais elle va essayer.

Elle reste silencieuse, elle trouve Andrew injuste, elle sait parfaitement ses qualités, qu’il n’aurait rien dit, mais en exposant tout ça, il omet de chercher les raisons, ou de regarder plus loin que le bout de son nez. C’est injuste mais elle ne se sent pas coupable de n’avoir rien dit. Le voilà qui se dresse et boit le digestif, balançant l’argent pour s’en aller. Lucy a redressé le regard entre temps, pour l’observer faire, vérifiant au passage qu’il y a assez d’argent,elle pose ses mains sur le rebord de la table, elle pousse sa chaise et se redresse, prenant son sac, doucement, elle sort à sa suite.

Bien entendu que les gens la regardent, les gens aiment voir ce genre de chose, les gens qui se disputent et se chamaillent, ça attire le regard. Lou déteste ça, le voir et en être la cible, c’est comme avoir une grosse tâche sur les fesses que tout le monde peut voir. La porte du restaurant ouverte, elle regarde à droite, puis à gauche, oh, Andrew n’est pas trop loin, il fume. Cette manie !! Elle lâche la porte qui se referme brutalement et elle s’avance vers lui, qu’est-ce qu’elle va dire ? Elle n’en sait rien. Les mots c’est compliqué sérieusement.

Elle tient la bandoulière de son sac sur le devant de sa poitrine, tordant ses lèvres, elle accepte même de se prendre la fumée dans la tête, sans raler, sans pester, sans rien faire. Lou le regarde avec un air de gamine, mais elle en est une encore, malgré ses 27 piges, un gros soupire, elle finit par lâcher.

--Drew….je suis désolé, qu’est-ce que tu veux que je te dise de plus ? Si tu ne veux pas m’écouter, je ne peux que te demander pardon.

Lou a un sourire pour faire bien sur le visage, pourquoi réagit-il comme une gonzesse ? Elle ne comprends pas qu’il ne comprenne pas, elle n’envisage pas un instant qu’il puisse être aussi bête tout en sachant qu’elle a fait ce qui était le plus juste selon elle et le plus prudent. Ce n’est pas une question de protection, pas que, mais en fait, si un peu. Elle secoue la tête.

--Pardon de t’avoir blessé, parce que c’est tout ce que j’ai fais, par tout ce que j’ai pas fait.

Que dire d’autre, Lucy a des larmes aux yeux et un sourire factice sur la bouche, un gout amer sur la langue, qu’est-ce qu’elle peut faire de plus, s’il ne veut rien entendre ?
La seule chose qu'elle regrette c'est de l'avoir blessé pendant trois ans en fait, mais pas de ne pas lui avoir tout dit, non. Pourquoi ne peut-il pas l'envisager? Bon parce qu'elle ne l'a pas expliqué, d'accord, mais elle a fait ce qui devait l'etre, c'est tout. Et alors quoi? Il va bouder pour toujours, forever and ever? C'est pas possible, elle ne veut pas y croire.

Humain
Avatar du membre

Andrew Weyst

Humain

Andrew Weyst

Messages : 24
Enregistré le : 17 sept. 2016, 14:06
Humain
# RP terminés RP en cours

Andrew Weyst

» 04 oct. 2016, 00:06

J’étais sorti… est-ce que j’avais fait le bon choix ? J’escomptais que oui, mais je n’étais pas sûr que cela suffirait. Aurai-je du tout écouter ? Peut-être, et attendre avant de me décider… mais je n’étais pas sûr de ce que je pouvais dire ou faire… de toute façon, elle me perdait. Au final, j’avais l’impression qu’au niveau de ces trois dernières années il y avait eu d’excellents moments… mais au final, il y avait trop de choses qui étaient passées sous silence et qu’elle aurait dû dire… mais elle ne l’avait pas fait. Et elle venait après coup, m’envoyer dans la gueule, comme ça, qu’elle savait mais qu’elle avait rien dit. Elle n’avait pas parlé, ou même simplement dit de lui faire confiance, ou quoique ce soit. Au final, c’était cela le plus difficile à encaisser. Elle avait tenu pour acquis que je ne devais pas savoir, que je n’avais pas besoin de savoir, ou même juste qu’elle me tenait un peu trop pour acquis. Et ce n’était pas délirer ensemble qui allait changer grand-chose à cela… je la connaissais, elle était la reine de la façade, et aujourd’hui, si je voulais Lou à mes côtés, ce n’était pas pour plus de mensonge. Elle ne voulait pas que je sache alors selle avait caché… et en ne me faisant pas confiance, elle m’avait blessé. Pas de retour en arrière possible… je me contentais de hausser les épaules et d’attendre en silence… fumant ma cigarette avec un peu trop d’empressement ! Je soufflais un rond de fumée dans les airs alors qu’elle me rejoignait. Je ne la regardais pas. Je ne lui tournais pas le dos, mais je ne comptais pas la regarder tout de suite… pas envie de voir son visage où je savais ce que j’allais voir… elle ne comprendrais pas ma réaction, comme toujours quand il s’agissait de comprendre les autres… comment développer une amitié vue sous cet angle ? Je restais silencieux un instant… puis, finalement, je la regardais alors qu’elle parlait… désolé… un peu facile n’est-ce pas ? Trop facile même… je la regardais droit dans les yeux. Son sourire, je n’en avais rien à foutre… ses yeux par contre disaient la vérité eux, je la voyais bien, truste pour la situation, mais ce que je voulais, ce n’était pas juste des excuses pour m’avoir blessé, parce que cela voulait dire que si elle devait recommencer elle le ferait sans la moindre vergogne, alors je grognais juste en silence, sans rien dire de plus, complétant cela par un haussement d’épaules significatif.

« Tu n’es pas vraiment désolée… car tu recommenceras à la moindre occasion… alors sois juste sincère… t’as merdé, maintenant tu assumes… »

Je m’adoucissais avec peine, plus pour qu’elle arrête les larmes que pour vraiment me calmer, mais bon, je la connaissais… je lui souris, néanmoins, bien qu’avec difficulté, et je respirais un bon coup, histoire de me sentir mieux.

« Commence déjà par regagner ce que tu as perdu… une partie de ma confiance… »

Oui, ça pouvait sembler dur à dire, mais pourtant, c‘était exactement ça qui manquait là, tout de suite : la partie de la confiance que j’avais et elle qui avait été brisée. Difficile de trouver autre chose de pure… elle avait caché tout un pan de sa vie, et elle avait ses raisons, mais si elle m’avait juste expliqué, dès le début qu’elle ne pouvait pas m’en parler, tout aurait été différent… j’aurai bien mieux relativisé. Mais elle ne m’avait même pas fait confiance pour ça… et ça, ça faisait mal, putain !

« Je n’aurai pas demandé d’explications, si tu m’avais juste dit que tu ne pouvais pas en parler. Mais au moins j’aurai su… là, maintenant tout ce que tu me dis, c’est que tu ne l’as pas fait parce que tu ne pouvais pas. Mais bordel si tu pouvais ! Alor laisse tomber tout ça, je ne veux pas en savoir plus. Ta merde, tu assumes. Mais… »

Mais quoi au juste ? Et bien ... mais je pouvais essayer de lui pardonner, tout bêtement… essayer, ça ne coutait rien, tout comme elle pouvait essayer arrêter de fuir… mais bon, je me disais qu’elle serait sans doute la première à laisser tomber… je n’avais jamais demandé d’honnêteté absolue… l’amitié se basait aussi sur la confiance réciproque… et là, elle l’avait envoyé se faire foutre. Je ne voyais aucune bonne raison de croire qu’elle ne recommencerait pas après cela ? Bien sûr que si, elle recommencerait…

« Mais même si je te pardonne, ça va prendre du temps… parce que tu recommenceras dès que tu le pourras… t’es comme ça… tu penses pouvoir choisir ce qui est mieux pour les autres… mais tu te goures… alors écoute moi bien… te pardonner va prendre du temps, regagner ma confiance aussi… »

Je soupirais avant de lui lancer.

« Et je suppose que te demander de me promettre que tu ne décideras plus à ma place ce qui est le mieux pour moi ne serviras à rien, je me trompe ? Mais bon, je veux cette promesse et que tu la tiennes vraiment… sinon, je vais croire que notre amitié vaut de la merde »

Je sais que je prenais en otage notre amitié... mais après tout, elle avait déjà bien commencé à l'amocher...

Je lui envoyais un coup de poing dans l’épaule, léger, à peine une pichenette qui signifiait clairement, à mon air résigné : « T’es un cas désespéré. »
Image

Humain
Avatar du membre

Lucy Hale

Humain

Lucy Hale

Messages : 869
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Humain
# RP terminés RP en cours

Lucy Hale

» 04 oct. 2016, 08:48

Le cœur de Lucy pèse dix tonnes ou peut-être 12…tout ce qu’elle ressent c’est de la peine, en ce moment, ce n’est pas le top pour elle au niveau des autres. Heureusement que Dawn est revenue, parce que le reste lui fout une envie de hurler et de secouer les gens comme des pruniers pour montrer toute sa colère et de se tirer. Ah oui, elle n’a pas encore parlé à Hope alors forcément, elle inclut cette sensation de colère, ni à Séveride, mais là, elle envisage carrément de faire une cure de pc à la suite, marrant pour une fille qui voit toujours le bon côté, sur ce sujet, elle est tellement en flippette, qu’elle ne voit pas de bon truc arriver. Mais elle en verrait après, après le cap de passer.

Bon sang elle ne sait pas ce qu’elle est en train de faire. Enfin si, elle sait parfaitement, elle est en train de charger le flingue qu’elle va placer sur la tempe de Andrew après lui avoir brisé les genoux et elle va même finir par appuyer, elle s’imagine en Morgan Freeman dans Pulp Fiction….mais celui qui fait Travolta à coté c’est pas du tout Drew, mais plutôt Sariel. Il est assez sympa avec des cheveux noirs un peu long…
Mais elle se fait peut-être du souci pour rien, son Seirim ne va peut-être rien faire tant qu’elle ne dit pas qu’elle est infiltrée ? Après tout, les démons se sont révélés, le seul danger maintenant c’est de préserver les apparences et de canaliser les fouteurs de merde qui veulent montrer que les démons sont des vilains pas beaux. Et les gourous qui viennent dire : Dieu et les démons se jouent de nous sur terre, réveillez-vous ! Il y en a, des petits prédicateurs, mais ils sont pas bien méchants, ils ne croient juste plus en Dieu et veulent pas croire aux démons. Ils font des vidéos sur la manière de vivre en communauté mortelle sans la présence des créatures néfastes car la terre est à eux.

Finirait par se faire exterminé si leur petit délire envahit de trop le monde public. Mais ils ne sont pas à l’ordre du jour. Lou s’excuse, le cœur aussi lourd que Pensée Profondes. Mais elle se laisse d’abord gagner par ses difficultés de communication, avant de soupirer encore et de redresser la tête. C’est fou comme les bruits du monde devienne silencieux quand on a un truc qui vous accapare. Le klaxon d’une bagnole, le chien qui essaye de s’imposer alors qu’il a la taille d’un chihuahua face à un bon gros pépère de labrador, ou encore la meuf au téléphone qui se dispute avec son mec.
Lou a dérivé ses yeux sur ses scénettes, mais elle n’entends que Drew, bon sang, il va faire son quota de parole pour l’année à force ! Mais quelque chose agite le cœur de Lou à mesure qu’elle écoute, elle n’arrive pas à simplement accepter de s’excuser pour le récupérer, elle doit être franche, plus que ça.

--Tu as raison, je ne suis pas désolé, je sais le comment du pourquoi, pas toi. Cela n’enlève pas le fait que j’ai merdé au contraire, mais je sais pourquoi j’ai fais ça et je suis sereine avec ma conscience sur ça. Mais je suis désolé pour le reste et sincèrement Drew…j’assumes ma merde et j’assume aussi celle à venir.

Plus de sourire, plus de façade, Lou n’a pas mis ses lunettes noires, elle regarde la rue et les allées, papoter en plein milieu du trottoir, c’est génial non ? Elle a l’air presque mature quand elle parle là, elle est comme elle est, sans filtre, elle ne peut pas juste, avec lui, faire la carpette d’excuse, mais elle peut être sincère, vraiment.
Quand il parle de confiance, ça lui fait mal, il a raison sur ça, mais ça reste toujours injuste. Il ne doit pas s’imaginer ce que c’est, la réalité des clans, et elle ne lui en veut pas pour ça, mais franchement, il arrive vraiment à s’arrêter à ce qu’elle voulait faire ? Son intention de protection ? Oui…oh après tout il a raison, elle aurait pu l’initier, elle l’a laissé libre. C’est dingue la différence avec Chris, Chris n’aurait jamais voulu savoir et Drew…aurait juste aimé comprendre ou avoir les bons mots pour ne pas se faire de souci. Mais Chris lui en veut et Andrew aussi.

Voilà où elle en est.
Elle le regarde, ses yeux céruléens sont calmes, elle a compris qu’elle avait merdé, compris qu’il lui en voulait, compris…Lou se demande au fond s’il ne veut pas juste lui en vouloir, parce qu’il en a envie, une envie normale certes, mais elle sait qu’il combattrait cette envie, en tous cas, elle le croit sincèrement. Ce mais restant en suspend ne provoque pas de question de la part de la rouquine elle attends. La suite la blesse, prendre du temps, elle secoue la tête doucement, c’est hallucinant, pour elle, ça l’est. Les gens sont compliquées, elle sait pardonner facilement les gens qu’elle aime et cela ne la réussit pas bien entendu. Puisque cela peut arriver au point où elle les détestes. C’est ainsi que les choses se sont passées pour sa mère. Il ne vaut mieux même pas parler de Hope car malgré le fait qu’elle…foute la merde dans son couple, il suffirait d’un geste du jeune homme pour que Lou oublie tout. Et Séveride…oui bon ce point elle en sait rien.

C'est dingue qu’il arrives à croire qu’il est juste question d’avoir décidé à sa place. Elle n’arrive pas à y croire, et elle secoue la tête, il s’arrête donc à ça ? Mais c’est si loin de sa réalité, ou en tous cas, elle le croit.

--Je ne déciderais plus à ta place, ne t’en fait pas, c’est une promesse. Mais je veux rectifier quelque chose, je n’ai pas choisi à ta place, j’ai suivi les ordres. –Elle lève la main pour qu’il ne réponde pas.Les yeux noirs. –On peut la jouer soft, je suis pas contrariante, mais si tu veux qu’on la joue hard, on va la jouer hard. –Lou plonge sa main dans le fute de Drew et sort les clés de la Drewmobile ou plus communément appelée la « Blue Beetle » –Mais tu as raison, alors on va faire des choses comme des grands, toi, moi, et tu sais quoi ? Ce qui arrivera, tu le gèreras comme un grand ! Parce que je stop, j’ai marre, je peux pas !

Son caractère vif, Lou marche rapidement, elle a les clés de la précieuse bagnole, il va suivre et elle marche plus vite. Mais il est garé pas loin, ils ne sont qu’à deux rues de l’Area après tout. Lou ouvre la caisse et s’y installe au volant, foutant son sac à l’arrière, et mettant sa ceinture. Elle est énervée parce qu’il est injuste. Elle serre ses doigts sur le volant et elle inspire, attendant qu’il soit installé.

--Laisses ta vitre fermée.-Moins énervée Lou ?-S’il te plait. –Elle démarre la caisse, la blue ? C’est la seule autre personne qui a le droit de la conduire, comme Andrew est le seul à pouvoir conduire Charly. –On va parler des Nephilim et humains et des clans. T’es prêt ? Ouai t’es prêt c’est le grand moment, mais je veux que tu réalises qu’après ça va être la merde, genre le Golgotha. –Si la référence vous est inconnue, shame *ding ding* shame.- Les Nephilim et…

Et Lou se lance dans un discours précis, tout ce qu’elle a appris en trois ans, mais d’abord, elle explique précisément les humains et les Nephilim, cette notion d’esclavage, aussi intitulé protection, qui selon les clans diffèrent, cette notion hérité d’un passé dont ils ont gardé la façon de penser, mais elle lui explique être rentré dans ce rouage précis, il y a trois ans, elle lui parle avec les bons mots, les bonnes explications, une précision redoutable, ensuite, elle commence à parler des clans, de tout à chacun, puis de sa propre aventure, elle roule tout ce temps, dans la voiture, ils ne vont nulles part, à vrai dire, si, elle lui fait un tour touristique, comme ça prend du temps, quand elle s’arrête devant un lieu précis des Nephilim. L’hétaïre, le venitian, l’atrium…et elle finit, par hasard, par se garer pas loin du Luxor, les doigts crispés sur le volant. Elle n’a pas parlé de secret de clan, elle a parlé des clans, de son rôle « d’ambassadrice » dans l’histoire, de hack mais elle n’a pas parlé de Hope, de changeforme Sariel ou de ces choses qu’elle doit garder pour elle. Mais elle a raconté aussi Chris et le fait qu’il lui en veuille. Tout ! Sauf les petits secrets très secret que Lou apprends au fil du temps ! Andrew est à l’ouest, un peu sonné par tout ça, mais elle lui fait encaisser.

--Maintenant tu dois savoir qu’en sachant tout cela, tu dois trouver un clan pour te protéger. Je t’ai parlé de tous, tu n’as qu’à faire le choix, nous sommes pas loin de celui des Izanaghis, tu peux vouloir que je t’accompagne car je connais tous les chefs, ou presque. Maintenant tu sais, tu peux continuer de croire que j’avais le choix, que j’ai décidé pour toi, ou comprendre aussi que ça allait plus loin que ce genre de chose. Mais j’ai fais à ta manière, tu sais tout.

Est-elle en colère ? oui un peu, mais il sait, voilà. Et bientôt ça va chier des bulles carrées sur sa tronche. Ou pas…pourtant elle a déjà l’impression d’entendre son Seirim. Elle lui a dit qu’elle était « protégée » par un Nephilim, ou comment enjoliver le terme d’esclave, mais ce n’est qu’un mot. Mais elle sait d’avance que c’est ce qui va le moins plaire à Drew…

Humain
Avatar du membre

Andrew Weyst

Humain

Andrew Weyst

Messages : 24
Enregistré le : 17 sept. 2016, 14:06
Humain
# RP terminés RP en cours

Andrew Weyst

» 24 oct. 2016, 21:59

J’avais confiance en Lucy, ou du moins, Lou méritait cette confiance jusqu’à ce qu’au final, cette barrière de mensonge et de dissimulation qu’elle avait installé. J’avais essayé d’accepter, j’avais essayé de comprendre… si, si, je vous jure, j’avais essayé, mais voilà, au bout d’un moment on ne peut pas rester proche de quelqu’un qui ne vous respecte de pas, et c’était l’impression que me donnait Lou, de plus en plus, elle ne me respectait pas et ne me faisais pas confiance comme elle l’aurait dû, tout simplement… elle jouait à me cacher des truc pour mon propre bien, et je ne pouvais pas l’apprécier complétement, car que savait-elle de mon propre bien ? J’étais assez grand pour veiller sur moi-même, non ? Alors pour qui me prenait-elle ? Pire encore, pour qui se prenait-elle ? Je ne pouvais pas accepter cette situation… et l’ennui, c’est qu’avec Lou, savoir à qui s’en tenir, ce n’était ps facile, surtout pour cette situation… je soupirais profondément alors qu’elle me rejoignait… je ne la regardais pas. Pourquoi l’aurai-je regardée ? Il n’y avait aucun intérêt à cela… elle savait ce que je pensais, et je n’avais pas besoin de fixer ses traits sur mes rétines pour le savoir. Pour percevoir à tristesse Je la connaissais bien. Elle n’avait pas aimé mes paroles, mais je vais ce que j’avais dit, je savais que j’avais eu raison… alors à quoi bon ?

J’avoue avoir été profondément blessé par son comportement… et plus encore… et ses excuses qui ne me convainquirent pas… elles me restaient toujours e travers de la gorge… surtout qu’elle ne les avait pas pensées… Alors à quoi bon s’excuser… assumer ses merdes… non, elle ne l’assumerait pas. Pas vraiment... je la connaissais trop bien pour cela… puisqu’elle n’hésiterai pas à recommencer et encore une fois, à la première situation elle esquiverait. Comme toujours… une véritable anguille… alors à quoi bon ? Je soupirais de nouveau avant de m’interroger ? Celle qu’elle allait faire ? De quoi parlait-elle ? Je soupirais et restais silencieux, attendant de voir la suite avant de dire quoique ce soit, s’il y avait quelque chose à dire bien sûr, mais j’en doutais, tout était déjà dit, de toute façon… alors pourquoi donc m’emmerder avec ça ? Je la regardais alors qu’elle parlait de nouveau… avoir suivi les ordres ? Je pensais sincèrement que notre amitié aurait dû dépasser ces fausses excuses : les consignes, elle les respectait quand elle le voulait bien, alors qu’elle essaye encore de me refiler cette excuse… je me contentais de lever les yeux au ciel au lieu de répondre mais bon, c’était assez équivoque, n’est-ce pas ? Alors qu’elle se braque, ce n’était pas mon problème… ça l’avait été, ça l’aurait été si ça avait été plus tôt, mais stop…

Je restais silencieux, sourcils froncés, la laissant foutre la main dans la poche pour prendre les clefs de la vago et la suivait pour finalement rejoindre la voiture et monter du côté passager<. Elle ne se rend pas compte à quel point elle a détruit ce qui était une belle confiance, une belle preuve d’amitié… mais il y a fort à parier que ce soit la dernière fois qu’elle conduise ma bagnole. Ça aussi fini. Je ne prête pas la Blue Beetle à n’importe qui… Mais comme pour le reste, elle s’en foutait n’est-ce pas ? Elle voulait son petit coup d’éclat, sa petite victoire ? Et bien soit, elle l’aurait, mais qu’elle ne compte pas sur moi pour la lui offrir sur un plateau d’argent, qu’elle la prenne et basta. Elle se mit à parler es Nephilim, des clans, des infos en telles quantités que j’en étais perdu, mais j’essayais d »couter, je ne posais aucune question en fait, la laissant parler seul, parler de tout ce qu’elle voulait, mais tout ça, au =final, était bel et bien une nouvelle merde de sa part, je le savais très bien… et elle aussi, mais puisqu’elle était partie dans cette voie et bien soit, encore une fois, elle imposait son choix… je lui souris, navré pour elle, et restais un peu silencieux avant de finalement l’on s’arrête… il y en avait tellement trop… j’étais perdu alors je soufflais et j’essayais de continuer à ingurgiter toutes les informations… et plus j’en apprenais moins je me rendais compte que je voulais le savoir… ou alors pas comme ça… je restais silencieux et attendais, attendais en silence, et je me demandais si j’allais devoir lui demander de stopper ou pas… j’arrivais pas à tout assimiler, et je comprenais la moitié des choses, je le savais, mais bon, d’un autre côté, je n’avais pas vraiment le choix… j’écoutais autant que je le pouvais mais je commençais à flancher…

Et nous arrivâmes là où elle le voulait…. Bien évidemment… j’avais presque envie de dire, comme d’habitude depuis plusieurs années où note complicité s’était lentement érodée sous les assauts de son manque de confiance évident... Et c’était bien quelque chose que je ne pouvais ni accepter ni pardonner aussi facilement qu’elle… c’était à notre grosse différence… ou du moins si, je pardonnais, mais j’avais besoin de plus de temps pour digérer… d’ailleurs en parlant de digestion, ça se passait mal, j’avais mal au crâne et le cœur au bord des lèvres… et je restais silencieux, sans rien dire car je n’avais en effet, rien à dire, pour le coup, elle voulait me protéger en me cachant ce monde au sein du monde et dans l’absolu j’aurai pu le comprendre. Pas comme ça, pas sous cet angle. Et elle pouvait bien recommencer à se trouver des excuses cela ne changeait rien. Une nouvelle fois, elle avait joué à faire comme elle le voulait et ça me rendait malade… d’autant qu’au final, même le choix de l’endroit où s’arrêter… mais voilà, je refusais de jouer son jeu… cette fois-ci, je lui en voulais vraiment… elle avait encore une fois fais comme elle le voulait. Vais-je demandé à connaitre ses secrets. Non, je ne crois pas l’avoir jamais demandé, mais là ses secrets avaient lentement empoisonné notre amitié... notre complicité même ! Alors pour une fois… pour une putain de seule fois, j’aurai aimé qu’elle me donne une bonne raison de croire en notre amitié de croire que tout n’était pas perdu…

Et elle avait magistralement foiré. Du Lou tout craché au final… je soupirais et détachais ma ceinture, ouvrais même la fenêtre pour prendre un bon bol d l’air frais et nocturne. Mais je ne parlais pas, je ne faisais rien, pas par peur de cette nouvelle inconnue, mais plutôt parce qu’au final, tout se résumait à cela depuis le début et elle ne l’avait pas saisi : où en étions-nous. Elle m’avait malgré elle donné une réponse : nous en étions à un carrefour, un carrefour où je ne voyais aucun bon chemin, et où elle ne voyait pas pourquoi cela… encore une fois du Lou tout craché…je soupirais, levais même les yeux au ciel avant de finalement me décider à réagir, à répondre, mais aucun mot ne voulut sortir… je me contentais donc d’un soupire et de regarder Lucy droit dans les yeux.

Et finalement les mots se débloquèrent.

« Alors on en est là… »

Qu’elle comprenne ce qu’elle voulait, je m’en foutais complètement. Et je plongeais dans mes pensées, réfléchissant non pas à son brillant exposé sur le thème de « tout ce que vous ne vouliez pas savoir sans jamais avoir voulu le demander » … ce n’était rien sans doute pour elle, notre amitié n’était rien fallait-il croire... je pensais qu’elle ne me comprenait pas. Qu’elle ne cherchait même pas à comprendre ce que j’avais demandé. Légitimement…

« Tire-toi de ma caisse. »

Ouais, on en était là…. Mais je ne voyais pas quoi dire d’autre… elle ne comprenait pas, ne voulait pas comprendre et pensait, apparemment qu’elle savait par avance ce qui était bien pour moi… même sur la manière de faire ses révélations et si elle voulait aller jouer aux petits jeux de pouvoir avec les Nephilim.

Au final, ce qui me faisait sans doute le plus mal c’était juste que nous n’étions carrément plus dans le même monde… Borel, où était la Lou que j’avais connu ?

Une larme perla sur ma joue, se perdant dans ma barbe. Rien à foutre de chialer comme une lavette. 
Image

Répondre

Retourner vers « Downtown »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité