Se lâcher n'est pas si facile. Du vin peut aider. [Edouard]

Après la guerre civil, le Mandarin Oriental a transformé certains étages de son complexe pour accueillir des bureaux de luxueux dirigeants ayant décidé de vivre au milieu des Nephilim. Parmi ses clients, Edouard Osoto devenu un riche constructeur immobilier a décidé d'y louer des bureaux dont le luxe est à la hauteur de ses ambitions
Nephilim

Dawn Ludlow

Humain

Dawn Ludlow

Messages : 938
Enregistré le : 27 juin 2016, 21:11
Humain
# RP terminés RP en cours

Dawn Ludlow

» Publié par Harper

» 21 janv. 2017, 18:37

Il n’y a pas de piscine de là d’où je viens !

J’ai pensé que ça pouvait être une possibilité. C’est pour ça que je t’ai amené ici.

Je suis fière de moi et quand il me demande de me retourner, je joue le jeu.

Oh mais oui, bien sûr.


Je me retourne à toute vitesse, me retenant de rire. Il fait sa précieuse, c’est marrant, mais je n’y crois pas. Ah moins qu’il soit sérieux… Vous croyez que c’est possible ? ce serait étonnant en tout cas.
Le bouchon de la bouteille de champagne saute et je me retourne. Je tente autant que possible de le regarder dans les yeux, mais il est plutôt beau… Okay, il est très sexy.

Tout va bien, j’ai pied !

Je me mets à rire cette fois. Je ne sais pas s’il se moque de moi, alors juste au cas où, je me rapproche. La bouteille tendue, je m’en saisie et me retrouve contre lui. Dans ses bras c’est agréable. Ça fait du bien de se retrouver comme ça, enlacée et aimée. Ce sont des gestes qui me manquent et je pourrais m’habituer à partager cela avec Edouard. Cependant, je n’oublie pas les mises en garde de Lucy. Plus que de le voir un jour initié, l’idée que Sariel veuille le tuer me semble incompréhensible. L’alerte de Lucy a été bien trop exagérée, mais j’ai compris son inquiétude.

L’instant est agréable. Je regarde la ville. Ma ville. Elle a disparue. Tellement de choses ont changées. Je suis comme ces vieilles personnes qui sont contre le changement. De manière générale, ce n’est pas le cas, mais je déteste ce qui est brutal. Vegas vient de vivre une guerre et elle en porte les stigmates. Je devrais être plus tolérante, mais ce n’est pas vraiment dans ma nature.

J’aime les baisers d’Osoto. Je ne le repousse pas, bien au contraire. Il m’a laissé le temps de m’y faire. Le baiser sur le nez était une façon de me laisser le temps de reculer si je le désirais. J’ai apprécié. Je pourrais l’embrasser encore, mais il me fait un compliment et se met à paniquer à l'idée de ne plus avoir pied. Ça me fait rire, vraiment beaucoup. Cette fois, c’est moi qui l’embrasse, mais avec beaucoup de tendresse. Je ne cherche pas à savoir s’il sait vraiment nager en l’emmenant là où il n’a pas pied. Ce serait méchant et puis je n’ai pas envie de le noyer.

Je ne m’attendais pas à ce qu’il me porte, et encore moins à la réflexion qui s’en est suivie. Ça fait plaisir, mais c’est très gênant. Je pensais qu’il serait plus avenant, mais il est resté sage, me laissant sur ma faim. J’avoue que plus je passe de temps avec lui et plus l’envie de l’emmener dans ma chambre me taraude. Seulement, après ce que je lui ai dit tout à l’heure, ça ne ferait vraiment pas sérieux. Que penserait-il d’une fille qui change d’avis comme de chemise ? Il n’y aura donc pas de sexe ce soir, malgré un grand désir. Dommage qu’un Nephilim n’est pas dans le coin. C’est gâcher de l’orgone pour rien.

On parle encore un peu dans l’eau. Je reste dans ses bras, l’embrasse parfois. Doucement, ça devient plus simple et moins terrifiant d’entreprendre un rapprochement.

Merci. Une chance pour moi de n’avoir qu’un seul peignoir, je n’ai pas besoin de faire le même effort.

Je le regarde avec un grand sourire. Ce que je vois me plait. Je lui donne quand même une serviette pour se sécher et je lui pose des questions sur le sport qu’il pratique, car c’est évident qu’il en fait. Je l’invite à entrer dans la maison, car hors de l’eau et mouillé, la nuit paraît plus fraîche. Face à face, mes jambes au dessus des siennes, on continue nos confidences.

Il parait que les Nephilim initient des humains, tu en penses quoi ? Tu pourrais être l’un d’eux ? Faire ce qu’ils te demandent… un silence s’installe. Coucher avec eux ? Je regrette bien vite mes questions. Tu es venu vivre à Vegas, l’idée a dû te venir à l’esprit au moins une fois non ? Surtout que maintenant, tu es célibataire.

Le contraire serait étrangement étonnant. Je me demande si pour le coup, il ne va pas me prendre pour une grosse cochonne qui fantasme sur des démons immortels… Quoi en y pensant, il ne serait pas loin du compte.

Edouard Osoto

Humain

Edouard Osoto

Messages : 262
Enregistré le : 23 août 2016, 10:37
Humain
# RP terminés RP en cours

Edouard Osoto

» Publié par Satsobek Anahk

» 21 janv. 2017, 20:17

Son sens de l’humour ne manque pas de piquant, elle me laisse presque gamberger à l’idée de ne pas avoir de solution pour me sécher, mais elle revient quand même avec une serviette.

« À l’université, je faisais partie de l’équipe d’aviron. » Forcément, elle commence à se douter que je sais nager. « Ouais, bon c’était dangereux surtout quand l’outrigger se retourne. C’était pas très sexy avec les brassards… » Va-t-elle gober ce bobard ? « Si si, des roses avec des petites oreilles de souris, là sur mes bras ! »

Bon je finis par un clin d’oeil quand même.

À l’intérieur, nous nous installons sur le canapé. Souriante, elle s’assied à mes côtés, étire ses jambes sur les miennes et commencent à me poser des questions sur les Nephilim. elles reviennent dans la bouche de tous les américains, mais particulièrement des habitants de Vegas.

« Il parait que les Nephilim initient des humains, tu en penses quoi ? Tu pourrais être l’un d’eux ?
— Moi, un Nephilim ??? Ahhh pardon !!! Tu veux dire un de leurs adeptes ? »

Je ne connais pas ce sens du initié. Je ne sais pas qu’on appelle les humains des esclaves, ni même des Initiés. Elle se lance sur un terrain glissant.

« Coucher avec eux ? Tu es venu vivre à Vegas, l’idée a dû te venir à l’esprit au moins une fois non ? Surtout que maintenant, tu es célibataire. »

Il va falloir se la jouer fine, Edouard.

« C’est compliqué… »

J’écarte les bras en croix et fixe le plafond quelques instants.

« Quand je suis arrivé, je travaillais pour un certain Kepplers. L’un de ses assistants se mariaient bientôt. Ils se sont dit que c’était l’occasion de fêter cela. Un enterrement de vie de garçon à Vegas. Je n’ai rien dit, mais je n’étais pas emballé. Je ne suis pas vieux jeu, mais Kepplers et moi étions marié, Vegas, c’est quand même réputé pour être la cité du vice et de la luxure. Les Nephilim ont leur aura de luxure autour d’eux… C’est une certaine Loreleï Kane qui a organisé la soirée. Un enfer… On a mangé les yeux bandés, ça c’était drôle, mais sur des femmes nues. Et ils se sont comportés comme des salauds. Des remarques graveleuses… Je ne suis pas vieux jeu, c’est un jeu sympa avec sa compagne, mais avec une inconnue qui est payée pour se la fermer et subir les remarques désobligeantes, bof... »

Je soupire, mes mains miment les gestes des hommes qui pelotaient ces jeunes femmes. En réalité, je me contre-fous de ces connes. Si elles n’ont rien dans le cigare et qu’elle se greffe des faux seins au lieu de s’instruire, c’est leur connerie, leur problème à ses putes. Mais je me montre plus gentil avec Dawn qui semble très fleur bleue.

« Cela ne leur a pas suffi. Ils ont voulu rencontrer des Nephilim. Pour eux, les femmes Nephilim ne sont que des putes de luxe, des premiers choix, le top de la qualité. On raconte que leur ambassadrice à des centaines d’années. Comment peuvent-ils la considérer comme une prostituée de luxe ? »

Je vais éviter de pousser le bouchon trop loin.

« C’est sûr qu’elle est belle, vraiment belle, c’est attirant. Mais bon, je ne sais pas pourquoi ils sont là. J’aurai d’autres questions à leur poser que : tu couches ce soir ? C’est pour cela que je ne voulais pas en rencontrer. Je me suis cassé, Kane ne semblait pas apprécié que je ne m’amuse pas. Et même maintenant, je ne sais pas… C’est délicat... »

Je me tourne vers elle et dépose un baiser un peu plus passionné sur ses lèvres. Je le fais durer, mais m’arrête gentiment.

« Je sais qu’un baiser ne fait pas de nous un couple. Mais je ne peux pas t’embrasser ce soir et me considérer comme un célibataire en droit d’aller draguer une autre femme. Déjà, cela ne se fait pas et puis, toi je te connais, tu as des qualités que j’aime beaucoup. Mais tu sais, il y a tellement de rumeurs sur eux… J’aime pas les rumeurs. Surtout quand un mec te le raconte. Genre : coucou chérie, je suis désolé, j’ai couché avec une Nephilim, mais tu comprends on peut pas leur résister. Elle a bon dos la succube, non, franchement Dawn ? c'est peut-être à cause de ce qui est arrivé à ma famille, mais je sais pas, c'est important un couple. »

Je regarde Dawn et je prends sa main dans la mienne.

« Tu les connais, toi. Parle-moi de ce Nephilim que tu connais. Hadès… Moi, on m’a dit qu’il avait un harem de 70 vierges. Un harem de vierges, pour un Nephilim, déjà il risque de s'ennuyer avec des vierges, et puis si elle le reste, c'est quand même bizarre pour un incube, non ? On raconte aussi qu’il mange ses enfants, qu’il a sauvé le monde, qu'il a failli le détruire aussi. On raconte que l’explosion en Chine, c’était lui… Mais toi, Dawn, qu'est-ce que tu sais sur lui. Je te crois, toi. Qu'est-ce que t'en penses des Nephilim. »

Et quand elle a fini, je lui demande si elle en connaît d’autres, de me parler d'eux éventuellement.

Nephilim

Dawn Ludlow

Humain

Dawn Ludlow

Messages : 938
Enregistré le : 27 juin 2016, 21:11
Humain
# RP terminés RP en cours

Dawn Ludlow

» Publié par Harper

» 22 janv. 2017, 13:45

https://www.youtube.com/watch?v=4lodu6rx62I

Il m’a menti tout du long et je suis certaine que c’est un très bon nageur. Je ne le prends pas mal, au contraire, ça m’amuse beaucoup. C’est dommage que je ne l’ai pas compris avant, j’aurai peut-être joué beaucoup plus. Mais tout cela n’a plus d’importance pour le moment, car il a répondu à mes questions et il ne m’a pas dit ce que j’attendais... ce qui m’aurait arrangé. Il ne compte pas rencontrer des Nephilim. Je pense même qu’il ne tient pas personnellement à en avoir dans sa vie. Alors quoi ? Tout est fini ? Tout s’arrête là ? Pour une fois que quelqu’un me plaisait. Qu’est ce que je dois faire ? Je ne peux pas faire comme s’il n’y avait aucun risque qu’un jour les Infiltrés lui tombent dessus.

Il est en train de me dire ce que toute femme voudrait entendre. Nous ne sommes pas ensemble, mais cette soirée suffit à ce qu’il ne veuille pas aller voir ailleurs. Je trouve ça tellement mignon. Nous ne sommes pas un couple et nous ne le serons sans doute jamais, maintenant que je connais son point de vue sur les immortels. J’ai fait une terrible erreur. J’ai été bien trop loin. J’aurais dû m’assurer de cela bien avant. Entre mes doigts, je pince ma lèvre inférieure. J’entends bien ce qu’il me dit et en même temps, j’ai toutes ces voix dans ma tête qui me disent de ne pas faire ça. Il vient de divorcer, il est fragile et je ne veux pas être celle qui le brisera une seconde fois. Il n’a certainement pas besoin d’une femme comme moi dans sa vie.

Mon piège se retourne contre moi et c’est mon avis sur les Nephilim qu’il veut entendre. Je ne peux pas parler d’Harahel sans penser à Lidrya. Jamais je ne pourrais mettre sa vie en danger, alors je souris à Edouard.

Je ne le connais pas si bien que ça.

Ce qui est la vérité. J’essaye de calmer son enthousiasme, même si je comprends sa curiosité.

C’est un être avec des valeurs et des principes. Elles ne sont pas forcément les mêmes que les miennes, mais c’est quelqu’un de bien. Et il ne mange pas ses enfants non - Je fronce les yeux - Qui a bien pu te raconter ça ? Je me mets à rire. Et je ne pense pas qu’il soit responsable d’un tel drame.

Je me mets à réfléchir tout en caressant ses mains.

Tu sais, je pense qu’ils ne sont pas très différents de nous. Ils ont leurs démons intérieurs aussi. Je ne peux m’empêcher de penser à MatVei. J'espère qu'il a su régler ses problèmes avec son père. Certains y succombent, d’autres jamais. Il y a des imbéciles partout. Bridges est une des plus belles ordures que je connaisse et il est tout ce qu’il y a d’humain. Certains d'eux, sont bien meilleurs que moi.

Peut-être que lui dire la vérité serait plus simple, mais ce n’est pas une option. C'est ainsi que je décide de tout gâcher. Je ne vois pas d'autre solution. Je regarde soudain l’heure.

Cinq heure du matin. Ouhla, il est tard. Je dois me lever dans une heure.

Je sais qu’il ne va pas comprendre. Je sais qu’il va me détester, me prendre pour une garce, mais c’est tout ce que je vois comme solution pour le protéger.

Tu dois rentrer. Je t’appelle un taxi.

J’ai déjà filé, portable à la main, je reviens avec ses vêtements. Cette fois je ne reste pas pour regarder, je file remettre ma robe aussi. Je lui souris, mais ça n’a rien à voir avec mes expressions habituelles. Je ne sais pas mentir. Je suis une piètre Infiltrée, c’est connu. Je me mets à soupirer alors que je l’entraîne jusqu’à la porte.

C’était sympa comme soirée. J’ai passé un bon moment.

Je ne sais pas pourquoi, mais les dix minutes d’attente du taxi n’ont jamais été aussi longues. Il s'en va enfin, et c'est quelques heures plus tard que je rencontre Dephaïne.

Verrouillé

Retourner vers « Les bureaux d'Edouard Osoto »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités