Je suis heureux de te voir Zadkiel

Cœur névralgique des transports parisiens, le métro accueille une véritable ville souterraine. Source de nombreuses légendes, il abrite également les plus démunis.
Humain

Nicolas Beaumont

Elohim

Nicolas Beaumont

Messages : 862
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Elohim
# RP terminés RP en cours

Nicolas Beaumont

» Publié par Lucy Hale

» 24 avr. 2017, 21:09

Le métro parisien est un endroit étrange, il raisonne de bruit, de son, mais tout parait étriqué, clos, étouffant. Les gens se croisent sans se parler, les gens s’ignorent, s’évitent, il y en a qui baissent la tête et d’autres qui la relèvent bien haut. Il se joue une symphonie étrangement humaine, qui ne veut pas vraiment se rencontrer, qui le fait sans que cela soit plaisant.
La présence des Elohim ne semble pas avoir apporté quoi que ce soit, mais il parait que les sous terrain accueille toujours les plus nécessiteux, on s’y cache, on y évolue, on y survit. La vie existe à moindre terme, mais il y en a une…quelque chose qui y ressemble.

Neophim ne sait pas ce qu’il fait là. Dans ses pensées, il a marché, déambulant, les mains dans les poches, un jean troué, un blouson en cuir, ses boucles sur la tête, il a l’air d’un agneau paumé, mais ses yeux se sont durcis, le bleu de son regard parait moins doux, il pense à Anvesha. Il n’a pas osé aller la voir, craignant qu’elle ne soit fâché, cela le rendrait triste, car il aime –platoniquement, sans arrière-pensée- la mortelle, il l’aime ainsi que les Anges de la Bible aiment, peut-être sottement, avec candeur et bienveillance, tout ce que ne sont pas ses semblables.

L’Eden manque à son cœur, il se sent peu à peu déchiré. Au début, ce n’était un petit rien, maintenant, il est une feuille qui se sépare en deux à force de se plier et de se replier. Les siens n’aiment pas les mortels, il ne parvient pas à discerner le péché comme ils le font. Pour lui, un corps est corps, une paire de sein un morceau de chair et de veine, il n’y a rien de fascinant. La luxure lui est une obscure donné, le désir sexuel est une chose bizarre…
Que les humains aiment, ils sont fait pour cela, mais Neophim…Anvesha est belle il parait, de corps, mais elle a une âme bien plus jolie. Le naïf ne discerne pas autre chose, le pauvre.

L’Eden lui parait loin, il ne peut plus se cacher derrière ses pensées d’innocent. Adieux l’Amour pour lequel ils ont été fait, il en veut à ses frères, d’avoir chuter. Les obligeant alors à s’entraver de la justice, les obligeant à prendre la place qu’ils ont. Il en veut à ses semblables aussi de tout craindre, Neophim essaye de changer mais il en est au fond, bien incapable. Il est l’Innocent, candide, chérubin de l’Eden, il veut veiller sur les mortels avant tout. Son cœur est triste. Lourd.

Son épaule s’appuie sur le pilier du métro, le son d’un métro arrive, mais il l’entend vaguement, son visage baissé, il regarde les rails qui disparaissent. Le souffle du passage secoue sa chevelure bouclée, son cuir, il inspire. Ses traits boudeurs sont charmants, il faut le reconnaître, peut-être un peu soucieux, il finit par relever la tête et soupirer, il réalise…

A marcher seul, il s’est laissé emporter, le hasard ? Une influence ? Il a pris à droite, à gauche, changé de trottoir sans faire attention, descendu ici, utiliser une carte filée par Louis plutôt…il réalise à peine. Fronçant les sourcils, il regarde autours de lui, et lentement son visage tourne sur le côté…l’aura qui éclate à son flanc lui parait si calme, si douce, qu’elle l’enveloppe comme un cocon, il regarde l’homme.

Un instant sans un mot, il finit par sourire, le métro s’avance et s’arrête devant eux, Neophim regarde les portes s’ouvrir, il s’écarte un peu pour laisser passer les gens et il finit par faire signe à Zadkiel de rentrer.

--Je te croyais en Amérique…je suis content de te voir !

Il rentre dans le métro et finit par enlacer Zadkiel, ainsi que le fait un enfant à son aîné, avec une tendresse fraternel sans équivoque. Neophim est heureux de le voir….

Nephilim

Zadkiel

Elohim

Zadkiel

Messages : 243
Enregistré le : 25 août 2016, 22:56
Elohim
# RP terminés RP en cours

Zadkiel

» Publié par Anvesha Devika

» 24 avr. 2017, 23:00

J'embrasse tant l'enfant de Dieu que l'enfant des hommes. Je suis de loin en loin ce jeune chérubin. Cet enfant, cet ami qui a choisi de descendre à un tournant pour notre monde comme peut-être pour nos races. Las de regarder il a choisit de ressentir. Les rapports de Louis arrivent aussi jusqu'à moi. Comme tant d'autres. Je me sens obligé d'essayer de tous les suivres. Des plus implacable comme Gabrielle aux plus doux comme Nicolas, sans compter Nathan, Jun et d'autres. Le destin n'existe pas. Je suis bien placé pour le savoir. Après tout mon travail et celui des miens est bel et bien de le contourner alors. C'est ce que je souhaite n tout cas.

Les rapports laissent entendre de longues séances de silence et d'introspection. Je veux savoir si c'est par tourment ou par contentement.

Je souris. Prends Nicolas à chaque épaule et le contemple.

"Moi aussi je suis heureux de te voir mon ami. Tu semblais bien pensif. Tellement que tu as mis du temps à me remarquer. Un comble alors que ma trogne a fait des milliers de vues et encore plus de commentaire à travers le monde."

Mon rire monte joyeux et simple. Dans le wagon je ne suis petit à petit plus le seul à rire ou à converser joyeusement. Une bonne humeur s'installe sans en avoir l'air tandis que je m'assoie aux côtés du Chérubin.

"Alors ? Comment dois-je te nommer ? Néo ? Ou Nicolas ? Que préfères-tu ?"

Le métro arrive à la station suivante.

"Ha. Connais-tu Paris ? Si cela te dis, nous allons descendre ici. je vais te montrer un endroit que j'apprécie beaucoup."

Au sortir du métropolitain nous entrons dans le parc Monceau. L'un des plus beau de Paris dit-on. Le parc est parsemé de sculptures de grands artistes, de petites et de grandes architectures de style classique mais qui s'harmonisent parfaitement avec les lignes douces de la végétation. Beau, calme, presque intime avec sa petite surface.

"Personnellement je ne retrouve jamais autant le génie de l'Homme que dans ses parcs et jardins. Que ceux-ci soient publiques comme celui-ci ou qu'il ne soit qu'une de ces petites parcelles de terre que l'on nomme jardin ouvrier. Et toi ? Comment trouves-tu l'Humanité ? Ou cette petite humaine que tu fréquentes, hum ?"

Loin de le tancer ma dernière réflexion est faite sur le ton de la confidence amicale, presque tendre.

Humain

Nicolas Beaumont

Elohim

Nicolas Beaumont

Messages : 862
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Elohim
# RP terminés RP en cours

Nicolas Beaumont

» Publié par Lucy Hale

» 24 avr. 2017, 23:26

Fier comme un enfant, il sourit, se laissant faire, il observe l’archange, ses yeux rieurs, ses traits sages, ils sont réconfortant comme le baiser d’une mère sur le front d’un enfant. Le métro parait soudainement moins sales, moins désagréables, tout d’un coup bercé par une sensation bienheureuse, c’est avec plaisir que Neophim le ressent…il rit, il ne devrait pas.

--Louis m’a montré…tu passes bien à l’ordinateur. –Taquine-t-il.- J’étais dans mes pensées, tu sais, quand j’y suis, c’est difficile d’en sortir.

Il hausse les épaules. Il a vu Zadkiel sur l’ordinateur, un de leur frère s’attaquer à une Nephilim, toutes ces choses là. Il n’ose pas demander s’il a des nouvelles de Vesta, il craint de demander alors il ne le fait pas, préférant s’assoir. Il ressent la bonne humeur, il regarde les mortels s’animer, et ça le fait sourire. La vie est une belle création, une chose précieuse qu’il regarde avec tendresse.

--Neo. Je préfère s’il te plait. Nicolas ce n’est pas moi. –C’est le corps d’un templier qui a accepté, son hôte, un jeune homme qui s’est préparé,séparé de son jumeau, qui a été éduqué presque pour convenir à Neophim, en tous cas,il en a la sensation. – Pas beaucoup…je te laisse me guider Zadkiel.

Une phrase lourde de sens alors qu’il se redresse, le métro est sans délicatesse, Neophim rattrape par le bras une jeune femme qui manque de chuter, elle le remercie, et la scène s’arrête simplement là. Il rattrape Zadkiel, d’un pas agile, et se laisse emmener au parc, en souriant. Le soleil est beau, il fait doux, le temps est agréable, l’endroit plus autant.

Un air émerveillé traverse le visage de Neophim, les mortels savent faire ce qu’il faut pour s’avouer magnifiques dans leurs créations. Il est surpris par sa question pourtant, ses questions et il a un rire amusé.

--Elle est belle. Son âme l’est. Je veille sur elle.

Des phrases courtes alors qu’il lève la tête, ce jardin est apaisant, pas comme l’Eden, mais les yeux au ciel, il écoute les oiseaux, leurs musiques résonnent à ses oreilles dans une mélodie magnifique,aussi douce que délicate.

--L'humanité a des défauts, des qualités, mais elle est ce qu’elle est. Je l’Aime ainsi que je le pense juste de le faire. C’est un peu difficile de le faire comprendre aux nôtres et je me sens un peu perdu. Tu me trouvais pensif, je le suis. L’Eden me manque. L’apaisement qui y régne mais…est-ce coupable de dire que j’apprécie de côtoyer les humains ? Ou de connaître les créations du Père ? De m’en émerveiller sans pour autant oublier mon chemin ?

Il soupire, d’un fardeau lourd sur ses épaules, il veut bien faire, plaire, c’est ce qui est coupable au fond.

--Tu connais Sérénity ? Elle te plairait !

Nephilim

Zadkiel

Elohim

Zadkiel

Messages : 243
Enregistré le : 25 août 2016, 22:56
Elohim
# RP terminés RP en cours

Zadkiel

» Publié par Anvesha Devika

» 25 avr. 2017, 10:41

Je ris volontiers de nouveau alors que le Chérubin me taquine. Cet intermède imprévu n'a pas eu que des mauvais côtés. Même si tout cela n'a pas été du gout de nombres d'Archanges. Vesta aussi doit avoir eu son lot de récrimination. Mais les Gardiens me soutiennent sans réserves. Et l'Humanité apprendra. Mon seul soucis aujourd'hui est de faire en sorte que les Elohim aussi apprennent. Parfois je me sens comme le Gardien de l'Humanité mais sans les dons appropriés. Dons, non pas pour faire face à elle ou aux Nephilim mais à l'intégrisme à tout crin de certains.

Un jour il faudra que je révèle à Neophim pourquoi je lui ai choisis Nicolas. Car il y en avait d'autres. Mais Nicolas était malade. Son corps attaqué par son propre corps. Il l'a soigneusement caché. Je ne peux savoir ce que cette âme ressent aujourd'hui. Vivant sans l'être. Mais ayant choisit en toute connaissance de cause. Il ne m'a demandé qu'une seule chose. Rester près de Louis. J'espère pouvoir accéder aussi longtemps que possible à sa requête.

Et voilà enfin quatre mots qui me font plaisir. Un sourire de connivence s'invite sur mes lèvres. "Je veille sur elle" a t'il dit. Cher ami. Rien au monde ne saurait me faire plus plaisir que ces mots là. Veiller, découvrir, aimer. Sans le savoir, ou peut-être pas si inconsciemment que cela, Neophim est en train de choisir sa voie. Et alors comme je comprends ses interrogations.

"Asseyons-nous là un instant, Neophim."

Un banc de circonstance nous offre un instant de repos. Je souris à l'ange à mes côtés. Si on peut voir dans mon regard des perles sombres, c'est que l'instant est solennel.

"Permets-moi de te révélé que tes questions ressemblent fort à celles que me posent parfois mes Gardiens après une rencontre avec un ange vindicatif. Aussi je te ferrais le même discours comme si tu étais l'un d'eux.
Ne crains pas d'aimer l'Humanité, d'aimer l'Homme, d'aimer un Homme ou de les aimer tous. Ils sont une merveille au même titre que toi. Au même titre que toute chose qui vit, vibre, survit, se bat, se nourrit, aime et parfois se reproduit. Celui qui craint le péché qu'il soit de chair ou un autre, oublie que cette même crainte le mènera à un autre péché. Je regrette tant le jusqu'au boutisme de certains de mes frères et sœurs. Mais eux me reprochent tant ce qu'ils nomment mon laisser-aller. Mon indulgence les choque. Ma proximité leur laisse craindre qu'un jour je choisirais l'autre face. Comme tant de mes Gardiens. Oui Neophim, les Gardiens deviennent parfois Nephilim. Les raisons en sont nombreuses et souvent propre à chacun d'entre eux. Mais bien d'autres restent et continuent encore et encore. Ils osent s'attacher. Ils osent aimer, de loin ou de près mais sans la chair. Et c'est un travail difficile et ingrat. Car leurs protégés disparaissent, c'est la nature de l'homme. Mais au fond d'eux ils gardent un pan de cette âme qu'ils ont si longtemps aimé et choyé.
Alors profite, mon ami. Profite et aime.
Le banc, la pelouse face à nous, les arbres et les fourrés, les fleurs pour notre vue. Les cris, les rires, les discutions, les chants d'oiseaux, le vent dans les arbre, le crissement des gravier sous nos pieds pour notre ouïe. Le bois du banc, son squelette de métal froid, le frottement du tissus de nos vêtement pour notre toucher. L'odeur piquante de la ville mêlée de celle des fleurs, de la terre et de l'herbe, un parfum de femme qui flotte pour notre odorat... Là est l'instant parfait. Cet instant est parfait. Et la seconde suivante le sera tout autant. Et celle d'après. Et encore, et encore.
Mais plus que tout, ce qui est parfait c'est cette vie et cet amour en ton cœur.
Je ne peux regretter l'Eden quand je suis sur Terre car j'emporte avec moi ce que je pense être ses plus belles valeurs. Compassion, Pardon, Tolérance et Mansuétude.
Garde cet esprit ouvert sur le monde. C'est une force et non une faiblesse comme on veut te le faire croire. Ce qu'ils blessent tu peux le soigner. Ce qu'ils détruisent tu peux le magnifier... Ce qu'ils haïssent
- un sourire d'une grande tendresse - je te laisse deviner."

Je pose enfin mes mains sur mes genoux, le dos légèrement vouté. Je regarde la vie et celle à côté de moi.

"Voilà. L'exposé du vieil archange est terminé. Tu peux reprendre ton chemin si tu le souhaites. - j'ajoute les yeux pétillants - A oui et je n'ai pas eu l'occasion de rencontré ta jeune protégée, seulement au travers de divers rapports. Mais j'approuve tout à fait ton choix. Je dirais même qu'elle est ce qu'il te fallait pour que tu puisses un jour donner le meilleur de toi. Et surtout elle te sort de ta routine semble t'il. Votre relation te fait réfléchir, c'est une autre de leurs qualités à ces sacrés humains."

Humain

Nicolas Beaumont

Elohim

Nicolas Beaumont

Messages : 862
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Elohim
# RP terminés RP en cours

Nicolas Beaumont

» Publié par Lucy Hale

» 25 avr. 2017, 12:07

Neophim prends place à côté de l’archange, les coudes sur les genoux, le regard droit devant lui le dos courbé, il regarde. La bise souffle sur la nature, légère, imperceptible, elle fait bouger les choses, des notes de musique traîne dans la tête de l’Innocent, quelques teintes printanières, courant sur les mouvements, comme une symphonie personnelle que le monde lui inspire.

Influençable, chétif, craintif, peureux…
Avoir conscience de ses défauts et se les expliquer. Est-ce encore Innocent ? Neophim n’a pas la force de la hargne de ses semblables, il est un enfant agité, qui se débat sans cesse pour que les autres le regardent parce qu’ils aiment les autres. Il veut les aimer sans détour, sans peur, sans faille, sans crainte, il pleure pour eux, il sourit pour eux, mais il a peur. De tout ou presque. Lame, Gabrielle, Nathan, il n’est pas comme eux, il n’est pas eux. Il voudrait leur convenir, mais il s’en sait incapable, une colère l’agite trop, parfois, pourquoi ?
Parce qu’il ne peut pas…il ne veut pas tuer. Il en veut à tous ceux qui ont tout fait changer, mais il les aime. Alors…alors il est perdu et ses yeux viennent peu à peu sur Zadkiel.

Les mots de l’Aîné lui paraissent si évident, pourquoi ? Pourquoi le Père ne lui a pas donné la force de faire les choses comme les autres, comme la majorité ? Il ne veut pas le savoir, Il baisse le nez…des gardiens deviennent Nephilim. Pourquoi ? Pourquoi font-ils cela ? Pourquoi…
Neo doit certainement apprendre le libre abrite avec plus de précision, ce n’est pas encore le cas, Zadkiel, il croit à cet archange éternel. Pourtant la majorité de son discours fait écho à Neophim et des larmes coulent sur ses joues, mais elles ne sont pas de chagrin. De grosse larme qui coulent le long de ses joues et tombent, sans qu’il ait honte, sans qu’il ne les essuie, il ne dit rien.

Il sourit et les larmes tombent un peu plus éparses, il se racle la gorge.

--Zadkiel. Je voudrais être un gardien.

Depuis la première fois qu’il est arrivé, il sait le choix qu’il doit faire, il ne peut pas continuer ainsi. Il est effrayé de tout, il ne tient tête à rien, le ferait-il un jour de toutes façons ?Bonne question. Certainement non, mais là n’est pas le souci. Il veut suivre Zadkiel, c’est son souhait maintenant. Il n’a jamais été aussi sûr, bientôt il apprendrait qu’on ne peut pas convenir à tout le monde, mais une première leçon est acquise pour Neophim : choisir sa voie. Plus que deuxet l’Innocent ne le serait plus.

--J'ai encore des choses à apprendre, mais je sais que cela sera auprès de toi. Je ne peux servir Gabrielle ou Lame ainsi, j’en suis incapable…je peux les aider, je peux comprendre pourquoi leur rôle mais je ne peux pas tuer, j’aimerais être l’ange-gardien de Sérénity. Et je voudrais que Louis appartienne au choeur s'il le désire. Penses-tu que cela soit possible ?

Neophim le regarde, c’est la première fois de sa vie qu’il désire quelque chose, ou qu’il prend un choix qu’on ne lui a pas indiquer. Est-ce si terrible ? Il n’en sait rien, mais de tous les chœurs de ce monde, il est évident qu’il ne peut être que Gardien. Bien entendu, l’imperfection de son cœur ne lui permet pas de tout saisir ou de tout accepter ainsi que les autres le font, mais il n’a qu’à apprendre, puisqu’il est ainsi descendu…

--Je voudrais que tu sois mon mentor Zadkiel près de toi, je me sens bien. Je me sens en accord avec mon âme. C'est pour cela que je pleure, je le réalise et ça me rend heureux. Ces larmes là sont si étranges...

Et il sourit en même temps qu'il prononce ces mots.

Quête débloquée : Devenir un ange-gardien.
Etape 1 : Choisir sa voie.
Etape 2 : Cesser d’avoir peur
Etape 3 : Accepter

Nephilim

Zadkiel

Elohim

Zadkiel

Messages : 243
Enregistré le : 25 août 2016, 22:56
Elohim
# RP terminés RP en cours

Zadkiel

» Publié par Anvesha Devika

» 19 mai 2017, 19:04

Comme je bénis tes larmes mon ami. Chaque gardien a réagit différemment. Mais je garde en mon cœur chacun de ces souvenirs. Car ils m'ont alors ouvert une fenêtre sur leur âme. Bien plus belle et bien plus grande que ce que l'on peut voir en Eden, j'en reste persuadé. Car c'était un don. Comme celui de Nicolas. Les corps favorisent l'intimité des pensées et des sentiments. Mais ils offrent aussi une gamme immense de façon de faire passer les sentiments.

Neophim reprend la parole. Et ses mots ne sont que le prolongement de ce que je savait déjà. Je hoche simplement la tête. Mon plaisir est dans mon sourire. Je le laisse développer tout à son écoute. Comme j'aime les qualité d'amour et de tendresse qu'il dévoile. Comme j'aimerais qu'il garde cette incapacité à tuer. Oui je serais le mentor de cet ami. De ce Gardien. Comme des autres. Et il comprendra que le Mal n'est pas cet être incarné ou désincarné que les religions apprennent aux humains à craindre. Mais que le Mal est dans nos pensées. Dans nos violences. Dans nos absences. Dans notre indifférence. Le Mal ce n'est pas l'Autre. Le Mal c'est une part de nous. Tout comme le Bien.

"Tu étais un Gardien avant même de le demander mon ami. Nous ne faisons là qu'officialiser les choses."

Une douce chaleur emplie le chérubin tout autant que moi. Le lien qui nous uni désormais est puissant. J'espère qu'il le sera assez pour empêcher Gabrielle ou d'autres de lui faire du mal.

"J’accueillerai Louis avec plaisir s'il le désire. Et je suis content que tu ais déjà une protégée. Si tu as besoin de conseils sur la façon d'utiliser tes nouveaux dons n'hésite pas. N'ai jamais peur de venir me trouver mon ami."

Je tends au jeune ange une carte avec une adresse. Avant de m'adosser au banc et de lèver les yeux vers le ciel.

"En fait mon ami je songe à élargir le Chœur. D'une façon qui ne plaira pas à mes frères et sœurs. Peut-être même au Trône. Vois-tu les Templiers et les Initiés sont tenus par le secret. Et le secret entretient la paranoïa, la peur et le fanatisme. Cette maison sera bientôt ouverte aux humains. J'y inviterais ce jeune fou de Végas. Ta jeune amie sera la bienvenue. Et combien d'autres ! Ce ne sera pas un temple, pas un lieu dédié aux anges. Juste un lieu d'échange. - Je souris - Je prévois déjà quelques engueulades en plus des petits-fours. Des temps intéressants s'annoncent."

Les idées changent le monde petit à petit mais il ne faut pas les contraindre dans un cadre trop strict et sécurisé. Je vais diffuser mes idées, ouvrir de nouvelles voies, de nouvelles façon de penser, de philosopher et d’appréhender le monde. Je suis multi-millénaire, j'attendrais le nombre de génération qu'il faudra.

Humain

Nicolas Beaumont

Elohim

Nicolas Beaumont

Messages : 862
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Elohim
# RP terminés RP en cours

Nicolas Beaumont

» Publié par Lucy Hale

» 27 mai 2017, 22:00

Un long soupir s’échappe des lèvres de Neophim, à la fois secoué par des sanglots et tout autant animé par la joie. Sa peur s’est désarmée, il est incapable d’être comme ses autres semblables, mais en étant aux flancs de Zadkiel, il se sent enfin libéré d’un poids lourd. Un sourire lui vient, secoué par la spontanéité au milieu des larmes alors que l’Archange, au visage de vieil homme ne lui parle que d’une officialisation. Petit garçon intimidé, il se demande pourquoi cela n’est pas arrivé avant, alors que la chaleur bienfaisante du lien se crée.

Les yeux levés vers le ciel maintenant, Neophim n’a pas envie de parler, il se sent désormais serein, observant les infinités du bleu au dessus de lui et ses pensées vagabondes, le rythme du cœur de ce corps ne l’a jamais autant bercé, ou bien est-ce cette sensation du lien ? Il sait d’instinct ce qu’il est capable de faire, le retour karmique et la guérison. Un sourire lui vient.

--Je risque de venir bien souvent Zadkiel. –Plaisante-t-il avant de prendre la carte entre deux de ses doigts et d’observer l’adresse indiquée. De prime abord, il ne comprends pas l’intention de Zadkiel, avant de commencer à envisager les choses il réfléchit. –Cela va déplaire, mais moi, je serais content de parler avec les mortels…

Un simple lieu de discussion et d’échange, pourtant, quelque chose occupe la pensée du chérubin durant quelques instants, il ne dit pas un mot, s’imagine cet endroit, ce lieu simple, sans que les mortels ne soient contraints d’obéir ou d’écouter.

--Pourquoi….pourquoi les autres craignent-ils tant la chute Zadkiel ? Je veux dire..il y a des attraits à la luxure que je ne comprends pas. Le corps est un corps, c’est une création il n’y a rien de…je ne sais pas, je ne vois pas les images comme tout à chacun peut-être. Je reste plus que perplexe, au final pour un Elohim, même la plus simple des nudités ne devraient rien signifier, non ?

Ce corps n’influence pas sa pensée, il n’éprouve pas d’’intrigue sur ces choses, il a déjà vu Sérénity nue, sans qu’elle le sache, il a préféré observer ses cheveux blonds coller à son visage, à cause de la transpiration, curieux de cette chose plus que de ses seins. Alors pourquoi ?

--Ce temple, il sera… j’y serais souvent tu sais ? Un jour peut-être, il accueillera bien plus que des humains…que ferons-nous s’ils le détruisent ? Tu ne crains pas cela ?

L’appréhension du jeune homme imagine déjà la destruction de l’endroit, ils peut signifier bien du monde, il se demande parfois comment Zadkiel peut œuvrer, mais il est un Archange, lui aussi, il a la possibilité de voir les choses différemment, Neophim est un peu perdu, mais un sourire est vissé sur ses traits.

Nephilim

Zadkiel

Elohim

Zadkiel

Messages : 243
Enregistré le : 25 août 2016, 22:56
Elohim
# RP terminés RP en cours

Zadkiel

» Publié par Anvesha Devika

» 08 juin 2017, 15:07

J'observe avec tendresse le corps du chérubin se détendre sous la chaleur du lien. Oui Neophim est fait pour Aimer les Hommes. Nous avons été créer pour cela et certains ont chuter pour cela. Et on dirait presque que Neo suit mes pensées. Qu'il est dur de répondre à sa question sur la Chute. Non parce que je ne connais pas la réponse. Mais parce que l'idée que je m'en fait pourrait le choquer. J'ai déjà vu la chose se produire auprès des miens.

"Neo. Te souviens-tu d'Asriel ?"

Je laisse le jeune ange se souvenir de cet ange. Ou me poser des questions sur lui s'il ne sait pas comment il a chuter.

"Beaucoup se trompe. Neophim. Ils pensent bel et bien que la luxure est ce qui cause notre perte. Notre chute. Mais rien n'est plus faux. Je pense pour ma part qu'Il est jaloux. Je pense qu'Il nous a créer pour l'Aimer pour toujours et à jamais. Et qu'Il n'a pas supporté que nous détournions cet Amour vers ces êtres soit-disant inférieurs et rampants que sont les Hommes. Alors il a cherché un prétexte afin de les punir. De nous punir.
Vois Asriel. Tombé sur Terre parce qu'il a refusé de tuer son frère. Parce qu'il a plus aimé Asmodée qu'Eloha. Chassé comme un père colérique chasserait son fils rebelle."


Je sais que je bouleverse le monde de Neophim en parlant ainsi. Il n'y a que mes Gardiens qui connaissent véritablement le fond de ma pensée sur Eloha et ses actes.

"Et si encore nos frères déchus s'étaient arrêté là. Il aurait pu leur pardonner. Mais non ils ont fait des enfants. Songe que ce sont des immortels. L'Eden n'est ouverte qu'aux âmes. Hors un être dont le corps ne peut mourir c'est une âme qui ne peut s'envoler. Alors que celles des mortels lui reviennent. Quel affront ! Ces enfants sont un pamphlet à son orgueil puisqu'ils n'aspirerons jamais à vivre dans Sa lumière."

Finalement je ris.

"L'Amour est le plus noble sentiment mais il gravite autours de lui des sentiments qui n'attendent que de pouvoir lui faire un croche-pattes."

Puis je ramène la discussion sur ma demeure.

"Pas un temple, Neophim. Cela présupposerait que je sois un dieu ou un prêtre car seuls ceux-là y vivent. Non. Une simple demeure. Une place publique. Un salon philosophique. Oui Neophim, j'y accueillerai avec plaisir bien plus que des humains. Bien plus que des Elohim. Et s'ils le détruisent nous en construirons alors deux. Et s'ils sont détruits à leur tour, d'autres renaitrons des cendres."

Non, malgré mes paroles dures je ne me considère pas comme un ange rebelle. Seulement un agitateur de conscience.

Humain

Nicolas Beaumont

Elohim

Nicolas Beaumont

Messages : 862
Enregistré le : 21 août 2016, 10:16
Elohim
# RP terminés RP en cours

Nicolas Beaumont

» Publié par Lucy Hale

» 09 juin 2017, 18:47

Neophim se sent moins seul, moins dissonant, le diapason a fini de régler sa musique intérieure, là où les résonnances n’accordaient rien, le lien l’apaise étrangement. Il voudrait comprendre pourquoi il y a cette haine profonde, pourquoi les choses ne sont pas simples, comme si ça pouvait l’être ! Et sous le fléau du « pourquoi » comme un enfant qui demande à ce qu’on lui explique le monde, l’être craintif et enseveli sous des peurs continue quand même à être effrayé des réponses.
L’innocent ne peut pas le rester et il le sait, au fond, c’est une évidence, mais peut-il déjà le comprendre. Il a l’air triste soudain quand Zadkiel lui parle d’Asriel. Se souvenir de l’ange de la mort ? Bien sûr. Il hoche la tête.

Les mots qui suivent assaillent Neophim comme des coups de poignard. Comment, Comment Zadkiel peut dire cela ? Le Père Jaloux ? Mais de quoi ? Les enfants qu’ils sont tous œuvrent comme il pense qu’ils doivent le faire, le croire jaloux c’est une chose horrible. Il a donné tant de chose et Neophim ne veut pas y croire, il regarde Zadkiel avec les larmes aux yeux, effaré et probablement horrifié.

--Que sais-tu vraiment du choix d’Asriel ? Qui te dit que ce n’était pas ce qu’il voulait pour rejoindre Asmodée dans ses délires d’asservissement des mortels. Ils sont jumeaux ! Qui te dit qu’il ne voulait pas chuter pour faire comme Asmodée ? Pourquoi croire que notre Père est jaloux ? Nous l’aimons. Moi je l’aime encore et j’aime ce qu’il a crée. Tu peux croire ce que tu veux, mais peut-être que toi aussi tu te trompes, comme les autres.

Il est difficile pour Neophim d’entendre les paroles de Zadkiel, il ne veut prêter rien de négatif au Père, mais à ses frères ou ses sœurs, par contre. Les Elohim méprisent les humains, ils ont tords, mais pourquoi pleure-t-il alors en essayant de se défendre comme un petit garçon à qui l’on a annoncé que ses parents ne sont plus là ? Plus jamais.
La suite, parler des enfants sans âme, il déglutit.

--Non non, ils ont des âmes eux aussi, sinon pourquoi Lame ferait ces choses qui prennent des vies, des voleuses d’âmes..

Ça n’a pas de sens non ? Ce qu’il répond, il essaye de trouver des arguments à son encontre, mais ce n’est pas l’art de Nicolas. Pourquoi Zadkiel croit le père jaloux de l’amour porté à ses créations ? Neophim ne comprends pas, le Père est au-dessus de cela !
Le lien et le sourire des anges, naturellement inné au cœur et présent de tout cela, Neophim n’arrive pas à ressentir la peur qui devrait l’agiter, il n’arrive pas à comprendre pourquoi Il serait tant fâché, comme le dit Zadkiel alors que tant de ses enfants l’aiment encore. Il n’a jamais senti cela, tout le temps qu’il s’est caché en Eden loin de tout cela. Non, il ne veut pas croire que le Père est jaloux…

Mais pourquoi laisse-t-il les Elohim mal considérer les mortels !? Pourquoi…il y a trop de pourquoi et il secoue la tête. Son sourire sur son visage est faible, les gardiens, c’est sa place, pour les hommes, parce qu’ils ne veut pas faire de mal à personne et qu’il veut ainsi servir le père comme il le peut vraiment.

--Ton raisonnement, il est étrange. Il t’aurait déchu toi aussi au fond s’il était jaloux. Les gardiens ne seraient pas là, je te le prouverais.

Oui le naif angelot est persuadé de ce qu’il dit.

--J'espère que nous ferons une belle chose de cette demeure…

Il marmonne, plus qu’il ne parle gaiément, mais son sourire posé sur son visage, le don qui émane de Zadkiel a bien raison de ses tourments, ainsi il se raccroche à son espoir. Car oui, si Dieu était seulement jaloux, il n’y aurait pas de gardien, pas de chœur des gardiens et pas de Zadkiel, c’est tout, c’est aussi simple que ça ! Neo y croit. Il lui prouvera.

Nephilim

Zadkiel

Elohim

Zadkiel

Messages : 243
Enregistré le : 25 août 2016, 22:56
Elohim
# RP terminés RP en cours

Zadkiel

» Publié par Anvesha Devika

» 21 juil. 2017, 17:45

Je regarde Neophim et je le sens bléssé par mes paroles. Mais je l'ai prédis. Mais je ne souhaite pas mentir à mes gardiens. Tout comme je ne souhaite pas qu'ils me mentent. L'ouverture d'esprit sur les idées des autres est un pas vers la tolérance et donc vers le pardon. Je souris tendrement au chérubin avant de lui répondre sur Eloha et Asriel.

"Oui Neophim. Nous ne pouvons que présumer des intentions et pensées de ceux qui nous côtoient. Parfois même nous nous arrangeons pour que leurs actes semblent correspondre à l'idée que nous nous sommes forgé d'eux. Eloha jaloux ou non ? Asriel amour filial ou amour du pouvoir ? Le filtre de nos perceptions est trop bridés pour que nous puissions jamais en être vraiment sur. Mais si un jour j'ai l'occasion de poser la question, je le ferais.
Je ne veux pas briser ton amour et ta foi, cela te rendrait certainement faible et désabusé. Pour ma part, j'accepte volontiers de me tromper. C'est ce qui fait de moi un ange et non un dieu tout puissant et omniscient."


Et peut-être bien que c'est exactement ce que souhaiterait devenir Eloha, un ange. Sans omniscience, sans toute puissance. Avoir le droit de se tromper à son tour et accepter que tout ne soit pas parfait.

Alors que Neophim parles des âmes des enfants des Originels je fait un signe de tête signifiant non.

"Je n'ai pas dit qu'ils n'avaient pas d'âme. Seulement que par leur immortalité même, ils ne peuvent rejoindre Eden. Ils ne connaissent la mort qu'avec une Voleuse justement. Et avec elle le néant."

Enfin je me mets à rire gaiement à une toute petite phrase de Neophim.

- Il t’aurait déchu toi aussi au fond s’il était jaloux.
"Je suis l'Archange du Pardon avant d'être un protecteur des humains. Et je peux tout pardonner à Eloha. Sa, aller je vais dire supposée, jalousie comme son silence et son abandon. Je peux lui pardonner d'être Lui avec ses qualités et ses défauts. Et surtout je peux ainsi continuer à l'aimer quelque soit mes déceptions, mes chagrins comme mes joies et mes satisfactions."

D'un geste de la main je balaye ma personne avec un grand rire.

"Ne suis-je pas un peu orgueilleux là ?"

Finalement je me lève du banc.

"Il me semble que tu as désormais beaucoup à réfléchir. Et à faire. Je vais donc te laisser à cette superbe journée. Viens à la maison quand tu le souhaites."

Sur une dernière accolades chaleureuse et fraternelle, je quitte Neophim et le havre vert du jardin. En sortant je croise une mère portant un tout petit sur son ventre et un autre perché à sa main. Le bébé dort avec cette conscience d'être aimé. L'enfant et la mère sont radieux parce qu'ils prévoient de faire une activité ensemble. Un petit bonheur. Oui cette journée est sublime. Et demain en sera une autre.

Verrouillé

Retourner vers « Le métro de Paris »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité