Pour parler avec Drew, il faut un Carot Cake

Humain
Avatar du membre

Lucy Hale

Humain

Lucy Hale

Messages : 886
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Humain
# RP terminés RP en cours

Lucy Hale

» 27 oct. 2016, 22:46

Cet enfoiré avale la clé, sous le regard incrédule de Lucy, qui ouvre la bouche d’un air desespéré, avant de souffler un pfff, et faire sa moue triste. Regard de chat potté, bas des lèvres surplombant celle du dessus, bouche vers le bas, triste, très triste. Mais elle a cadenassé son moulin à parole et elle ne peut pas le défaire,c’est comme quand on chips quelqu’un, et ce genre de jeu lui est invivable ! Sur Drew, ça fait rien, il parle peu et ça le dérange même pas ! Ils sont assez cons pour faire ce genre de chose, comme se figer sur place, alors que l’autre fait semblant de le descendre, parce que, « tu peux pas, tu m’as refroidis ». Ce genre de connerie lourdingue pour d’autre, naturel pour eux ! Mais les aléas d’une amitié sont ce qu’ils sont et parfois, il y en a de très stupide.

Assise à son coté, sur le canapé, le loft plus ou moins rangé, si on oublie l’évier débordant, le lit pas fait, la panière de linge propre roulé en boule mais dégageant une odeur fraîche de propre. Ça et le carton de chinois de la veille en total vrac sur la table de la cuisine. Non, le sol est propre, la poussière est faites sur les précieuses figurines, ce n’est pas non plus l’anarchie.
Comme elle ne peut pas parler, elle fronce le bout du nez au final, et lui fait une grimace, lorgnant en direction du chat qui est en train de se faire un régal du carot cake. Lucy se redresse en ouvrant grand la bouche, parce que ce n’est pas pour lui, elle ne comprend même pas comment son chat peut aimer ce gâteau, c’est pas bon, aux gouts de Lucy, mais il a l’air de se régaler.

Drew et Guizmo s’engagent dans un combat semi-épique de regard, à savoir qui lâcherait le premier. Ce chat n’aime presque personne, il accepte les garçons, obéit à son meilleur pote qui l’a apâté avec de la bouffe et se laisse câliner par Hope 1.0 et ne dit trop rien au 2.0. Il mord encore les doigts de pied de Chris et il est clair que Séveride n’est pas dans son cœur. Encore que pour lui, le chat n’a jamais pissé dans ses fringues, il se venge souvent de Jace par contre, et il le regarde toujours d’un air dédaigneux, comme s’il fut un inférieur venu déranger son territoire.
Ce chat est un chat, mais Lou le considère comme un membre à part entière de sa famille, et donc, le trouve unique, en quelques sortes.

Il ne manquerait plus que la fameuse musique de western, finissant par dérapé car le matou cède le premier, se fichant du reste, pour mordiller dans la pâtisserie et secouer la tête immédiatement pour se tirer. Encourageant pour la geek qui soupire, et se gratte le crâne, virant sa lourde tignasse rouquine en arrière, suivant le félin venu s’installer sur les genoux de Drew. Regardant le spectacle, du duo de mâle, Lou reste bêtement à sourire, en les trouvant adorables, s’amusant de la complicité, avant d’hocher la tête en guise de réponse et de se diriger d’un pas rapide vers la salle de bain, d’abord, pour trouver de quoi soigner Andrew.

La bouche close et l’esprit affairé, elle ouvre le placard de sa salle de bain, sortant une boite noire de grosse envergure servant de pharmacie, elle y trouve un gros paquet de coton, encore de l’oxygéné et deux boites d’anti-douleur qu’elle garde dans ses bras en les ramenant à Andrew, d’un air guilleret. Regardant son ami, elle fait un petit sourire, un peu du genre « t’as vu, je me la ferme, t’y crois pas hein que j’y arrive ! » avant de se faufiler vers la cuisine et contempler, dépitée, son gâteau. Aussi expressive qu’une Ariel muette avec ses mimiques, Lucy réfléchit, en sortant un couteau de son présentoir et de trouver un bout épargné, coupant un beau morceau qu’elle colle sur une petite assiette, elle lèche la garniture en faisant une grimace, tirant la langue, non vraiment pas son truc et se retourner avec son met à la main.

Frappée d’un éclair de génie, elle repose l’assiette, non sans avoir balancer le couteau dans l’évier déjà chargé, Lou lance la tassimo et sort une capsule de thé. Il va râler, mais tant pis ! Elle ne boit pas assez de thé pour faire une collection d’herbe de folie, avec une bouilloire, elle a une tassimo et elle va s’en servir ! Tasse propre prise dans le placard, elle fait couler le breuvage, enfournant un petit peu de vaisselle sale dans le lave-vaisselle au passage, elle s’essuie les mains au torchon et prend l’encas du grand blessé, pour lui ramener, déposant le thé devant lui, en s’affalant par la suite, sur le sofa, en poussant un grand soupir, mais tournant sa tête, pour lui faire un grand sourire, en montrant ses dents.

Quête du poste : Et sans parler hein t’as vu +999 xp

Avatar du membre

Andrew Weyst

Andrew Weyst

Messages : 24
Enregistré le : 17 sept. 2016, 14:06
# RP terminés RP en cours

Andrew Weyst

» 29 oct. 2016, 17:58

Ben attendez, vous croyez quoi ? Quand on fait mine de me passer une clef, qu’est-ce que je vais faire au juste ? Ben ouais, je l’avale, logique… et si elle s’attendait à une autre réaction de ma part, ç’aurait été une énorme connerie… ouais, elle me connaissait mieux que ça n’est-ce pas ? Je lui souris, ravi par ma réaction avant de finalement prendre entre mes pognes la part de gâteau… voyons voir ce que ça valait… le chat regarda le carrot cake, me regarda, regarda le carrot cake et se détourna de moi, indigné, pour monter ses griffes sur Lou, faire trois fois le tour de ses genoux avant de se coucher dessus, se laissant presque tomber en travers comme un sac à merde… en même temps, un sac à merde, c’était tout ce que c’était, et pourtant je l’appréciais. Le chat, c’était le mec parfait pour Lou : pas chiant, que j’aimais bien, assez indépendant, et juste assez possessif pour rappeler qui commandait ici… reconnaissant, je lui souris et lui grattais une dernière fois les oreilles pour me remettais dans la contemplation de mon carrot cake…

Bon, le glaçage était foiré, mais bon, ce n’était pas l’essentiel… bon, okay, si, un glaçage c’était essentiel… mais ça c’était au chat qu’il fallait le reprocher, alors, logique qu’il soit raté… enfin bon, passons ! je testais un peu le moelleux et la densité du doigt, appuyant dessus doucement. Bon, ça semblait pas mal… je le renversais sur le côté, avant de rajuster les cotons dans mon pif, puis je regardais méticuleusement la qualité du grain du gâteau. Bon, ça m’avait l’air pas mal tout ça. Dédaignant toute politesse je laissais de côté la cuillère pour prendre la part en main et mettre en bouche un morceau et croquer. Pas trop dense, le gâteau était moelleux en bouche, je fermais les yeux et appréciais le gout… Lou était une jeune femme qui sait très bien cuisiner, même si je lui avais davantage donné l’habitude de commander... elle s’en branlait, elle prenait jamais le moindre gramme… moi par contre… je mâchais et j’avalais lentement.

J’émis un claquement de langue appréciateur et je recommençais la manœuvre, appréciant chaque bouchée que je prenais et ponctuant chaque bouchée par une gorgée d’un thé brulant. Bon, le thé gâchait un peu le parfum du tout, mais bon, on a du tassimo ou on a du thé, hein ! Et puis bon, le gâteau était très bon, ça compensait bien ! Bon, autant être clair, niveau cuisine, j’aurai ptetre fait bruler des pâtes et la seule différence entre mes biscuits et des briques était que j’appelais cela des biscuits… enfin bref, n’exagérons pas davantage ! Je regardais le gâteau puis Lou et je faisais un petit geste de la tête, comme pour lui dire que c’était bon…

Un Drew heureux est un Drew qui parle peu…

Je finissais ma part et finissais ma pisse chaude avant d’émettre un soupir de bien être… voilà qui faisait du bien…

« Toujours aussi bon… »

Oui, avec tout ce qui s’était passé, j’avais besoin de formuler à voix haute cette pensée qu’elle avait dans doute déjà compris… et, pris d’une immense mansuétude, je faisais mine de crocheter la serrure de ses lèvres pour qu’elle puisse à nouveau parler, je savais très bien qu’ele en crevait d’envie. Tout simplement. Je lui fis un clin d’œil entendu, allez, qu’elle continue à parler, mais d’un geste des mains, je lui faisais comprendre qu’elle avait intérêt à y aller mollo quand même !
Image

Humain
Avatar du membre

Lucy Hale

Humain

Lucy Hale

Messages : 886
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Humain
# RP terminés RP en cours

Lucy Hale

» 29 oct. 2016, 19:10

Lucy n’est pas bonne en cuisine, en vérité, ce n’est pas la qualité de ses plats qui laissent à désirer mais sa propre patience dans l’exercice. Elle aime bien faire le repas de Thanksgiving, repas typiquement américain avec du tout fait maison, du bon fait maison, avec la vaisselle sale qui va avec et que les garçons se tapent toujours, elle aime bien Noël aussi mais ça s’arrête là. Passer des heures en cuisine, à dresser un plat, pour que ce soit jolie à l’œil, ça la gonfle. Elle n’est d’ailleurs pas bonne en présentation, c’est généralement moche, mais le principal, c’est le gout !
En plus de la patience à avoir, il ne faut pas oublie ce que l’on fait et il est de fait notoire que la jeune femme est tout à fait apte à ne plus se souvenir du plat dans le four ou à la poêle, se souvenant au moment où la fumée envahit la pièce, qu’elle a zappé son repas. Parce que bon, lâcher l’ordinateur ou la console, ce sont des choses compliquées, surtout en pleine partie !

Du coup, l’exploit de la voir faire un gâteau, qui n’a pas brûlé et qui semble bon est une chose qui n’arrive pas à beaucoup de monde ! Andrew servit, le chat sur ses jambes en train de ronronner Lucy attrape son matou, elle est assise en tailleur, son corps et son regard regardant le profil de Andrew qui fait une énorme bosse au dessus du nez. Le chat dans ses bras, se laisse faire par sa maîtresse, qui le porte comme un bébé qu’on va faire rôter et qu’elle gigote un instant, jusqu’à le faire se plaindre, avant de venir, sans délicatesse, frapper la bouche de sa propriétaire avec le dessus de son crâne, histoire de lui coller plein de poil sur la bouche. Les câlins de Guizmo sont toujours très délicat, il a comme qui dirait l’habitude d’être aussi doux que sa patronne. Tenu dans les bras comme un nourrisson, il envoie sa tête en arrière, en ronronnant comme un pacha, alors que Lucy lui gratouille la gorge, en observant Drew.

Ne pas parler est une torture, elle le regarde détailler le gâteau, le tripatouiller, prendre son temps, l’enfourner dans sa bouche, le mâcher et Lucy se demande s’il va pas lui faire un dîner presque parfait en lui collant une note quelconque, mais il ne parle pas. Il mange en buvant son thé, la laissant dans le silence, ce qui doit lui faire prendre son pied, de ne rien entendre et chez elle, sur son visage, il passe différente mimique. La plus tenace est celle d’avoir l’air de rien, tourner ses lèvres, à gauche à droite, inspirer lourdement, en haussant les épaules, expirer bruyamment, par le nez, baisser les épaules et de regarder un peu partout, avant de revenir sur lui.

Il prend tellement son temps, que Lucy pense sincèrement qu’elle va mourir par ce silence, même s’il lui décroche un petit sourire, quand il dit que c’est bon. Elle est contente, mais il en aurait pas tout le temps des gâteaux, qu’il ne croit pas au papa noël.
Et là, enfin, il met fin à ses souffrances et un gros son pas du tout plaisant sort de ses lèvres, dans un gémissement guttural et plaintif, rappelant pas du tout quelque chose de féminin.

--Ah putain! Enfin! –Pour autant, cela n’a pas duré plus d’une heure, juste, une petite demi-heure. – La prochaine fois, je me contente de zipper !

Qu’il se le tienne pour dit, et elle hoche la tête en même temps pour affirmer ses propres paroles. Se penchant en arrière elle attrape une des gros coussins du canapé, embarquant le chat qui est surpris, se retournant rapidement pour se mettre sur le ventre de sa maîtresse et la regarder, désespérer. Se redressant, elle pose le coussin entre elle et Drew et tapote sa surface, signifiant aux chats de se mettre là.

Se redressant, la jeune fille ne dit rien, enjambe la table basse, allume la télé, prends les manettes de la PS4, change le disque dedans pour un autre et en tends une à Andrew avant de se réinstaller sur le sofa, mettre ses pies sur la table basse et sourire. Blood Bowl II s’affichant à l’écran, elle inspire, la dernière fois, il l’a explosé, mais elle a bien droit à sa revanche.

--La blague sur les bretonniens est interdite! –Déclare-t-elle en levant son index à sa direction. – Basané et rouquins, ils cumulent, non ! –Un clin d’œil à son ami, les blagues de roux, Andrew les fait toutes, mais c’est pas comme si elle allait se vexer. – Si tu gagnes, tu fais la vaisselle, si je gagne tu fais la vaisselle.

Dit-elle très sérieusement, comme si de rien n’était.

Avatar du membre

Andrew Weyst

Andrew Weyst

Messages : 24
Enregistré le : 17 sept. 2016, 14:06
# RP terminés RP en cours

Andrew Weyst

» 29 oct. 2016, 22:11

Ou comment donner l’impression que Lucy avait cessé de vivre pendant un temps… la voir agir ainsi… elle semblait être tellement soulage de pouvoir parler de nouveau… on aurait pu l’envoyer, gosse, au coin sans bouger, qu’elle aurait préféré, et si ma blague avait été de mauvais gout, elle n’en restait pas moins assez drôle pour moi, la voir dégoutée de ne ps pouvoir parler… c’était aussi une petite leçon que je lui rappelais : ne jamais me laisser la possibilité d’imposer le silence… sinon, ça s’éternisait… mais d’un autre côté, comment ne pas apprécier, quand elle jacassait, cette pause, ce silence… qui se diffusait… j’avais toujours préféré le silence à la parole, et pas que pour moi, pour les autres aussi, c’était pourquoi, souvent, j’aimais créer des métrages plus ou moins silencieux, ou du moins, sans dialogues… la parole était d’or, alors pourquoi parler quand des gestes suffisaient ? Je souris néanmoins devant son soulagement…

… et ricanais en entendant parler de zipper au lieu de verrouiller… le problème c’est que quand elle se retrouverait à ne plus pouvoir se retenir de parler trop facilement, le zip lâcherait… au final, elle ne pourrait pas me laisser en silence… c’était mal barré. Je lui souris avant de finalement la regarder faire… une partie de jeu-vidéos… ouais, ça ferait du bien ! Ça me détendrait. Je la regardais, curieux alors que je prenais ma manette… elle était trop froide depuis longtemps… je soufflais dessus et effectuais une bonne grosse branlette de manette en règle ! Nan mais jouer avec manette froide c’est pas sympa… je souris en voyant l’écran… Blood Bowl 2… y en a une qui voulait sa vengeance… pour le moment on en était à 2-0 pour moi… et même si elle pensait gagner, elle savait ce qu’elle risquait à 3-0 n’est-ce pas ? Là il y avait justement le gage de prévu… je l’avais eu assez souvent comme ça, alors quand je gagnais sur un jeu j’en profitais…

S’il y avait bien un jeu que j’vais poncé, c’était Blood Bowl… en long en large, et en travers, et finalement, j’avais réussi à me fixer sur une race qui me convenait bien… et même plusieurs... ; mais là, aujourd’hui, mon but n’était pas de battre mon adversaire…

Un jeu-vidéo n’est j’aimais qu’un moyen pour un joueur d’en humilier un autre. Je ne me satisferais pas d’une demie victoire… et alors que je sélectionnais mon équipe, elle choisissait la sienne… je privilégiais la tactique et elle, comme souvent, la force brute… autrement dit tout allait se jouer entre mes créatures du chaos et les gobelins… Laissez-moi vous expliquer le concept du jeu. Imaginez juste un instant un match de foot américain… où tous les coups sont plus ou moins permis pour gagner tant que l’arbitre ne les voit pas… alors il fallait graisser la patte de l’arbitre, doper les bons joueurs, demander les contrôles de dopage sur les bons adversaires aussi… oh et bien sûr, il était conseillé de faire venir des pompom girls et des hooligans prêts à balancer des sorts sur le terrain…

Sans surprise, mon roster se composait basique ment d’une seule règle : la triche… c’était cela la spécialité des gobelins, mais il allait être difficile de gagner devant la force brute car mes unités étaient très faibles… qu’importe, j’avais des remplaçants en tout genre, et mieux encore ! J’avais assez d’armes secrètes pour déboiter son éventuel minotaure ainsi que quelques homme-bêtes… mieux encore, j’avais avec moi deux trolls…

Sa condition était d’ores et déjà accepté... j’étai franchement pas contre faire la vaisselle, je m’en foutais royalement, et elle le savait, mais j’avais déjà prévu ma petite vengeance si je gagnais : j’avais chez moi depuis un bail un joli t-shirt rose fluo avec en noir marqué dessus « perdante » … à porter par-dessus ses fringues pendant une semaine ! Un mot à dire pour ma défense ? Niark… je souris et la regardais alors, prêt à lancer la partie… ça allait saigner…

Les yeux pétillants, j’attendais qu’elle lance et commence au son des deux commentateurs vedette, Jim le vampire et Bob l’ogre, les éternels commentateurs sportifs du stade de Naggaroth….

« Du coup je suppose que tu m’as carotté la blague sur les roux… »
Image

Humain
Avatar du membre

Lucy Hale

Humain

Lucy Hale

Messages : 886
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Humain
# RP terminés RP en cours

Lucy Hale

» 29 oct. 2016, 23:02

Pour punir vraiment Lucy, il faut l’empêcher de parler et/ou la priver de toutes technologies. L’un ou l’autre entraîne forcément une grande souffrance pour la geek qui ne saurait supporter le silence absolu, la preuve en est qu’elle peut parler à son chat quand elle est toute seule, ou même à Predy et Alien, ses deux statues grandeur natures, sauf, si elle est accaparée par ses machines dans son antre. La priver de technologie, pour une jeune femme, non pas accroc mais pensant seulement être réalisée à travers leur utilisation poussée, la prive forcément de son petit plus. En bref, Lucy parle et elle geek se sont des notions de base, inclus dans le programme, un code source si on préfère !

Il faut croire qu’ils se sont mal trouvés, Lou parle, Andrew se tait, tout le quota de blabla qu’il ne fait pas, elle se l’octroi et il faut croire, qu’au final, elle s’est rajoutée des addons à ce niveau, vu la quantité de chose qu’elle peut sortir. Et le soulagement que lui procure la délivrance, même si tout cela n’a été qu’une stupide métaphore que cette clé imaginaire scellant ses lèvres, elle n’aurait pas du tout enfreint la règle, sacro-sainte, de la bêtise.

Libérée, délivrée…Lou se relève de son canapé, non sans avoir installée la pauvre bête ronronnant désormais sur un coussin, les pates serrées et allongées devant lui, épaule rentrée, yeux clos, et tête redressé légèrement, comme s’il espérait une présence sur son crâne de quelques doigts humains. Lou lance le jeu vidéo où elle veut sa revanche, pas question d’avoir le gage, même si elle l’exécuterait sans problème, parce que l’on tient toujours un pari avec un ami, tout stupide qu’il soit.

Retournant s’assoir sur le canapé, virant ses chaussures au passage, Lucy pose ses pieds sur la table basse et installe ses fesses dans les coussins en se dandinant un peu, histoire de couler dans le sofa, et de se faire légèrement happée, la tête soutenue par un coussin en plus, deux autres sous les bras –dont celui où se trouve le chat- elle est assez bien mise pour jouer et discuter.
Elle sait parfaitement que Drew a passé bien plus de temps qu’elle sur le jeu, mais elle s’en fiche. L’important c’est de jouer avec son pote et de laisser faire, papoter, au grès du jeu, s’envoyer des piques, ce genre de stupidité commune, banale, bien mortelle, bien commune, basique.

Lou préfère la force brute, s’évitant ainsi de la jouer trop tactique, l’esprit pas franchement fortifié pour ce genre de chose. Le bourrin lui va bien, tellement délicate, elle laisse volontiers à Drew les capacités plus « intellectuelles ». Les créatures du chaos donc et les gobelins.
Le regard de Lou porté sur la télévision, elle choisis en baillant, sans mettre la main devant la bouche, ses pouces sur les boutons, qui s’agitent rapidement, avant de frotter ses yeux et, au passage, appuyer sur la tête de son chat pour le pousser à la poser. Il abdique rapidement, endormi ou presque ses deux pates se détendent devant lui et pendouillent du coussin alors que sa queue remue, pour frapper la jouer de sa maîtresse qui ne bouge même pas.

Lou sourit en balançant le sort du gagnant ou du perdant, sachant très bien qu’elle dit une connerie. Ce n’est plus à parier qu’elle laisserait la vaisselle poser dans l’évier, alors que n’importe qui d’autre de plus maniaque l’aurait déjà rangé dans le lave vaisselle et l’aurait fait tourner. Bref, lançant la partie, elle s’arrête de manipuler la manette et sa bouche s’élargit d’un sourire, paupières closes, elle ne peut pas s’empêcher de rire, mais secoue la tête.

--Nan…elle est nulle ! –Mais elle se marre. – C’est comme l’histoire des satellites qui ont décidé de se marier, j’ai pas pu assister à la cérémonie, mais la réception était bonne.

Son visage tombe sur le côté et elle le regarde, long échange de regard, défi même dans sa pupille, petit haussement de sourcils. Alors, Andrew Weyst, tu peux faire mieux que ça ? Le concours de blague nulle, c’est tout une histoire d’amour non ? Elle le défie du regard, avant de le glisser sur la télévision et de débuter la partie, lançant ses premiers « ordres » sans trop s’inquiéter.

--Ton pif ça va ? –S’inquiète-t-elle quand-même.

En entendant la réponse, Lou plisse les lèvres et hoche la tête, not bad dans un sens, et continuer à jouer. C’est ce qu’ils vont faire une bonne partie de la nuit de toutes façons, peut-être avec l’option pizza livrée et bière, parce qu’il a bouffé son carot cake, mais Lucy n’a pas mangé elle.

Avatar du membre

Andrew Weyst

Andrew Weyst

Messages : 24
Enregistré le : 17 sept. 2016, 14:06
# RP terminés RP en cours

Andrew Weyst

» 30 oct. 2016, 09:59

La blague était nulle, je le savais avant même de la dire, mais bon, à force j’avais déjà trouvé les meilleures possibles, tout en restant pas trop vexant pour ces sans âme de rouquemoutes – Lou exceptée, elle a une âme… mais c’est bien la seule – et e ris de bon cœur, même si ça faisait mal, à la blague de Lou sur le mariage des satellites, même si j’étais quasi sur de l’avoir déjà entendu, enfin bref, j’allais lui mettre une raclée et on en parlerait plus… les photos de Lou avec le t-shirt rose fluo qui avait « perdante » de floqué devant et derrière parleraient d’elles-mêmes, non ? Et du coup je comptais bien tout faire pour gagner… même les coups les plus lâches et les plus viles… ces gros patauds allaient sérieusement être facile à exploser, même s’ils n’étaient pas lents, ils étaient incapables de faire une passe… mais les gobs étaient d’excellents receveurs…

Je lui souris et me concentrais alors qu’elle donnait le coup d’envoi… qui aurait pu se douter que j’allais perdre ? Même de peu, bien sûr ? Le coup était bon, j’étais rodé avec les gobelins, mais vous savez quel fut le problème ? Laissez-moi vous conter la partie, pour un observateur externe c’était comique… et je suis ^persuadé que Lou a enregistré la vidéo de la partie ! Un pressentiment… enfin bref ! J’étais en train de gagner, mon troll avait lancé deux de mes gobelins dans la zone de touchdown adverse marquant ainsi deux fois cinq points…

Le gros problème en fait, c’était tout bêtement qu’au troisième, mon troll lança le gobelin hors du terrain… et que les supporters adverses en profitèrent pour le poignarder… j’avais des remplaçants, mais les hommes bêtes de Lou me les ruinèrent les uns après le autres… les gobs étaient ps faits pour du contact physique, et quand je disais à l’un des mieux de sortir la tronçonneuse après une prime à l’arbitre…. Ce con réussit à se blesser tout seul… le débile… Pui son minotaure blessa un à un mes trolls, j’en vais que deux, alors vous pensez si ce fut vite fait… et elle devait se régaler du spectacle, avec les jurons que je poussais, et des expressions dignes d’un supporter de soccer européen… le seul problème c’est que je n’avais aucune excuse pour ma défaite et que j’avais même du mal à trouver ne serait-ce qu’une excuse de sac : pas de rayon de soleil sur la télé, la manette était chauffée, et puis bon, sortir le coup du pif qui me faisait mal et m’avait déconcentré… non, ça allait remuer le couteau dans la plaie… de rage, je jetais la manette avant la fin de la partie sur le canapé, manquant de peu le chat…

Je perdais avec trois touchdown d’écart
Chez moi ça s’appelle une humiliation… surtout vu le temps que j’avais passé à poncer encore et encore le jeu… je soupirais bruyamment et concédais en grommelant.

« Okay, c’est bon, t’a gagné… coup d’pot… »

Si seulement ce foutu gob avait réussi à enfoncer sa tronçonneuse dans les boyaux de son minotaure tout aurait été différent, mais là… là c’était mort… j’avais les boules, je me levais, écœuré, et j’allais faire la vaisselle… mais bon, elle me connaissait hein, c’était normal pour moi d’avoir les boules de perdre… et une fois dans la cuisine, je ne pus m’empêcher de rajouter.

« Putain de gob de merde… pas foutu d’utiliser la tronçonneuse… »

Nan mais la vraie chance là-dedans, c’était qu’ils n’avaient pas eu le temps, quand ils perdent, de se battre entre eux, avec les deux trolls qui commencent à bouffer leurs coéquipiers….

J’adore le Blood Bowl !
Image

Répondre

Retourner vers « L'Area 51 »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité