Don't be aroused by my confession…[Ft-Heru]

Façade sobre, sans excès, l'Eredras ouvre une porte à double battant sur ses entrailles. Ce salon de tatouage mixe avec un cabaret noir.
Répondre
Nephilim

Séraphine

Humain

Séraphine

Messages : 361
Enregistré le : 09 oct. 2016, 21:06
Humain
# RP terminés RP en cours

Séraphine

» Publié par Jimmy Chesly

» 30 déc. 2017, 16:46

Don't be aroused by my confession….

Bien des regards se sont retournés sur son arrivé, bien des femmes, même des hommes, ont regardé en direction de la silhouette…je n’ai pas dérogé à la règle.

Prête à monter sur scène, mon souffle s’est retenue à sa vue, au fond de mes entrailles, une torsion. Mes joues ont rougi malgré moi. Je n’ai pas rougi depuis des années. Et pourtant.

Rapidement, j’ai envoyé mes plus parfaites serveuses à son encontre, des initiés dociles, appartenant à d’ancien caymian, avec un comportement parfait. Me voilà anxieuse, avec cet étrange échec avec Oishi Seijitsu et Kaylee Sutton j’ai perdu un peu confiances en moi. Des ordres sans ordres…

Je mordille ma lèvre, il est installé aux premiers rangs, meilleur table, et rapidement, on lui sert ce qu’il désire, offert par la maison. Je ferais de même avec un Originel. Non plus encore.

Vient-il me chercher pour me faire part de la décision des originels à mon sujet ? Ou pour m’y emmener ? Ou bien pour me dire que je n’aurais pas du tatouer Lucy sans sa permission…

-ça va ?

Une des danseuses me sourit et me touche l’épaule, j’inspire, un signe de tête que oui, je m’apprête à entrer en scène et il est au premier rang. Autant que ce soit parfait pour le Seigneur Ur. Plus que quelques petites secondes…
https://www.youtube.com/watch?v=jT7TeIaM3qw Je ne peux dissimuler mon regard sur lui, ou encore, ce qu’il peut provoquer en tant que Nephilim. Lucy ne se rends pas compte de sa chance, l’honneur même, je frisonne à chaque fois que mes yeux se posent sur lui, troublée, je n’ai pas le corps d’une Nephilim, mais j’ai été éduqué pour plaire à leur regard…

Ma confession est silencieuse, traduit par la représentation, quelques minutes s’écoulent au son de la chanson, avant que je ne termine sous ses yeux. Ce soir ma clientèle est exclusivement Nephilim, l’entrée est réservée, je frisonne, la salle s’éteint, je suis en bas de la scène, à ses pieds. Personne ne se surprendra de cela.

J’attends qu’il me donne la permission de parler, un frisson sur ma peau, je suis en position de « prière », main au sol, tête baissée, dos courbée…autours de nous, la soirée continue, un nouveau show, j’attends après lui.
Image

Nephilim
Avatar du membre

Heru Ur

Nephilim

Heru Ur

Messages : 498
Enregistré le : 08 juin 2016, 13:37
Nephilim
# RP terminés RP en cours

Heru Ur

» 23 janv. 2018, 17:17

— J’ai besoin d’Orgone, dit-il en expectorant une poussière grise et dense.

Heru chassait la poussière de sa veste ou tout du moins, de ce qu’il restait de sa veste. La moitié de l’étage s’était effondré sur eux pendant la bataille. Ses griffes s’étaient prises dans des barres de béton armé et il rencontra quelques difficultés pour se désincarcérer.

L’autre combattant ne semblait pas en meilleure forme. Il se releva et tendit la main à Heru Ur pour qu’il se redresse. Quant aux Anges, leurs hôtes avaient été littéralement réduits en bouillie. Il ne devait pas rester grand-chose de cet hôte, écrasé sous cette plaque de béton de plusieurs tonnes. Le légiste allait s’amuser.

— Et moi, j’ai besoin d’une bonne douche avec mon esclave.

Heru Ur fit une grimace sur le côté en pensant à sa dernière esclave. Son avant-dernière esclave si on comptait la geek.

— Prends-en soin,
dit Heru Ur, des conseils étranges dans sa bouche, on n’en fait plus des comme ça.
— Tu devrais aller à l’Eregras.
— Où ça ?


***

Finalement, il va s’y rendre. Le lieu est, parait-il, tenu par une ancienne esclave d’une Caymian ou d’un Asmodéen. Sa propriétaire aurait été affranchie, son maitre lui aurait tout légué. Les fausses rumeurs se propagent plus vite que la vérité.

Quand on lui avait apporté des précisions, Heru avait tiqué. Il n’aimait pas entendre parler d’affranchis, d’un retour aux respects de la vie humaine.

— Comme si l’Humanité accordait des droits à son bétail, elle.

Même s’il avait pu constater qu’il n’y avait pas d’esclave plus docile et plus obéissant que celui qui se croyait libre, Heru Ur préférait les temps anciens où on les vénérait tels des dieux. Lidrya Chesly, Dawn Ludlow et deux trois autres visages traversèrent son esprit pour illustrer leur parfait conditionnement. Les Originels savaient y faire avec les esclaves.

Il s’en serait peut-être accommodé durant l’époque romaine, mais pas aujourd’hui. La chrétienté, le monothéisme avait tout détruit. Le monde arabe était autrefois un puits de richesse scientifique. D’ailleurs, encore aujourd’hui les premières syllabes de mots tels que « algèbre », « algorithme » rappellent leurs origines arabes. Aujourd’hui, il n’en reste que des puits de pétrole dirigés par des Elohim avides de pouvoir. L’obscurantisme leur permet d’affirmer leur suprématie.

Il ouvre la porte de l’armoire à pharmacie, le miroir disparait, son visage encore un peu tuméfié s’efface et ses égarements philosophiques disparaissent. Il ramasse un passeport, de l’argent et vérifie l’identité notée dessus. Il glisse le tout dans sa nouvelle veste de costume et sort de sa planque. Dehors l’air est chaud, il empeste la pollution humaine.

— Cette race s’annihilera elle-même. Elle s’éteindra seule. Les Elohim ne pourront plus descendre sur Terre et les Nephilim vieilliront avant de s’éteindre à leur tour. La paix dans le Néant.

Il allume une cigarette à cette douce idée avant de presser le pas et grimper dans le bus juste avant que la conductrice ne referme les portes.

Quelques arrêts plus loin, il regarde la devanture du magasin et décide d’entrer. Il n’aime pas qu’on lui fasse l’éloge d’un lieu. Il est souvent déçu.

***
On lui indique le premier rang, il refuse et se tient en retrait, mais son entrée n’a pas manqué d’être remarquée. Dommage ! Il s’installe à moitié. La chaise légèrement tournée, il est plus proche de la sortie et pense même que cela va rapidement finir.

Le spectacle.

Il vaut ce qu’il vaut. Heru Ur reste hermétique à l’art, aux danses humaines. Il est resté, car l’Orgone qu’elle dégage est d’une rare puissance. Elle aime cela. Il pense à Lidrya et cela l’énerve. Il brise le pied du verre de vin qu’on lui a servi. Une servante change son verre.

L’esclave.

Elle se pointe. Quelle arrogance ! Elle s’agenouille. Hypocrisie ! Elle ne bouge pas et attend en silence. Se serait-il trompé ? Il la teste. Il l’ignore. Elle ne bouge pas. La position est inconfortable. Est-elle patiente ? Est-elle endurante ? Visiblement !

Il attend la fin du show suivant pourtant moins attirant, l’esclave lui plait moins. Il l’ignore, il observe l’esclave à terre. Elle ne le regarde pas, mais elle ne tremble pas.

Disciplinée ou hypocrite ?

À la fin du show suivant encore, il n’a toujours pas prononcé le moindre mot. Elle n’a pas bougé non plus.

Très disciplinée ou une hypocrite particulièrement patiente ?

Un Nephilim veut s’en aller, il se lève de sa chaise en claquant le cul d’une servante. Heru Ur n’aime pas. Il se fout de la gueuse. Il n’aime pas les Nephilim bruyants et agressifs. Oui, Heru Ur se trouve calme, patient et peu agressif. Il se pense strict et sévère comme il faut. La mise à mort n’étant que la résultante d’une esclave indisciplinée. À cause de la place choisie par Heru Ur, l’esclave se retrouve sur le chemin de ce Nephilim indélicat. Il aurait aimé voir sa réaction, mais l’abruti très imbibé d’alcool l’insulte et lui ordonne de « bouger son gros cul. »

— Il vous déplait ? demande le Nephilim sur un ton glacial.

L’importun dessoule. Comme c’est un Nephilim, il dessoule au sens strict du terme, l’Orgone chasse l’alcool. Il voulait se battre quand il réalisa qui venait de le reprendre. Dommage ! Heru Ur voulait tellement voir la réaction de l’esclave.

Heru Ur claque sa langue et le Nephilim fit le tour. Il observa l’esclave et l’invita à le suivre. Voilà, il vient enfin de se décider à entrer dans l’Eregras, même s’il y était physiquement déjà présent.

— Suis-moi. Il lui tournait déjà le dos quand il prononça ces deux mots.

Il s’écarte, choisit une banquette, dos au mur, proche d’issues de secours.

— J’ai besoin de vacances, avoue-t-il en s’asseyant.

Une forme certaine de lassitude l’avait gagné depuis la sortie de Pachad. Pour la première fois, elle se lisait sur son visage.

— Présente-toi et dis-moi ensuite de quoi tu aurais besoin, toi.

Nephilim

Séraphine

Humain

Séraphine

Messages : 361
Enregistré le : 09 oct. 2016, 21:06
Humain
# RP terminés RP en cours

Séraphine

» Publié par Jimmy Chesly

» 23 janv. 2018, 21:36

-Je me nommes Séraphine, Maître.

Non, je n’ai pas parlé, pas bougé, pas faillis, les yeux baissés, le corps soumis, patiente. Je ne veux pas encore perdre une chance. Que les Dieux viennent n’aient pas anodins. Je le crois. Le seigneur Seijitus et la dame Sutton, maintenant le Seigneur Ur. Mon cœur bat la chamade.

De l’excitation à l’idée de le sentir si proche ? Ou qu’il daigne me parler ? Même être ici, à l’Eredras. Je ne sais pas. Ou l’appréhension de passer encore une fois à côté d’un maître ? Je crois que c’est cela. Que les mortelles libres me traitent de folle, peu m’importe ! Je ne suis rien de plus que la servante des Nephilim. Quoi que m’ait dit Lucy, quel que soit la graine insidieuse qu’elle a fait germer !

Je dois l’oublier !

Jamais aucune esclave ne m’a fait douter, ce n’est pas maintenant que les choses vont changer.

-Je fus l’esclave de feu Aurel, Maître Caymian, je n’ai rien en ma possession si ce n’est cet endroit qui reviendra à l’Originel qui m’obtiendra. J’aime cet endroit, j’ai envie de le garder. J’ai été éduqué par Adam, Dresseur Caymian, et j’ai appris les seules choses utiles qui serait nécessaires à mon possesseur Aurel. Aujourd’hui, je n’ai besoin que d’un maître à servir dans mon existence, Maître Ur.

Est-ce assez ? Je n’aime pas les détails, je ne sais pas s’il les veut ou s’il désirait seulement mon prénom. Il m’impressionne, mais je garde une stature droite, froide dans l’air sur mes traits, mais tout de même soumise. Il m’a observé sans rien laisser montrer, ce lieux ne lui plait peut-être pas, ce que je sais faire non plus…

Pourtant il me parle, il m’a amené ici, et ce ton glacial m’a fait battre les sens à une vitesse…non que cela m’ait ému qu’il demande si mon cul déplaisait à l’autre Nephilim, c’était seulement son timbre de voix.
Prenant sur moi, je réalise que je n’ai pas détaché mes yeux de son visage, absolument pas impétueuse, juste…je le regarde…
Image

Nephilim
Avatar du membre

Heru Ur

Nephilim

Heru Ur

Messages : 498
Enregistré le : 08 juin 2016, 13:37
Nephilim
# RP terminés RP en cours

Heru Ur

» 12 févr. 2018, 14:10

En réaction, il se contente de soupirer. Il ne sait pas que penser. Les Caymans comptaient des dresseurs hors pair dans leur rang, mais la mort de Caym a sonné le glas de bien des Nephilim de son clan. Les plus couards se sont empressés de rejoindre un autre clan, les plus fidèles ont disparu avec elle et les autres s’effacent peu à peu, comme Aurel. En fait, ils ont disparu.

Le silence règne, comme si la salle s’était figée, suspendue à la réaction du Nephilim. Il a tellement été déçu par les esclaves, il aimait tellement la qualité des esclaves sélectionnés par Caym qu’il a du mal à croire ce qu’il observe. Le doute s’est insinué en lui. Il doutait des humains, il doute à présent des esclaves aussi.

— Est-ce un texte que tu as appris par cœur ?

Il n’attend pas vraiment de réponses, car il n’y a pas de bonne réponse à cette question. Un mauvais maitre peut utiliser ce genre de formulation quand il a décidé de violenter son esclave. Si elle répond oui, il peut la frapper pour user de manipulation. Si elle répond non, il peut lui en vouloir de ne pas connaitre les bases que doit connaitre tout esclave qui respecte son maitre.

Elle semble néanmoins attacher une importance à ce lieu. Elle l’a cité, comme si elle le gardait. Étrange, nombreux humains préfèrent fuir à la mort de leur maitre. Faux ! C’est faux ! Des esclaves se sacrifient à la mort de leur maitre, préférant ne pas vivre sans eux. Alors ? Pourquoi protège-t-elle ce lieu ?

— Que feras-tu si ton nouveau maitre te demande de bruler cet endroit ?

En fait, cette question est encore plus tordue que la précédente.

Nephilim

Séraphine

Humain

Séraphine

Messages : 361
Enregistré le : 09 oct. 2016, 21:06
Humain
# RP terminés RP en cours

Séraphine

» Publié par Jimmy Chesly

» 18 févr. 2018, 00:09

Je ne réponds pas à sa question, ceci n’est pas un texte, ceci, c’est moi. Je ne peux pas lui dire non, c’est une mauvaise réponse. Pour la simple et bonne raison que cela peut faire croire à un mensonge, alors je ne réponds pas. Mes épaules baissées, mon corps dévoué, je baisse les yeux seulement. Pourtant quand sa question vient, celle-ci, je ne peux pas mentir.

-J’obéirais.

C’est la vérité, j’obéirais, s’il me disait je suis Heru Ur et je suis ton maître, brûle cet endroit. Je le brûlerais. J’aime l’Eredras parce qu’il me rappelle Aurel, parce que j’ai fais ce qu’il m’a dit par delà la mort, j’aurais dû me tuer, j’aurais peut-être même dû le revendre, mais sa perte a été une telle chose, que je n’ai pas sû, j’ai seulement obéis.

Il m’aurait demandé de rester assise sur une chaise à attendre ma mort, je l’aurais fait, j’aurais préféré. Il m’a donné une charge, je l’ai détenue toute mon existence, et je n’ai rien fait d’autre. Parce que c’était la volonté de mon maître, même défunt. Qui suis-je pour décider de me donner la mort ?
► Afficher le texte
Image

Nephilim
Avatar du membre

Heru Ur

Nephilim

Heru Ur

Messages : 498
Enregistré le : 08 juin 2016, 13:37
Nephilim
# RP terminés RP en cours

Heru Ur

» 25 mars 2018, 10:16

Il soupire, mais il n’y a pas de lassitude chez Heru Ur. J’aimerais écrire qu’il n’y en a jamais, mais certaines fois, cela lui échappe. Les bras écartés ses doigts s’agitent, une légère blessure mal soignée. Il ne saigne plus, mais il n’a pas pu réparer certains tendons fragilisés.

— Je ne sais pas ce qui me dérange le plus. Tes réponses sont celles que je souhaite entendre, mais depuis Vegas, les humains ont tellement changé que je me demande quelle trahison va se cacher derrière tes mots. Il n’y a que les Asmodéens qui ont su garder leurs esclaves fidèles et respectueux.

Cette fois-ci la nostalgie s’entend dans le timbre de sa voix. Elle est sincère. Sa nostalgie. Séraphine, cela reste à prouver.

— Tu vas fermer l’établissement pour ce soir.

Il hésite. Elle ne bouge pas, car en esclave attentive, elle a remarqué l’utilisation du futur. Sa phrase n’est pas finie.

— En fait, je m’interroge. Je m’interroge sur l’influence des autres Nephilim sur toi depuis la mort de ton maitre. Ne garde que le personnel de confiance, aucun profane.

Profane, voilà bien un terme improbable maintenant que les Nephilim sont révélés au grand jour. Pourtant, il y a bien un fossé, un gouffre entre les profanes et les véritables initiés. Que le petit personnel s’en aille, que les hommes et femmes ayant gagné la confiance des Asmodéens restent. L’enjeu est important, car quelque part, elle sera responsable du comportement de ceux qui vont rester. Si toutefois il en reste. Pour être franc, mieux vaudrait qu’ils restent seuls, mais il lui laisse cette latitude, cette responsabilité. Quelque chose que Harahel lui a appris, via Lidrya.

Heru Ur voulait prendre du bon temps. En guerrier, après la bataille. Retourner la gueuse sur la table lui aurait plu. Mais il y a peut-être de la lassitude au fond de lui, finalement. Iah Hel lui disait que l’éternité devenait longue, surtout vers la fin. Il sourit à ce souvenir qu’elle a bien voulu lui laisser.

Quand l’établissement est fermé, il se trouve derrière un bar servant un premier verre.

— Déshabille-toi et assieds-toi sur le comptoir.

Pendant qu’elle obéit, il se sert un second verre. Quand elle a terminé, il lui tend le premier verre et boit une gorgée du sien, sans trinquer avec elle.

— Je veux que tu me parles de ta clientèle. Clan par clan, ce qu’ils viennent chercher, ce avec quoi il reparte. Parle-moi ensuite des humains.

Nephilim

Séraphine

Humain

Séraphine

Messages : 361
Enregistré le : 09 oct. 2016, 21:06
Humain
# RP terminés RP en cours

Séraphine

» Publié par Jimmy Chesly

» 23 avr. 2018, 13:15

Je ne sais que répondre au Seigneur, j’aimerais lui dire que je n’ai jamais connu qu’eux et que mes semblables trop libres me déplaisent. Mais je pense qu’il se fiche bien de savoir cela, je ne le connais pas encore assez. Certains maîtres aiment à savoir les sentiments de leurs esclaves, Aurel aimait savoir, il disait que cela était utile pour mon propre bonheur.
Aujourd’hui j’ai désormais envie de montrer au Seigneur Ur que je suis aussi digne qu’un esclave asmodéen, et lui prouver qu’il peut cesser d’être las. Mais ce serait trop me permettre, alors je ne dis rien, je hoche la tête, fermer pour ce soir.

J’attends car l’ordre n’est pas immédiat, je fronce les sourcils, l’influence des autres Nephilim ? Les autres maîtres ne sont pas venus me réclamer, je n’ai fais qu’en servir, et je n’ai vu que le maître Seijitsu et la maîtresse Sutton, mais je n’ai pas été digne d’eux alors ils ne m’ont pas réclamé.

Je me redresse, et je sais déjà qui va s’en aller. Beaucoup de monde, si j’ai compris, je vais devoir engager du personnel compétent, des initiés irréprochables et puisqu’il m’a parlé des esclaves asmodéens, alors j’irais au devant d’un asmodéen pour ce faire et exprimer ma requête. Car au fond, je n’aurais plus que quelques personnes…j’aurais temps d’y penser, puisque je dois faire ainsi qu’il m’a dit.

Je me déshabille, ma nudité est facile pour moi, je n’ai aucune pudeur, et alors que je retire ce que je porte, en faisant en sorte de rester sensuelle et plaisante, je viens m’installer sur le comptoir, pied sur le rebord, je croise les jambes, non pas pour dissimuler mon entre cuisse, simplement, la façon de se tenir a plus de charme.

Mon buste est fier, mes seins exposés, je ne me dissimule pas, avoir envie qu’il me regarde est une chose qui existe bien, et pourtant mon comportement est habituel devant un maître. Je prends le verre respectueusement et laisse mes lèvres tremper dans le breuvage. J’aime cet alcool…

-L’Eredras est pour ceux qui aiment les modifications corporelles et artistiques, généralement les Nephilim qui viennent aiment observer ce genre de chose ou en créer. Les Asmodéens sont peu nombreux, ils ont déjà leurs esclaves mais certain ont laissé leurs mortels faire des représentations quand leurs corps s’y prêtent, beaucoup d’ancien caymian sont devenus asmodéens et sont restés par ici pour continuer à partager l’esprit du lieu. Des anciens amis d’Aurel notamment, certains tatouent. Je bois encore. Les vestales ne viennent pas énormément, ils préfèrent l’Hétaïre. Je n’ai eu qu’un ou deux clients réguliers de leurs côtés, toujours des Nephilim venus observer le show. J’ignore si des infiltrés sont venus, hormis ceux qui sont connus. Le Seigneur Seijitsu est passé, mais il n’est pas revenu. Les Insoumis sont fluctuant, certains viennent pour observer, il y a un petit groupe devenu très régulier depuis la dissolution du clan, ils se tiennent toujours là.

Je lui désigne un coin du cabaret, lui indiquant qu’il y a deux humaines danseuses qui les rejoignent souvent à la fin et qu’ils se connaissent bien, ils repartent ensembles. Je continue mes indications de clientèle sur les Izanaghis que je n’ai pas du tout dans mes clients, en tous cas, pas à ma connaissance. Pour les guerrières, je lui partage le fait que trois de mes danseuses en sont, mais pas de clientes, elles ont des show spéciaux pour récupérer de l’Orgone rapidement. Quelques Caymians et Hespérides sont habitués, et puis, d’autres Nephilim dont j’ignore le clan. Ils semblent être avec deux serveuses ceux-ci parce qu’ils repartent toujours ensembles.

-Beaucoup de mortels viennent pour se faire tatouer, des profanes me demandent souvent un boulot, généralement ils sont en quête de Nephilim et ceux qui viennent ici ne se cachent pas énormément, surtout ceux qui s’installent à l’étage. Les clients du show des guerrières sont souvent les mêmes, ils viennent les admirer. En même temps, je fais parfois de même. J’ai des habitués qui viennent pour l’univers du tatouage uniquement, une bonne dizaine, un type notamment qui a commencé à se faire recouvrir tout le corps, il a été tatoué par chaque tatoueur du coin.

Voilà tout ce que je peux lui dire.
Image

Répondre

Retourner vers « Eredras »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité