Qu'importe que nos chemins s'éloignent... ne m'en veux pas [Lucy]

Nephilim

Severide

Nephilim

Severide

Messages : 938
Enregistré le : 27 juin 2016, 21:11
Nephilim
# RP terminés RP en cours

Severide

» Publié par Harper

» 24 nov. 2018, 21:51

https://www.youtube.com/watch?v=U-iHnbPb60Y

Rien n’a fonctionné comme je l’avais prévu à Washington. Une créature s’est emparée de mon bras, mais je me suis défendu. Une autre est intervenue, puis encore une autre. J’aimerai pouvoir vous dire que je les ai mises K.O, qu’il y a eu des tripes, du sang et des boyaux… pas les miens. J’aimerai dire que j’ai été chevaleresque, que j’ai montré ma force, mon courage et ma détermination à ce Prince des ombres, qu’il a reconnu mon intelligence et qu’il a fini par comprendre qu’il n’avait aucune chance contre les Nephilim, mais il n’en est rien. Mes bras ont battu l’air avec férocité, mes jambes se sont asticotées dans tous les sens sans grand résultat. Même mes dents n’ont pas fait cligner un seul œil. Malheureusement, je ne peux pas en dire autant concernant les bêtes qui m’ont attrapées. Je me suis fait jeter par le portail sans cérémonie comme un vulgaire pantin de bois. J’ai atterri face contre terre, la queue entre les jambes, le corps meurtri. Je me suis relevé aussi vite qu’il m’était possible de le faire en ces circonstances, mais ça n’a pas été suffisant. Le portail avait déjà disparu. A cet instant, je comprends que si je ne me dépêche pas, tout sera perdu.

Me voilà donc jeté à travers d’un portail, aux portes de Vegas. À croire qu’ils ont eu pitié de ma carcasse. Je peste et je rage, mais je ne suis pas aussi irresponsable que j’aime le faire croire et je me mets immédiatement à courir vers la ville, blessé, traînant la patte et me tenant les côtes. J’ai peur qu’une silhouette fonde sur moi ou bien autre chose que je n’aurais pas le temps de voir. Je ne sais pas exactement à quel endroit le dôme commence ou finit et puis, je dois retrouver ce qu’il reste de nous. C’est ma seule obsession à cet instant. Je dois retrouver Voldi, ou n’importe qui d’autre capable de m’en dire plus sur la situation. Je ne sais pas où se trouve Raven, ni même Lidrya maintenant. Je ne peux qu’espérer que le Lynx aura été plus chanceux que je ne l’ai été. Nous avons essuyé tant de pertes. Il m’est difficile de penser que nous nous en relèverons indemne.

Je n’ai plus une once d’orgone dans le corps et je perds ce sang si précieux à la vie, mais je ne pense qu’à une chose, rejoindre Lucy. Mon teint est pâle et caché dans mes épaules, derrière le col de ma veste. Je ne veux pas qu’on me voit. Je suis un sans clan et je ne me suis pas fait que des amis durant ma longue existence.

Je finis par rejoindre l’Area, il est dans les vingt-trois heures. Je sais que ma belle ne dormira pas, c’est impossible. Je l’espère tellement. Je sonne. Une fois. Deux fois. Trois fois. Je m’impatiente. Et quand elle ouvre enfin la porte, aucun mot. Je sais qu’elle comprendra. Je m’accroche à son cou, me redressant fièrement. J’ai besoin qu’elle m’aide, mais je ne le lui demanderai pas. L’air grave, je suis tellement inquiet. Elle pourrait bien me jeter dehors, je le sais. Mais je sais aussi que personne ne m’aime plus qu’elle en ce monde.

Humain
Avatar du membre

Lucy Hale

Humain

Lucy Hale

Messages : 886
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Humain
# RP terminés RP en cours

Lucy Hale

» 24 nov. 2018, 22:58

Que celui qui a inventé Netflix soit le nouveau Dieu de Lucy. La jeune femme, lunette sur le nez, saladier de pop-corn démesurée entre les jambes, salé, et soda sur-calorique sur le bras du canapé, dans un verre géant. Ses cheveux sont courts désormais, une folie de passage, un pourquoi pas, un besoin de changement. Cela lui donne un autre air, pas moins geek, les ondulations restent rebelles, son air a toujours ce rien de malice qui nait dans son sourire quand elle a une idée derrière la tête. Sincèrement, les nouvelles aventures de Sabrina suivent le comics à la perfection, elle aura cependant de lourde critique à faire en temps et en heure, mais elle n’y est pas encore. Etrangement la nouvelle tante Zelda est sa préférée, Hilda aussi. Elle ne se formalise pas de la différence avec la série passée, pour la simple raison que ce n’est pas le même mood et que le marathon de l’œuvre des années 90 se fera du coup, en temps et en heure quand cela sera nécessaire avec Andrew.

Les jours se suivent et se ressemblent, la coupe de cheveux est probablement la seule nouveauté. S’occuper pour ne pas penser, s’occuper pour ne pas ressasser, s’occuper pour ne pas avoir l’air de ressembler à un lion en cage. Ça fonctionne ? Un peu. Le chat ne miaule plus, plus d’animaux. Il manque, il y a les vestiges de sa présence, quelques poils irréductibles qui traînent sur un vieux plaid dans un coin et un jouet à moitié sous le canapé qu’elle a choisi d’ignorer.
La main figée devant ses lèvres, le pop corn prêt à être ingurgité, elle dévisage ce qu’il se passe à l’écran. Les effets spéciaux sont digne de sy-fy mais ce choix est parfait. C’est probablement ce qui la séduit, elle a commencé le premier épisode en début d’après-midi, depuis, elle n’a rien lâché, incapable de lâcher ses yeux de l’écran.

Ce n’est que la sonnerie de son entrée qui la fait presque lâcher. L’heure…elle n’attends personne. Pas de message sur le téléphone, elle vérifie et hésite à se lever. Et si c’était…elle ne sait pas qui. Lou est incapable de présumer du négatif, elle pourrait penser à Heru, mais c’est un néant absolu de ce côté-là, parce qu’elle n’a pas envie d’y penser et son esprit est le champion pour jouer à l’autruche. Elle lâche finalement le saladier et le pose sur la table basse, revient en arrière pour le verre sur l’accoudoir, histoire de le poser au cas-où sur la table basse, met la pause et descends dans les escaliers.

Lucy porte une « pyjama de geek ». Un top estampillé Batman, énorme logo sur la poitrine, short estampillé de plusieurs sigles de Batman et des chaussettes montantes jusqu’au-dessus du genou, toujours à l’effigie du héros dans un mélange de gris et de jaune/noir. En quittant l’appartement chauffé, parce que la nuit est fraiche désormais, elle rabat un peu son sweat gris, sans pour autant fermer le zip de la fermeture.
Une troisième sonnerie, elle ouvre sans vérifier le judas, et son cœur s’arrête. Elle le dévisage comme s’il était un fantôme et ses lèvres s’engagent sur le territoire d’un sourire qu’elle contrôle. Dans quel état est-il ? Il est là, vivant, en sale état mais…sa main quitte la porte dans un mouvement tendre, elle ne fait rien qui pourrait lui donner l’impression qu’elle le soutient, qu’elle l’aide, préférant le garder et souffler.

-- Tiens, c’est toi…-Elle dit cela sans reproche, tendre, devrait-elle être fâchée ? En colère ? Pourquoi faire ? Lucy ne connait pas ce genre de chose, pas après avoir pu se ronger les sens. Bien entendu que ses yeux voient toutes les petites choses qui pourraient la faire paniquer, mais…c’est un insoumis, c’est probablement un lot quotidien. – Je savais que j’étais à tomber à la renverse avec ma nouvelle coupe, mais pas à ce point.

Elle peut ? Elle se le demande. Ils en sont où ? Elle s’en fiche. Ils en sont là. Lucy a le droit de dire des bétises et même de pouffer, sa main le lâche et pousse la porte, qui claque brusquement. Le verrou la ferme automatique, elle ne peut plus s’ouvrir sans tirer la languette métallique de ce côté mais par précaution, un tour est tourné. Qu’a-t-il ? que se passe-t-il ? L’assaillir ou simplement être heureuse de l’avoir ? Petite souffrance éclair face à sa propre retenue de question, elle inspire, pose sa main sur la plaie qu’elle a trouvé, sans rien dire.

Il est trop pâle, elle se laisse aller aux idées, un peu d’orgone en silence, essayer, dépose un baiser doucement sur la pulpe de ses lèvres. Peu importe qu’il soit sale, dans un état terrifiant, elle pense d’abord à la force dont il a besoin, incapable d’avancer le reste d’abord. Et si sa plaie était celle d’une voleuse ? Elle y pense une fraction de seconde, son cœur s’emballe, la panique échaude sa pensée avant qu’elle ne l’embrasse un peu plus. Il a besoin d’une force qu’elle peut lui donner. C’est tout ce qui importe. Lucy ne craint pas d’offrir cela aux Nephilim, elle l’a fait à Meborak, mais lui, ce n’est pas « les Nephilim », au fond, on le sait, elle le sait.

-- Tu m’as manqué Cyprien.

Elle sourit, amusée, provocante et fière. Un rien trop malicieuse elle l’embrasse de nouveau. Se souvenir de son prénom…le dire…c’est une déclaration de ses lèvres, mais bon, c’est une histoire dont on peut ne pas prendre conscience. Elle l’a demandé ce prénom, gardé, en secret, dans ses pensées, et voilà. Mais franchement, elle en a si peu l’habitude. Peu importe. Son baiser devient profond, le plaisir de retrouvaille. Lucy joue l’assurance, cache l’inquiétude, le sang la tâche, son état la blesse…elle continue son baiser.

Lui, c’est le Nephilim. Et il n’y a pas que de l’Orgone pour lui.

Nephilim

Severide

Nephilim

Severide

Messages : 938
Enregistré le : 27 juin 2016, 21:11
Nephilim
# RP terminés RP en cours

Severide

» Publié par Harper

» 02 déc. 2018, 18:13

Tiens, c’est toi....

Je la regarde et je vois bien que ce n’est pas méchant. Pourtant, elle ne s’en rend pas compte, mais c’est comme si elle venait de m’asséner un bon gros coup de poing dans le ventre. Je l’ai bien mérité. Je baisse les yeux sur mes mains que je me mets à frotter sur mon pantalon comme pour tenter de les nettoyer un peu, cherchant ce que je pourrai dire.

Je...

Rien, je m’arrête avant même de regretter mes paroles. Je ne peux pas me justifier et je ne suis pas doué dans ce domaine. Rien ne justifie ma présence chez Lucy, même pas mon désir de retrouver Raven ou les autres. Pas après ce que je lui ai fait subir. La vérité, c’est que je suis désolé de faire irruption comme ça dans sa vie, encore une fois. Beaucoup de choses se sont passées entre nous depuis l’accident de voiture. J’ai l’impression que c’était dans une autre vie. Je sais que ma présence n’est pas légitime et je n’ai aucun droit de lui demander ce qu’elle s’apprête à faire. Sans doute qu’elle le sait et c’est pour cela qu’elle prend l’initiative. Ses lèvres se posent sur les miennes et me rappellent à quel point on s’entendait bien et à quel point c'était plaisant de partager ces moments avec elle.

Je la laisse faire sans être fière de moi. Je lui ai reproché cette façon d’être auprès des Nephilim pour la blesser, alors qu’elle ne devrait pas en avoir honte. Je sais que je lui ai fait du mal, mais c’était pour son bien... Ou peut-être pour le mien ou peut-être que je suis juste un gros connard. Je ne sais pas ce qu’elle me cache, ou même ce qu’elle se cache à elle-même, mais ça n’aurait jamais pu marcher entre nous. Un jour elle le comprendra. Je l’espère. Je la regarde me sourire et je lui souris à mon tour son bassin collé contre le mien, mes lèvres encore très proche des siennes.

Tu n’es pas obligée de faire ça...

Je suis bienveillant avec elle. C’est une mauvaise idée, ne le voit-elle pas ? Je fais marche arrière. Raven dirait surement que je n'ai pas de couilles.

Qu’est-ce que tu sais sur Washington ?

Je n’ai fait aucun commentaire sur la coupe de cheveux de Lucy, mais mes doigts jouent avec quelques boucles, preuve que j’ai remarqué. Ce serait difficile de ne pas voir ce changement chez elle. Finalement, je la laisse tranquille. Je n'ai pas besoin des dons des Nephilim pour voir les signes de ce que ma présence provoque sur elle.

Sais-tu où se trouve les miens ?

Me cacher derrière ce que je sais faire le mieux et l’embrasser serait plus simple. J’ai besoin de son orgone et de mes pouvoirs, mais j’aimerai juste que quelqu’un me dise où nous en somme et je compte sur l’amour de Lucy pour aider un Sans-clan. A moins que je compte sur elle pour faire ce que je suis incapable de lui demander.

Humain
Avatar du membre

Lucy Hale

Humain

Lucy Hale

Messages : 886
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Humain
# RP terminés RP en cours

Lucy Hale

» 02 déc. 2018, 19:09

Le revoir rend un nouveau sourire à Lucy, elle est peut-être, selon elle, un peu trop mièvre, un peu trop tendre, trop…de chose. Mais elle s’en moque, elle n’oublie pas mais préfère laisser de côté ce qui peut entraver ce moment. Tout simplement. Elle pense à lui, et l’état où il se trouve dont elle ne fait pas mention, pas la peine de paniquer, il y a une manière que tout aille pour le mieux. Lui qui est là, sans qu’elle ne demande rien, sans qu’elle ne sache trop que faire si ce n’est être elle-même et penser d’abord au plus important. Ce je qui débute à peine une phrase et l’arrête de tout, elle lui sourit, seulement intriguée, sans poser la moindre question, le faire fuir n’est pas dans ces intentions. Elle préfère l’embrasser.

L’embrasser pour chasser ce qui ne va pas, peu importe le reste, sans se poser de question, mais c’est lui qui ramène à la réalité. Pas obligée de faire ça, elle a un sourire amusé, elle hausse les yeux au ciel, l’air de dire mais qu’est-ce que tu racontes comme bêtise. Si elle n’avait pas envie, elle ne le ferait pas, pas avec lui en tous cas. Mais elle se contente de rester contre lui, simplement.

-- Si je n’en avais pas envie, je ne le ferais pas, tu le sais non ?

C’est une évidence. Et personne ne pourrait l’y contraindre, elle en est certaine. Presque, car si un Nephilim à grosse baloche le voulait sans son accord, elle n’aurait qu’à se taire, non ? Mais Lucy est certaine de faire l’étoile de mer sans remord dans un tel cas, laisser passer entre autre. Enfin, cette chose là n’a pas à être pensée, maintenant, ou jamais. Elle ne le laisse pas s’éloigner, s’il ne veut pas physiquement, elle peut toujours laisser l’orgone filer, sans rien dire. La suite bloque un peu ses gestes trop intime, elle doit se retenir de croire qu’il est là pour elle et il lui rappelle en une phrase, faire semblant est facile, dans ses cordes, une habitude.

-- Pas grand-chose . –Elle aime sa main perdue dans ses boucles coupées, sa présence, mais s’il continue, elle va perdre pied et reculer à son tour. –Raven est ici, j’ai aperçu le Barge sur des vidéos avec le Drayoir, ils sont revenus de Washington. Tu veux que je les appelle ?

Elle ne sait pas trop ce qu’elle doit faire, l’envie de rester avec lui, contre lui est plus importante que le reste, mais elle n’a aucune envie d’avoir l’air d’une fille pathétique qui veut…elle ne sait pas trop quoi. Non, être pathétique est bien la seule chose qui ne l’enchante pas, en tous les cas, elle ne bouge pas, mais finit par défaire ses bras de son cou et déplacer sa main dans la sienne.

-- Viens, déjà, on monte.

Peu importe, Lucy sourit, elle n’a pas envie de réfléchir, alors, elle chasse loin, très loin tout ce qui pourrait venir enrayer sa machine, il est chez elle parce qu’il sait aussi qu’elle est assez douée pour savoir beaucoup de chose. Et probablement parce qu’elle fait partie du groupe ? Elle s’en souvient par vague de ce détail, un peu comme pour avoir l’impression d’être là aussi, mais Lou se sent un peu comme le type sur un photobomb, qui apparait sur l’icône dans une grimace peu à son avantage. Elle entraîne Séveride dans la maison, referme la porte, elle sait que les Infiltrés écoutent, mais elle appris à les ignorer, un peu comme s’ils n’existaient pas. L’état de Séveride n’est pas plus glorieux à la lueur du loft, elle le conduit vers la salle de bain.

Sans réfléchir, elle retire le haut de son pyjama, apparaissant à moitié nue et au lieu de réfléchir à quelque chose de précis, l’attrape par le haut du pantalon pour l’entraîner vers la douche où elle active l’eau d’un mouvement, le gardant contre elle pour éviter le contact trop froid du liquide qui sort du pommeau en hauteur.

-- Juste…arrête un peu de réfléchir, d’accord ?

Malicieuse Lou le regarde, est-ce qu’il va encore dire non, en quelques sortes, ou bien…elle n’attends rien de lui, elle n’a besoin de rien, Lou sait parfaitement que ce n’est pas utile, essayer d’avancer comme des adultes qui ont mis les choses au claires, ça peut-être possible. En plus il ne sait même pas, si elle n’a pas un petit ami maintenant, l’envie n’est pas ce qui manque, c’est tout ce qui importe, elle sait parfaitement ne pas chercher plus loin, alors, pourquoi pas lui ?

Elle continue ses baisers avant de le glisser avec elle sous l’eau tiède.

Nephilim

Capella Baker

Humain

Capella Baker

Messages : 248
Enregistré le : 25 août 2016, 22:56
Humain
# RP terminés RP en cours

Capella Baker

» Publié par Anvesha Devika

» 03 déc. 2018, 20:50

La clé tourne sans coup férir dans la serrure. D'un geste nonchalant je balance le trousseau dans la corbeille à clé. Lou n'a pas ressorti son nez de la journée. Collée sur une de ses "séries" qu'elle affectionne. A moins que je ne la trouve dans son bureau. Le nez sur ses écrans. Ce qui n'est guère mieux. Tient, la télé est figée sur la pantomime d'une anonyme (pour moi), la bouche ouverte. Ces instruments technologiques doivent avoir une âme pour toujours choisir l'attitude la plus ridicule.

Ou est Lou ? Je fais le tour des yeux et tend l'oreille. J'entends la douche. Ah ! La nymphette rousse est surement dessous. Et elle parle toute seule ? Ou pas ? La curiosité se réveille. Qui donc autre que moi a osé venir rendre visite à mon amie à cette heure-ci ? Une personne assez intime pour avoir droit à la douche en tout cas.

Je passe l'épreuve de l'escalier. Et tombe sur une silhouette qui ne m'est pas inconnue. Les Insoumis seraient-il de retour ? Le beau petit clan de Raven a explosé suite à Washington. Malgré l'énergie de la brune incendiaire. L'avantage c'est qu'elle a le temps pour reconstruire.

Contrairement à moi, le nephilim, n'est pas dans une forme formidable. Le sang sur ses vêtements comparé à une de ces robes virginale que j'affectionne ici à Végas. Ma nudité dessous contre sa veste portée tel un bouclier. Son regard hâve rencontre le mien affectueux.

"Bonsoir Severide. Vous êtes de retour ? Ou sont les autres ?"

Derrière lui, sous la douche, sa main sur le bras de l'homme pour l'attirer la petite blanche est sublime dans sa tenue d'Eve toute mouillée. Je lui fait un sourire entendu.

"Je dérange peut-être ?"

Mon index se porte à ma bouche, à mes lèvres. Un petit bout de langue l'acceuille, se promène un instant fugace, comme un serpent sentant sa proie. Le sourire s'étire sur un côté, tandis que subtilement mon langage corporel se fait languide et sensuel.

"Ou peut-être pas."

C'est peut-être là l'occasion d'aller plus loin dans ma relation avec la rousse.

Humain
Avatar du membre

Lucy Hale

Humain

Lucy Hale

Messages : 886
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Humain
# RP terminés RP en cours

Lucy Hale

» 03 déc. 2018, 21:44

Lucy est ailleurs, dans une bulle seule avec Séveride, peut-être qu’elle en a besoin, peut-être qu’elle a besoin de simplement se retrouver avec lui. Ou pas du tout, elle ignore un peu ce qui devrait être fait, expliqué, mais ne pas réfléchir, entre eux, devrait être le plus simple. Sous la douche, le bruit de l’eau couvre le son d’une porte qui s’ouvre, peu de monde a les clés de chez Lucy. Drew est probablement le seul, si on ne compte pas quelques infiltrés qui en auraient le double sans que cela soit la volonté de Lou. La demoiselle aime garder main mise sur son territoire, elle offre une hospitalité sans retenue qu’elle partage, mais détenir les clés du royaume c’est une autre paire de manche.

Elle propose à Séveride de ne pas réfléchir et dans ce moment qu’elle veut partager égoïstement, une intrusion, une voix, tout la pousse hors de cette intimité si brusquement qu’elle retire la main de Capella de son bras quand elle réalise son intrusion. Un choc électrique, elle l’avait oublié. Capella ne vit pas ici, Lou ne veut personne à demeure en ce moment, question d’un besoin de sa propre liberté, d’un manque d’envie d’un couple ou d’un semblant. Capella lui rends visite pour la « sortir » mais la geek se concentre sur de vieilles habitudes. La voilà prise au dépourvue, elle fronce les sourcils, essaye de sourire, sans réussir. Lou avait fermé la porte, elle en est sûre et ses pupilles observent l’insoumise, un sourire hésitant toujours sur les lèvres.

-- Complètement. –Déclare Lucy à sa question de déranger. – Comment tu es rentrée chez moi ?

Lucy lui demande cela, ignorant un peu les séductions de la brune, la question vient, naturellement et elle croise les bras sur sa poitrine. La geek accueille volontiers Capella chez elle, mais elle ne l’a pas vu depuis un moment et elle ne lui a pas offert l’opportunité de pénétrer son appartement sans son accord. Elle ne l’aurait pas fait en plus, avec la présence possible de Heru Ur, et depuis l’épisode du chat, elle est assez seule. Lucy n’arrive pas à sourire, les yeux toujours accusateurs, elle l’observe. C’est un peu le grand soir des retrouvailles ? Raven va finir par arriver ? Il ne manquerait plus que Hope tient et pourquoi pas Sariel.

-- Je ne t’ai pas donné de clé…tu en as pris une ?

Elles n’ont l’une envers l’autre des relations probablement plus qu’amicale, parfois, fort peu dernièrement et l’ingérence de la jeune femme ne plait pas à la demoiselle. Si sa porte avait été ouverte, encore, cela aurait été différent, et il est probable, de toutes façons, qu’elle ne soit pas ravie parce qu’il est aussi là. Peut-être qu’ils sont voués à ne plus se retrouver seuls ? Autant avouer que désormais, plus une once d’orgone ne s’éloigne du corps de Lucy, coupée dans ses élans.

Que les infiltrés puissent rentrer comme ils le souhaitent c’est une chose, qu’Andrew le fasse aussi, d’accord,mais il prévient toujours. Mais là, elle a un peu de mal, probablement parce qu’il y a Séveride et aussi parce qu’elle n’apprécie pas alors qu’elle lui a déjà dit.

Nephilim

Severide

Nephilim

Severide

Messages : 938
Enregistré le : 27 juin 2016, 21:11
Nephilim
# RP terminés RP en cours

Severide

» Publié par Harper

» 09 déc. 2018, 13:07

Lucy est douce avec moi. Elle l’a toujours été, même dans les pires moments et je ne peux m’empêcher de penser à la seule personne que je connais encore plus douce et aimante que Lucy envers les autres. Je me demande où est Princesse. Il m’est difficile de laisser derrière moi ce qu’il s’est passé à Washington alors que je n’ai qu’une seule envie, y retourner pour récupérer tous ceux que nous avons laissé.

Je sais que ce tendre moment est voulu par Lucy, qu’elle ne feinte pas - elle ne pourrait même pas le faire, son corps parle pour elle - mais je ne peux m’empêcher de penser à tous les autres. Pourquoi se sent-elle obligée de rester chez les Infiltrés ? Ne me fait-elle pas confiance pour la protéger ? Ce n’est pas que cela, et je l’ai bien compris, trop bien compris. Cela ne rend pas la situation plus facile. Au contraire. Je me contente de la suivre plutôt que de répondre. Nous n’allions pas rester là de toute façon.

Me retrouver dans le loft me procure une sensation agréable. Comme si j’étais rentré à la maison. Les mois ont passés, mais rien n’a vraiment changé et chaque recoins de son appartement est lourd de souvenirs. Je me rends compte très rapidement que sa boule de poils n’est plus là. Je connais l’importance de cet animal pour Lucy et je préfère ne pas lui demander où il est, dans le doute probable qu’il lui soit arrivé malheur. Il n'était pas tout jeune et il était plutôt con avec les Nephilim. J’ai rêvé plusieurs fois de l’embrocher, sans doute qu’un de mes congénères ne s’est pas donné la patience de faire connaissance avec le petit monstre.

Je suis déçu quand j’apprends qu’elle ne sait pas grand chose sur Washington, mais ça ne dure qu’un instant, car elle m’annonce qu’une partie du groupe est bien là et cela, c’est tout ce dont j’avais besoin pour me redonner un coup de fouet. L’orgone proposé par Lucy est un plus et cette annonce m’aide à faire tomber mes barrières. J’ai terriblement envie d’elle, je l’attrape fermement et mes lèvres n’ont plus rien de chaste. Il n’y a plus d’hésitation et mes mains connaissent très bien les points sensibles de Lucy. Ma bouche retrouve le gout de ses seins et je m'apprête à la rejoindre sous la douche habillé. Peu importe que j'ai encore mes vêtements, car je veux être avec elle et je ne veux plus perdre de temps, mais nous sommes interrompu. Je suis frustré sur le moment, mais la raison reprend sa place et je suis finalement rassuré. C’est une mauvaise idée depuis le début, je le sais.

Capella.

Un soulagement me traverse alors que je reconnais l’humaine d’Harper, mais je me rends vite compte que cela n’arrange pas Lucy et je pense comprendre pourquoi. Un peu plus et on fonçait droit dans le mur. Je lui en dois une.

Lucy…

J’attire l’attention de la rousse avant qu’elle dise quelque chose qu’elle pourrait regretter à son amie. D’ailleurs, j’ignore leur relation. Quand sont-elles devenues proches ? Apparemment pas aussi proche que Capella le pensait. Peu importe.

Je vais prendre cette douche. Je lui souris. Tout cela n’est pas grave. Peux-tu trouver où sont les autres ? Je vous rejoins. Finalement, je l’embrasse, tendrement cette fois. Je ne coucherai pas avec Capella. Il faudrait être aveugle pour ne pas se rendre compte que Lucy ne le veut pas. Je lui ai fait assez de mal comme ça. Je ne vais pas en rajouter.

Je l’aide à sortir de la douche et la couvre d’une serviette de toilette. Quand elles sont toutes les deux sorties, je ferme la porte derrière moi. Je ne veux pas qu’elle change d’avis pour moi. Je sais qu’après la passion, la raison va prendre le dessus et qu’elle va penser à l’orgone dont je semble avoir besoin. Je les rejoindrai bien assez vite, car je ne compte pas m'éterniser sous la douche.

Nephilim

Capella Baker

Humain

Capella Baker

Messages : 248
Enregistré le : 25 août 2016, 22:56
Humain
# RP terminés RP en cours

Capella Baker

» Publié par Anvesha Devika

» 11 déc. 2018, 21:50

Et bien non je tombe mal. Du moins aux yeux de Lou. Mais je ne suis pas femme à me froisser d'une déconvenue. Je modère un peu ma sensualité débridée et avec une attitude nonchalente colle mon épaule contre le mur, ma main droite soutenant mon coude gauche. Deux doigts sur les lèvres je les tapotent. Manière de montrer que je ne suis pas mécontentée.

Ma réponse va surement paraitre laconique à ma chère rouquine. Laconique et surement un peu décevante.

"Je ne te vois plus. J'ai donc demandé un service."

Un service à un petit chapardeur de la Kabbale. Mais visiblement j'avais tors de m'en faire. Elle va très bien, très en forme... hu hu... et aux vu de ses yeux noirs pas décidée à être sociale. Tant pis. Malgré mes efforts pour la sortir de son apathie. Mais soit Severide y arriverait peut-être mieux que moi.

Une fois la porte de la salle de bain refermée sur le Nephilim, je fais un sourire contrit à Lucy.

"Aller, j'ai compris, je file. Tu as du travail."

Je vais pour tourner les talons. Un peu navrée pour la jeune femme de lui avoir peut-être fait raté une partie de jambe en l'air. Mais d'un autre côté un peu dépitée que ma mission ai foiré. Franchement on aurait été bien à trois sous la couette.

Humain
Avatar du membre

Lucy Hale

Humain

Lucy Hale

Messages : 886
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Humain
# RP terminés RP en cours

Lucy Hale

» 12 déc. 2018, 20:11

La sensation d’être envahie commence à peser sur l’esprit de Lucy, elle se rend peut-être hostile, aussi, parce que la présence de Séveride lui donneenvie d’un peu d’intimité. A un autre moment, la présence de Capella ne l’aurait pas dérangé, mais là, maintenant, elle ne saurait expliquer cette sensation qui la gagne, qui la pousse à être moins douce qu’elle l’est toujours. Peut-être que maintenant Lou a envie de quelque chose seulement pour elle, de ne pas réfléchir aux autres, oui, pour une fois…est-ce qu’elle ne le regretterait pas à tête reposée ? Est-ce qu’elle ne s’en voudrait pas ? Lucy est fatiguée –un peu- de penser aux autres, elle ne demandait rien, juste peut-être faire une bêtise, et ne pas en avoir tout à fait honte. Elle se sent coupée dans son élan, après avoir dit son prénom, comme si c’était un aveu fort que l’on imagine pas venant d’elle. Lucy est frustrée parce qu’au fond, comme n’importe quelle femme –c’est sexiste de dire cela- elle voulait un moment avec lui, égoïstement pour elle. Pourtant, ce n’est pas avec Séveride qu’il faut être égoïste et il est probable qu’à n’importe quel autre moment, elle aurait été la première à jouer. Mais après son aveu, qu’elle prend ainsi, elle en est incapable.

Séveride attire son attention et le visage fermé de Lucy s’ouvre un peu. Elle hoche la tête, sans rien dire, trouver les autres. Il n’est pas venu pour autre chose…non, dire cela ne va pas à Lou. Elle s’en veut dès la pensée filée et hoche la tête en sortant de la salle de bain, elle tient la serviette fermement, ses cheveux mouillés, elle a un peu froid. Rapidement, elle trouve une veste sweat qui traine et l’enfile, de dos à la kabaliste et la geek répond enfin.

--Au lieu de m’envahir, tu tapes à la porte, tu ramènes un truc à manger, tu me laisses le choix ! –Lou ne veut pas se disputer avec Capella. –C’est simplement ça.

Pas que, mais s’ouvrir clairement, elle en est incapable. Zippant la fermeture, elle passe une main dans ses cheveux courts pour envoyer valser les quelques gouttes qui restent et sent les mèches mouillées qu’elle décide de sécher avec la sieste. Elle hésite à rattraper Capella, Lucy s’en veut probablement un peu maintenant. Après tout, elle peut accepter, se taire et laisser faire, mais l’idée d’un potentiel plan à trois maintenant ne lui fait aucun effet, elle n’éprouve pas l’envie, l’excitation et à dire vrai, elle doute même que quoi que ce soit ne se passe, mais Séveride a besoin d’orgone.

Elle s’en veut de s’en vouloir. Pourquoi est-elle incapable de simplement affirmer une chose au lieu de laisser couler. Non, cela ne lui fait pas plaisir que Capella soit là, cheveux sur la soupe, mais elle ne semble pas lui en vouloir, simplement, elle accepte ? Lou ne sait pas tout à fait définir ce qu’elle peut comprendre, Lou finit par dire.

--C'était pas le moment Capella, c’est tout. Je te rappelle, promis. Il ne faut pas que tu t’inquiètes pour moi.

Elle ne la retient pourtant pas, mais quand Raven débarquerait, elle voudrait réunir le groupe. Et le groupe se compose aussi de Capella ? Lucy ne sait pas. Elle ne sait pas grand-chose, juste, se calmer, se poser, souffler après ce pique d’émotion, cette montée et cette redescente. Elle reconnait qu’elle a peut-être poussé son amie à se faire envahissante, ce qui fait que Lou s’est d’autant plus braquée. Elle la raccompagne pour refermer derrière elle, soupirer et se demander ce qui va se passer maintenant. Remonter et s’assurer que ça va sous la douche ou rattraper Capella parce que Lucy a un peu peur soudainement de ce qui pourrait se passer entre Séveride et elle. Une bonne manière de fuir en fait, de reculer, de…quoi ?

Lou se secoue la tete et remonte, non ,il n’y a rien, il a été clair, elle le sera aussi, une amitié peut-être, avec plus si affinité peut-être, non…ce n’est pas le moment de penser à cela. Elle souffle et remonte, elle chasse son appréhension, il ne va plus rien se passer et …

--Mais quelle conne bordel.

Assise à son canapé, Lucy rumine. Elle a à peine posé ses fesses sur le canapé, elle aurait du dire à Capella de rester même si elle n’en avait pas envie. Que va-t-il se passer maintenant avec Séveride ? Reprendre quoi ? Elle a l’impression qu’ils vont rester à se regarder dans un silence gênant comme deux imbéciles incapables de communiquer une fois qu’ils réfléchissent, peut-être qu’elle aurait du simplement faire…se rapprocher, déshabiller la kabbaliste et l’entraîner pour que …Non. Lou chasse cette pensée, elle n’allait pas se forcer, elle en aurait été capable, elle n’imagine pas la suite comme une chose simple, elle s’en serait voulu, elle en aurait voulu à Séveride et Capella, sans raison, simplement parce qu’elle avait accepté. Alors que ce n'était pas ce qu'elle voulait.

Mais maintenant, la seule chose qu’elle peut faire, c’est contacter le reste du groupe, attendre après la sonnerie, entendre le répondeur et soupirer. Laisser un message claire et tenter un sms, arrêter au passage la télévision, se mettre en tailleur sur l’assise du canapé, écouter l’eau qui coule et se souvenir de ne pas avoir ramener des affaires.
Elle file dans le dressing, sort du sac des affaires sacro saintes de Séveride cachées et préservée, un jean, un boxer, une chemise tellement froissée que cela fait peine à voir. Elle hésite, décroche du cintre celle qu’elle n’a probablement jamais cachée.

--Pathétisme bonjour !

Elle marmone seule avant de retourner à la sale de bain et taper à la porte, avant de s’engouffrer, en disant simplement.

--Je te laisse tes fringues là.

Ne pas regarder vers la douche ! Ne pas regarder vers la douche ! Ne pas regarder vers la douche ! Le cœur battant d’un stress qu’elle ne comprends pas, Lou ressort aussi vite qu’elle est rentrée. Et maintenant ?

Nephilim

Dephaïne O' Faïn

Nephilim

Dephaïne O' Faïn

Messages : 385
Enregistré le : 09 oct. 2016, 21:06
Nephilim
# RP terminés RP en cours

Dephaïne O' Faïn

» Publié par Jimmy Chesly

» 18 déc. 2018, 14:51

=>Avant

Elle s’est tant vantée, la reine d’Opale, que cela est parvenue jusqu’à notre Cour. Et le Prince Pourpre a accepté une rencontre de champion. Elle se vante de son guerrier et dans les tréfonds lointains de sa cambrousse perdue, elle a convié plusieurs à venir faire s’affronter nos têtes d’affiches, nos champions quoi. Histoire de…coutume tout à fait d’un autre temps, mais qui a le don de plaire à ces créatures régentes, et à moi.

Il n’est pas question que je m’abstienne de me rendre vers ce royaume, au nom de mon époux, surtout, pas question que je n’y emmène pas une suite digne de ce nom ! Il ne me manque qu’une personne, qu’une seule délicieuse créature que je fais chercher dans les mondes avec une certaine impatience !

Où est donc Capella ? Diable, je languis sa présence et je présume sa trace sur la terre, entichée d’une petite rousse qui a aussi conquis le cœur de mon Monarque. Enfin…peu m’importe l’endroit où elle se trouve, tant que je peux la reprendre à mes soins !

Depuis que je suis devenue la gardienne de Meborack, je prends à cœur mon rôle, oreilles attentives et surveillances bienveillantes, mon univers c’est eux ! Créatures et vivants du royaume, le reste, ce n’est que facétie. Je me suis peu intéressée à Dawn, ignorant sa disparition, et j’ai même omis quelques petites choses Nephilim, je veille sur ce que Harahel m’a confié : Meborack. Et je veilles et surveille ceux qui un jour trahiront. Hélas, je sais que je ne peux m’y opposer et cela me désole l’âme, malgré tout, j’espère un espoir ultime à la grande fin de tout ceci.

Bref !

Le roi m’a fait faire une robe à la hauteur de son armure qu’il arbore le plus souvent et j’apprécie la sensation sur mon corps. Comme à leur habitude les fileuses ont fait un travail magnifique et minutieux qu’aucun mortel n’aurait su fait. Et je sais que la Reine d’Opale m’enviera. Oh je ne suis pas championne de notre monde, mais il y a…parfois, des affrontements amicaux, et je compte bien m’affronter la créature.

Bref. Encore une fois.

-Mais vas-tu donc la trouver !

M’exclamais-je un peu impatiente, nous devons partir dans moins d’une heure. Je tourne en rond. Une créature sonde les royaumes par la pensée, elle siège au centre du pentacle, en tailleur, les yeux clos, tandis que sa jumelle se contorsionne autours d’elle dans une danse…étrange. Fascinante mais étrange.

-Elle est sur Terre.

-Bien ramène là !

Un simple bien votre grâce franchit les lippes de la créature qui ouvre les yeux et développe ses six bras, imités par sa sœur. Je les regarde agir comme il se doit pour me ramener Capella en ouvrant sous ses pieds un passage, qui permettra de la voir parvenir jusqu’à moi. Le souci c’est que l’incantation n’est pas instantanée et quand elle a été trouvé, ils étaient trois.

C’est donc pour cela que trois passages s’ouvrent et agrippent Capella déjà sortie de chez la rousse, Lucy revenue à la salle de bain et Severide entièrement nue. Siégeant sur mon fauteuil je m’avance simplement face à la délicieuse brune qui me revient et l’enlace, sans prendre conscience de la venue des autres.

-Ma délicieuse Capella, enfin ! J’ai besoin de toi, nous partons bientôt…et que ferais-je sans ma plus délicieuse dame de compagnie ?

UN baiser sur ses lèvres, une caresse sur sa hanche, je prends soudainement conscience de la nudité masculine et d’une Lucy qui a l’air bien pâle. Je hausse un sourire.

-Oh quelle délicieuse surprise.

Souriais-je à Cyprien Severide, me repaissant de son corps nu mais mal en point. Délicieux.

-Nous sommes désolé votre grâce, petit problème de calcule.

-Oh point de souci, vous êtes pardonné. Je ne vais pas me plaindre, et d’un claquement de doigt je fais signe à ce qu’on l’habille, une main sur ma hanche, je réalise bien ses petits bobos, et je prends tout à fait le temps de suivre les courbes de Tout ses muscles. Avant de revenir à moi.

-Parfait ! Deux dames de compagnie et un chevalier servant, ma suite sera parfaite pour la visite chez la Reine d’Opale ! Emmenez la jolie rousse et le délicieux brun se faire habiller ! Capella ma douce, il faut qu’on parle !

Oui, pour moi, tout est évident, maintenant qu’ils sont là, ils ne vont pas refuser de me suivre ! Je ne vois pas comment de toutes façons, je ne saurais accepter un non !
► Afficher le texte
Image

Répondre

Retourner vers « L'Area 51 »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité